En direct

Offres anormalement basses: l’exaspération des architectes
PHOTO - 748978.BR.jpg - © ERIC LEGOUHY/LE MONITEUR

Offres anormalement basses: l’exaspération des architectes

DOMINIQUE ERRARD |  le 10/02/2014  |  oabArchitectureBouches-du-Rhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Profession
oab
Architecture
Bouches-du-Rhône
Valider

La présidente de l’Union nationale des syndicats français d’architectes dénonce le « pressurage persistant de la maîtrise d’œuvre » et des offres de prix de plus en plus basses en particulier en marchés publics.

L’Union des syndicats français d’architectes (Unsfa) se mobilise contre les offres anormalement basses. Motif : les maîtres d'ouvrage publics entraîneraient de plus en plus les prix vers le bas. L’enjeu : la survie des entreprises (de travaux et d'architecture) déjà malmenées par la crise, mais surtout la baisse de qualité des ouvrages pour lesquels les architectes ne pourraient plus assurer correctement le contrôle. « Une maîtrise d’œuvre sous-rémunérée et des entreprises choisies uniquement sur le prix le plus bas génèrent, in fine, des risques importants pour la qualité de l’ouvrage », fulmine Marie-Françoise Manière, présidente de l’Unsfa.

Bon usage du Code des marchés publics

L’union d’architectes en appelle donc aux préfets de départements et de régions : « Nous avons demandé à chaque syndicat (ndlr : membre de l’Unsfa) de donner pleine force à l'action lancée par le syndicat des architectes des Bouches-du-Rhône (voir fichier ci-dessous), en envoyant le 11 février un courrier adressé à chaque préfet par chaque syndicat* pour dénoncer cette situation (voir lettre du SAY ci-dessous)", annonce Marie-Françoise Manière. Par là, cette dernière veut provoquer « l’écho le plus percutant possible auprès des pouvoirs publics ». Il s'agit d'amplifier l’expression de l’exaspération des architectes en s'adressant aux représentants de l’Etat « à qui il incombe de garantir le bon usage du Code des marchés publics et de l’ensemble des textes réglementaires, pour les marchés passés par les collectivités locales et les donneurs d’ordre publics ».

Marie-Françoise Manière annonce qu’en même temps que ces lettres, un courrier du même type sera adressé à tous les grands donneurs d'ordre, présidents des collectivités locales et territoriales et bailleurs sociaux pour renforcer l’impact de l’action du syndicat. Histoire de rappeler notamment que le coût de la maîtrise d’œuvre n’impacte qu’à hauteur de 2% le coût global du cycle de vie d'une construction. Alors qu’elle crée une forte valeur ajoutée sur le long terme pour l’ouvrage réalisé, sur sa durabilité, sur la satisfaction des usagers et l’impact environnemental du projet.

* L'Unsfa est une union de syndicats locaux

Commentaires

Offres anormalement basses: l’exaspération des architectes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur