Nouveaux tarifs d'achat PV : "le gouvernement, et derrière lui les grands industriels, se refuse à donner une vraie chance à l’essor du photovoltaïque"

Marc Jedliczka, Directeur général d'Hespul, et Raphaël Claustre, Directeur du CLER, associations spécialisées dans le développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique, donnent leur avis sur les nouveaux tarifs d'achats de l'électricité d'origine solaire.

Partager
Nouveaux tarifs d'achat PV :
Marc Jedliczka, Directeur général d'Hespul, et Raphaël Claustre, Directeur du CLER

Le gouvernement commence l'année très fort ! Tout d'abord il invoque à grand renfort de communication la lutte contre une « bulle spéculative » qu'il a très largement contribué à créer en attendant plus d'un an entre l'annonce de la modification des tarifs d'achat (en novembre 2008) et le passage à l'acte (en janvier 2010). Puis, il manipule au passage le poids actuel du remboursement par la CSPE des tarifs d'achat des énergies renouvelables, qui ont diminué de plus de moitié en 2009 par rapport en 2007 du fait de l'augmentation du prix de marché de l'électricité. À travers ses pratiques, il dissimule une véritable entourloupe.

Le gouvernement passe à côté de la construction d'usines de fabrication sur le territoire français

Tout avait bien commencé, avec l'annonce de la création d'un tarif intermédiaire dit « d'intégration simplifiée », qui aurait dû permettre d'attaquer le marché des bâtiments existants de logements et de bureaux dont les immenses surfaces disponibles en toiture auraient pu ainsi être valorisées pour produire de l'électricité solaire, et ceci à moindre coût grâce à des solutions techniques simples ne nécessitant pas de toucher à l'étanchéité et utilisant des modules standard (pose sur châssis).
II est possible d'affirmer sans l'ombre d'un doute que l'annonce d'une telle stratégie, dans un contexte où l'industrie photovoltaïque mondiale est en pleine expansion, aurait entraîné des investissements dans la construction d'usines de fabrication sur le territoire français, jugé comme un marché porteur.
Outre les emplois et la valeur ajoutée dans l'industrie, cette stratégie aurait également permis de créer de nombreux emplois dans les PME pour la conception, la pose et l'entretien des équipements, et elle aurait apporté à des acteurs sociaux majeurs comme les Offices d'HLM des revenus supplémentaires par la valorisation de leur patrimoine.
Les nouveaux tarifs d'achat publiés au Journal Officiel le 14 janvier 2010 comportent bien un tarif de 42 c€/kWh d'« intégration simplifiée au bâti », mais à condition que « le système photovoltaïque remplace des éléments du bâtiment qui assurent le clos et couvert, et assure la fonction d'étanchéité », ce qui rend ce tarif difficile d'accès pour l'existant et ferme ainsi la porte du plus gros du marché en le limitant à ce qui n'est qu'une niche.

Le gouvernement privilégie les solutions techniques les plus coûteuses

Ce faisant, le gouvernement, qui se targue par ailleurs de vouloir préserver le pouvoir d'achat des Français, privilégie curieusement les solutions techniques les plus coûteuses qui auront l'impact le plus important sur le montant de la CSPE acquitté pendant 20 ans par les consommateurs d'électricité.
De plus, ces nouveaux tarifs marquent la fin des projets architecturaux innovants sur les bâtiments neufs, ceux-ci n'étant pas éligibles à la prime d'intégration au bâti. On pourra au moins se réjouir de la fin des hangars jusqu'à présent jamais utilisés mais construits uniquement pour bénéficier de la prime d'intégration. Le photovoltaïque est une technologie qui peut être mise en oeuvre par de très nombreux acteurs au coeur des territoires urbains comme ruraux et contribuer ainsi très largement à l'autonomie énergétique de ces derniers. Quelques semaines après l'échec cuisant de Copenhague, le gouvernement français vient d'ajouter des entraves à une perspective de développement énergétique durable qui constitue pourtant une véritable réponse aux défis énergétiques et climatiques.

SUR LE MÊME SUJET

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER Artisans - Gros oeuvre

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

90 - BELFORT

Réfection des halls 19 rue Lumière

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil