En direct

Logements connectés : ce que veulent (ou pas) les habitants
- © Photothèque BNP Paribas Immobilier

Logements connectés : ce que veulent (ou pas) les habitants

JULIE NICOLAS |  le 22/06/2018  |  EnergieInnovationDomotiqueNumériqueBig data

Les objets connectés dans l'habitat bénéficient d'une image positive chez les Français. Le thermostat connecté, la vidéo-surveillance et l'éclairage intelligent  constituent leur "top 3" préféré pour leur logement, selon une étude réalisée par Promotelec. Mais des craintes s'expriment sur le risque intrusif et le traitement des données.

« En innovation, il faut tout essayer ! Même ce qui paraît bizarre de prime abord. C’est ainsi que nous devrons passer de l’internet des objets à l’internet des services », a déclaré jeudi 21 juin Trino Beltran, directeur innovation, R&D chez Vinci Construction France, lors de la conférence « Iot, big data et cyber sécurité : vers 100% de bâtiments connectés», organisée par Le Moniteur, à Paris. « L’intérêt de l’internet des services, c’est qu’il ne s’agit plus de faire de la technologie pour la technologie, mais bien de répondre aux besoins et aux attentes des utilisateurs », a-t-il continué. Car l’utilisateur est bien celui qui doit être au centre des objets connectés pour l’habitat.

 

Quelles attentes pour quels imaginaires ?

 

Un postulat de départ avec lequel Patrice Duchemin, sociologue de la consommation ne peut qu’être d’accord. Il présentait en exclusivité les résultats de l’étude sur le thème « Objets connectés dans l’habitat : quelles attentes pour quels imaginaires ? », menée par l’institut Socivision pour l’Observatoire Promotelec des mutations dans l’habitat. L’enquête a été réalisée en mai 2018 auprès d’un panel représentatif de la population française (1625 répondants).

« Sur un sujet où les prévisions évoquent déjà 9 milliards d’objets connectés, soit plus que le nombre d’êtres humains sur la planète, cette étude a le mérite de montrer aujourd’hui comment ces technologies sont perçues par les Français », a insisté Jérôme Koenig, directeur général adjoint de Promotelec.

 

Un lieu de vie écologique pour 22 % des français

 

Principaux enseignements : il faut envisager le développement de l'iOt et, plus largement, du bâtiment connecté, à l'aune de la perception qu'ont les Français de leur habitat. Et celui-ci s'affirme comme une valeur refuge par excellence, 94 % des répondants aimant y passer du temps. La maison idéale rime d’abord avec protection puisque, pour 63 % des Français, elle doit être un « cocon chaleureux » et, pour 43 %, un « endroit protégé, dans lequel on se sent en totale sécurité ».

Autre élément significatif : la maison doit aussi être « en contact direct avec la nature » pour 29 % des sondés, et « un lieu de vie écologique » pour 22 % d’entre eux. Enfin, si la maison doit être un « lieu de partage et d’ouverture aux autres » pour 22 % des répondants. Seuls 15 % d’entre eux l’envisagent comme un « espace high-tech et connecté ».

 

Des IoT pour gagner du temps au quotidien

 

Alors pour que les objets connectés fassent leur entrée et, surtout, se développent dans l’habitat, ils devront répondre à ces aspirations et aussi, avertissent 80 % des Français, être « simples à utiliser ». Si aujourd’hui, seuls 11 % des sondés déclarent être équipés d’un système de vidéosurveillance, 10 % d’un système de chauffage intelligent et 7 % de volets roulants connectés et pilotables à distance, 69 % des répondants sont convaincus que ces objets vont « leur faire gagner du temps » et les « aider dans leur vie quotidienne ».

 

Chauffage, vidéo-surveillance et éclairage dans le top 3 des IoT

 

Le véritable avantage attendu des objets connectés est le pilotage à distance et à tout moment pour 84 % des répondants. « 33 % rêvent par exemple d’un système de chauffage pilotable à distance, d’un système d’éclairage intelligent (30 %) ou encore d’appareil électroménager intelligent », a souligné Patrice Duchemin. Les trois premiers objets connectés qui font le plus rêver aujourd’hui, selon l’étude Promotelec, sont le chauffage intelligent, la vidéosurveillance et l’éclairage intelligent.

 

Protéger la vie privée

 

Malgré cet a priori positif, il reste plusieurs freins, et pas des moindres, à lever, pour massifier les objets connectés dans le logement. En premier lieu, les français sont prêts à les adopter à condition qu’ils soient financièrement accessibles. Pour 83 % d’entre eux, ces objets sont réservés à « ceux qui en ont les moyens ».

Par ailleurs, la protection de la vie privée, de la santé et la perte de contrôle sur les données constituent toujours de puissants freins à leurs généralisation. Ainsi, 72% des répondants pensent que les objets connectés peuvent les espionner et 64 % estiment qu’ils génèrent des ondes mauvaises pour la santé. « Il faut donc rassurer et apporter des garanties sur la sécurité et le respect de la vie privée », a insisté Patrice Duchemin.

 

Des "gadgets" pour 43 % des répondants

 

Le constat est donc largement positif et les objets connectés pourraient donc faire leur entrée dans le domaine de l’habitat. Quand l’adoption massive va-t-elle se faire ? « Tout dépendra de la capacité de ces objets à se rendre réellement utile », a pointé Patrice Duchemin. Pour l’instant, 43 % des français les considèrent encore comme des gadgets.

 

Le thermostat connecté point d’entrée de l’IoT dans les logements

 

Cela dit, Kevin Cardona, directeur de l’innovation chez BNP Paribas Real Estate vient de livrer à 60 familles des logements équipés de thermostats connectés et de systèmes d’interphones intelligents à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) : « Et à notre grande surprise, nous avons constaté que le thermostat connecté était la porte d’entrée de l’IoT dans les logements. En réalité, dans le résidentiel collectif, les modifications de température restent limitées. Pour autant, l’objet est intuitif et a su séduire les occupants ».

Commentaires

Logements connectés : ce que veulent (ou pas) les habitants

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX