En direct

Obligation de rénovation dans le tertiaire: les acteurs de l'immobilier plébiscitent un objectif en énergie finale
Tour First à Paris La Défense présentée par Altarea Cogedim - © Altarea Cogedim

Obligation de rénovation dans le tertiaire: les acteurs de l'immobilier plébiscitent un objectif en énergie finale

E.L |  le 18/12/2013  |  Tertiairerenotertiaire

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Tertiaire
renotertiaire
Valider

Le Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique (Serce) se dit prêt à signer la Charte pour l'efficacité énergétique des bâtiments tertiaires (document préfigurant l'obligation de rénovation), à condition qu'elle établisse un objectif de réduction en énergie finale.

Pour appuyer sa défense de l'énergie finale, le Serce s’appuie sur les résultats d’une enquête d’opinion réalisée, en novembre dernier, par la société d’ingénierie Sintéo auprès de foncières, bailleurs privés, sociétés de gestion d'actifs immobiliers et grands utilisateurs immobilier. La majorité des acteurs ayant répondus aux questionnaires (2/3 ont déjà signé ou envisagent de signer la Charte du Plan Bâtiment Durable pour l'efficacité énergétique des bâtiments tertiaires) demandent que l’objectif d’amélioration de l’efficacité énergétique du parc tertiaire, qui devrait être fixé par décret en 2014,  soit établi en énergie finale (énergie pénétrant dans le bâtiment) et non pas en énergie primaire (énergie finale + pertes dans les réseaux + consommation des producteurs et des transformateurs d'énergie).

Le débat entre énergie finale et énergie primaire n’est pas nouveau et refait systématiquement surface lors de la rédaction de textes visant à encadrer la performance énergétique des bâtiments. Olivier Sidler, fondateur et dirigeant du bureau d’études Enertech, avait, dès 2009, tenté d’élucider la question. Il expliquait alors, «l’expression en énergie primaire est la manière la plus scientifique de rendre compte de la qualité des transformations énergétiques. C’est la seule qui n’obère aucun phénomène et permet de prendre des décisions dont on est certain qu’elles reflètent réellement un optimum global pour la collectivité et non l’optimum propre à un élément ou un acteur particulier de la chaîne de transformation énergétique. C’est ainsi la seule façon de ne pas hypothéquer la qualité des enveloppes de bâtiments au profit d’un système de chauffage plutôt que d’un autre».

Commentaires

Obligation de rénovation dans le tertiaire: les acteurs de l'immobilier plébiscitent un objectif en énergie finale

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur