En direct

Nouvelles étapes pour Euratlantique
PHOTO - 274581.HR.jpg - © antoine marescaux

Nouvelles étapes pour Euratlantique

Bertrand Escolin - |  le 08/01/2010  |  Collectivités localesArchitectureAménagementUrbanismeRéglementation

Bordeaux agglomération -

L'opération d'intérêt national est née, les décrets qui vont suivre vont permettre de préempter et gérer des terrains sur quelque 738 ha au cœur de l'agglomération. Au total, sont prévus sur quinze ans près de 620 millions d'euros d'études, d'achat de foncier et d'aménagement.

Le décret du 7 novembre qui crée l'opération d'intérêt national (OIN) Bordeaux Euratlantique et définit son périmètre (« Le Moniteur » du 20 novembre, p. 53) va profondément modifier la donne urbanistique de l'agglomération. D'abord, par l'ampleur du périmètre concerné (738 ha), à cheval sur trois communes, qui représente 25 000 habitants. Ensuite, par les modifications profondes qui vont s'engager, en matière méthodologique et politique. « Euratlantique va changer la donne, avec une méthode d'aménagement partagée », explique Philippe Courtois, actuel responsable de la mission de préfiguration et probable futur directeur de l'établissement public.

Projet urbain en trois secteurs

Première modification : « C'est le maire qui délivrera les permis de construire, mais pour le compte de l'Etat. En cas de divergence, c'est le préfet qui peut trancher », explique Philippe Courtois. Encore faut-il disposer d'un nouvel outil : « Nous allons récupérer le droit de préemption, auprès de la CUB », précise-t-il. En effet, le préfet Dominique Schmitt devrait prendre en janvier et février un arrêté de sursis à statuer, puis un arrêté provisoire de création de ZAD, qui transférera le droit de préemption à l'OIN, en accord avec la CUB. Est-ce à dire que les délais vont se rallonger ? « Pas du tout, le délai d'instruction des permis de construire, encadré par la loi, restera le même », rassure Philippe Courtois. « Les collectivités locales seront appelées à délibérer sur cet arrêté, puis l'Etat nous déléguera le droit de préemption, une fois créé l'établissement public, en février ou mars prochain. »
Qui dirigera l'établissement public ? « Il y aura cinq représentants de l'Etat et cinq des collectivités : les maires de Bordeaux, Bègles et Floirac, le président de la CUB, le président de la région. » Alain Juppé, premier vice-président de la CUB chargé d'Euratlantique, devrait logiquement le présider. Le projet urbain va se décliner en trois secteurs : gare, rive droite et Bègles. Un concours d'urbanisme sera lancé en avril sur le secteur gare (180 ha). « Le lauréat sera désigné début 2011, on lui confiera par un accord-cadre l'assistance à maîtrise d'ouvrage, la maîtrise d'œuvre urbaine, la maîtrise d'œuvre des espaces publics sur une période de sept à dix ans. Pour la gare, je tiens à ce que les équipes candidates soient rémunérées. Pour les deux autres secteurs, il peut y avoir des procédures plus légères, mais nous ne lancerons plus de marchés de définition, source d'incertitude juridique. » L'enjeu financier est déjà précisé : le plan d'affaires pour Euratlantique évalue à 620 millions d'euros sur quinze ans le montant cumulé des études, d'achat de foncier et des travaux d'aménagement.

"C'est un projet urbain ambitieux qu'on ne peut aborder par un patchwork d'opérations à l'îlot. Nous allons prendre une méthode souple et participative qui s'inspire de celle de l'île de Nantes (plan guide d'Alexandre Chemetoff, ndlr) avec une négociation périodique avec les porteurs de projets. Nous avons déjà des balises : la gare, un grand équipement culturel (Arena) et les abattoirs (Frac). Il faudra cinq ou six grandes opérations tertiaires significatives pour lancer le quartier comme centre d'affaires international. Il y aura deux projets hôteliers ambitieux rive droite et rive gauche. L'établissement public sera maître d'ouvrage du boulevard sud, le long de la Garonne, actuellement en voie rapide et que nous transformerons en boulevard urbain, accessible aux vélos et piétons, sans aller jusqu'à un aménagement aussi poussé que celui de Michel Corajoud."

276455.HR.jpg Philippe Courtois, directeur de l'OIN "Prende une méthode souple et participative

"Prende une méthode souple et participative

"C'est un projet urbain ambitieux qu'on ne peut aborder par un patchwork d'opérations à l'îlot. Nous allons prendre une méthode souple et participative qui s'inspire de celle de l'île de Nantes (plan guide d'Alexandre Chemetoff, ndlr) avec une négociation périodique avec les porteurs de projets. Nous avons déjà des balises : la gare, un grand équipement culturel (Arena) et les abattoirs (Frac). Il faudra cinq ou six grandes opérations tertiaires significatives pour lancer le quartier comme centre d'affaires international. Il y aura deux projets hôteliers ambitieux rive droite et rive gauche. L'établissement public sera maître d'ouvrage du boulevard sud, le long de la Garonne, actuellement en voie rapide et que nous transformerons en boulevard urbain, accessible aux vélos et piétons, sans aller jusqu'à un aménagement aussi poussé que celui de Michel Corajoud."

Commentaires

Nouvelles étapes pour Euratlantique

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX