En direct

« On a reçu un tir double avec le coronavirus et le report des élections municipales », Valentine Guichardaz-Versini, architecte
Valentine Guichardaz-Versini, architecte (Atelier Rita) - © David Boureau
Interview

« On a reçu un tir double avec le coronavirus et le report des élections municipales », Valentine Guichardaz-Versini, architecte

Propos recueillis par Milena Chessa |  le 18/03/2020  |  CoronavirusConfinementParis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Profession
Coronavirus
Confinement
Paris
Valider

Sommaire du dossier

  1. «Si nous reprenons les chantiers, nous serons moins performants», Laure Carladous, DG de Spada Construction
  2. «Le guide des bonnes pratiques ne réglera pas tout», Pierre Schaeffer, président de la fédération du BTP de Moselle
  3. "Nous paierons nos entreprises dans les meilleurs délais", Nordine Hachemi, Pdg de Kaufman & Broad
  4. «Nous attendons impatiemment les directives», Dominique Soyer, directeur général de Maisons & Cités
  5. "Les clients ne veulent plus nous recevoir!", Bastien Danni, gérant de ViaRéno (Bouloc, 31)
  6. «90 % de nos clients ont suspendu leur activité», Frédéric Bossy de Jouvin Carrelage
  7. "C'est toute une chaîne qui doit reprendre", Arnaud Castillon, président de Castillon TP (Saint-Palais, 64)
  8. "Nous pouvons contribuer à la construction d'hébergements pour les soignants et les malades", Yoann Choin-Joubert, Groupe Réalités
  9. «L’arrêt des chantiers routiers est généralisé en France», Franck Fournols, directeur général de France Rabotage
  10. «Une très grande solidarité au sein des équipes», Damien Patriarche, DG de Patriarche
  11. "Une dizaine de salariés ont accepté d‘être sur des chantiers où ils seront en binôme sans aucun autre corps d’état présent", Edouard Dejoie
  12. Vosgelis prend des nouvelles de ses locataires seniors
  13. « On a reçu un tir double avec le coronavirus et le report des élections municipales », Valentine Guichardaz-Versini, architecte
  14. « Nous travaillons déjà sur les scénarios de reprise d’activité », Alexandre Marchetta, directeur général de Mecalac
  15. « Les paiements des prestations avant crise seront assurés », Clarisse Mazoyer, présidente de l’Oppic
  16. «Des conséquences difficiles à évaluer», Thibaud Babled, architecte
  17. "90 % de nos effectifs seront au chômage partiel à partir du 27 mars", Patrick Vandromme, P-DG d'Hexaom
  18. Sylvain Fornes, artisan, ferme son entreprise et explique pourquoi
  19. «50 % des chantiers sont gelés», Francis Stéphan, directeur général de Domofrance
  20. Coronavirus : comment Spie batignolles fait face à la crise
  21. Coronavirus : la vie en agence
  22. «Un gros creux à craindre au second semestre», Georges Metzger, président de GCM
  23. «C’est ubuesque, on nous prend pour des chiens», Christian Surget, président de la FRTP Nouvelle-Aquitaine
  24. «Veiller à la santé et au bien-être de nos collaborateurs » Vincent Roux, DG de Richez Associés
  25. "A ce jour, aucune opération n’est abandonnée", Viguier Architecture Urbanisme Paysage

La fondatrice de l’Atelier Rita, installée dans le quartier parisien de Belleville, explique au « Moniteur » les conséquences de l’épidémie du Covid-19 sur son activité, ainsi que le gel des projets en l’absence de conseils municipaux renouvelés.

Comment avez-vous vécu ces derniers jours à l’agence ?

A l’Atelier Rita, et avec tous les architectes avec lesquels on « coworke », on a senti le vent tourner à partir de la fin de la semaine dernière. Dimanche, on a échangé et pris collectivement la décision de se réunir lundi pour organiser le télétravail. Et à 17h, on était tous rentrés chez nous avec nos ordinateurs et nos dossiers sous le bras.

Quel impact pourrait avoir le confinement sur votre activité ?

Nous sommes une jeune structure [créée en 2016, NDLR], donc une structure fragile. Imaginons qu’on ne facture rien pendant deux mois et que, pendant ce temps-là, il faut continuer à payer les gens qui travaillent avec nous, ça risque de mettre sacrement en difficulté l’agence. J’ai annoncé qu’il pourrait y avoir du chômage partiel car l’activité va ralentir. On espère que cela ne mettra pas en péril l’agence. Mais ça, on ne le verra qu’à la fin… Il faut croiser les doigts et compter sur sa chance.
Pour l’heure, sur la ligne de front, on a reçu un tir double : celui du coronavirus et celui du second tour des élections municipales reporté en juin. Concernant nos deux principaux projets, l’un est ralenti par le confinement qui grippe le système relationnel. Nous sommes à un moment où il faudrait qu’on se rencontre beaucoup pour échanger notamment sur la programmation. Lors d’une visio-conférence, on a senti que tout le monde avait envie de garder le rythme. Quant à l’autre projet, il est bloqué en attendant la désignation du nouveau conseil municipal.

Qu’allez-vous faire dans les prochains jours ?

Nous avons du travail pour à peu près une semaine. Si le confinement est amené à durer, nous allons assez vite être contraints à ne pas faire grand-chose. Alors on mettra à jour le site web et le book de l’agence, chose que l’on ne fait que quand on n’a rien d’autre à faire.

L’Atelier Rita est invité à exposer à la prochaine Biennale d’architecture de Venise, dont l’ouverture a été reportée fin août à cause de l’épidémie de Covid-19. Quelles sont les conséquences sur votre préparation ?

L’ouverture décalée de la Biennale est un mal pour un bien. En ce qui nous concerne, on était très charrette puisque nos recherches de financement n’avaient pas abouties. Pour les entreprises susceptibles de faire du mécénat, nous ne cochions ni la case artiste, ni la case ONG. Du coup, on a changé le projet d’installation pour le faire rentrer dans l’enveloppe budgétaire accordée par la Biennale, qui est très mince. Nous allons avoir du temps pour rattraper le retard et avancer plus sereinement sur la communication autour du projet et la préparation des visuels.
L’agence est ultra honorée et motivée d’exposer dans ce cadre prestigieux. C’est un exercice passionnant d’architecture et de scénographie qui permettra de montrer notre manière de travailler à travers le centre d’hébergement d’urgence d’Ivry-sur-Seine [lauréat du prix d’architecture de la Première œuvre 2017, NDRL]. Le commissaire général, Hashim Sarkis, a écrit à tous les participants que même si la Biennale ne durera que trois mois, ce n’est pas grave, elle sera quand même superbe !

Commentaires

« On a reçu un tir double avec le coronavirus et le report des élections municipales », Valentine Guichardaz-Versini, architecte

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur