En direct

NOUVELLES ICÔNES DU MARCHÉ

Anne Swynghedauw |  le 16/10/2017  |  ArchitectureParisArchitecture intérieureCommunication

Le design connaît un engouement auprès de la clientèle des ventes aux enchères. Une reconnaissance culturelle incontestable, des plateformes de vente sur internet, ainsi qu'un marché mondialisé le placent durablement au rang de l'art contemporain.

C'est un paradoxe : le mobilier fabriqué en série atteint des valeurs record, au même titre que la pièce unique. Les prix s'envolent pour un bureau rare de Jean Prouvé, une bibliothèque exceptionnelle de Ron Arad, mais aussi pour des créationssorties des usines Ikea dans les années 1990 ! Derrière l'émulation et la multiplicité des objets, ce qui fait leur valeur pose question : est-ce la rareté, l'histoire, la technicité de conception, l'esthétisme, l'unicité, ou la signature ? Quoi qu'il en soit, ces prix attestent le formidable intérêt culturel et social pour le design, sur un marché plus que jamais mondialisé.

Expositions, galeries, foires ou salons consacrés au mobilier des décennies 1930 à 1990 ne manquent pas. Les pièces iconiques sont reconnues et figurent dans les collections des grands musées internationaux : MoMA de New York, centre Georges-Pompidou et musée des Arts décoratifs de Paris, musée d'art moderne de Saint-Etienne, ADAM de Bruxelles, Vitra Museum, Design Museum de Londres… Les galeristes, par leur travail de recherche d'archives notamment, ont contribué à la redécouverte de designers oubliés. Parmi les pionniers, François Laffanour et Patrick Seguin pour Jean Prouvé et Charlotte Perriand, ou Didier Krzentowski pour Gino Sarfatti. Pascal Cuisinier s'inscrit dans leur sillage, avec les designers français des années 1950. Puis des sites de vente en ligne de pièces des années 1930 à 1980 voient le jour : galerie Mobler, spécialisée dans le mobilier scandinave, Design Market, start-up proposant des pièces iconiques, ou Auction, pour des lots aux enchères et achats immédiats. La concurrence sur le marché étant rude et les copies florissantes, cette alternative aux ventes classiques favorise l'élan vers l'achat de pièces de design, avec la garantie de l'authenticité et des prix plus abordables.

Des French Masters bien cotés

Depuis sa création, en 2014, l'entreprise suédoise Barnebys centralise de nouveaux acquéreurs et vendeurs, à côté des poids lourds internationaux que sont Sotheby's, Christie's ou Phillips. Regroupant près de 1 500 maisons de vente et marchands d'art, ce moteur de recherche accorde une forte visibilité au design. Son rapport de 2016 analyse l'évolution des ventes aux enchères des 15 designers les plus recherchés sur sa plateforme : de 2009 à 2016, la valeur totale des pièces présentées a bondi de 330 % ! « Il y a quelques années, je n'avais accès qu'à 5 % du marché ! Aujourd'hui, 20 secondes suffisent pour une recherche bien plus vaste », précise Pontus Silfverstolpe, cofondateur de Barnebys.

Parallèlement au foisonnement d'objets d'art, les prix élevés qu'atteignent certaines pièces de mobilier Ikea démontrent l'intérêt croissant des consommateurs pour les signatures des années 1970 à 1990, tels que Verner Panton, Niels Gammelgaard, Thomas Sandell et Ilse Crawford. « Les pièces qui se vendent le mieux aux enchères sont celles qui marchent moins bien en vente classique, ajoute Pontus Silfverstolpe. A l'avenir, la collection Ikea PS connaîtra, je le pense, une demande très forte. » Qualité et durabilité s'inscrivent dans la stratégie des deux géants suédois - Ikea et Barnebys ; de plus en plus de produits de belle facture devraient ainsi rejoindre le marché des enchères.

Pour la plupart partenaires de Barnebys, les maisons de vente, relayées par Artcurial, Piasa ou Tajan, adoptent ce nouveau vecteur de communication et en font la vitrine des ventes de design. Si Paris reste une place forte des transactions classiques, 70 à 80 % des pièces ont pour destinations d'autres pays d'Europe, les Etats-Unis et, depuis peu, l'Asie. « Le marché français est en pleine expansion, grâce au renouveau de la clientèle, plus jeune, plus réactive, et à l'évolution des habitations qui adoptent cette esthétique. Les clients créent leur propre univers de manière globale, à l'image de l'architecte [...]

Cet article est réservé aux abonnés AMC, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur