En direct

« Nous voulons intégrer le top 10 mondial », Laurent Germain, directeur général du groupe Egis
Laurent Germain, directeur général du groupe Egis. - © C. BOULZE / LE MONITEUR
Interview

« Nous voulons intégrer le top 10 mondial », Laurent Germain, directeur général du groupe Egis

Propos recueillis par Jérémy Bellanger |  le 18/09/2020  |  France EgisIngénierie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Egis
Ingénierie
Entreprises
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Confiant dans le modèle de son groupe, le nouveau directeur général d'Egis veut doubler son chiffre d'affaires dans les cinq ans à venir.

Comment le groupe Egis sort-il de ces derniers mois marqués par le confinement et une activité dégradée dans la construction ?

La mobilisation a été totale durant le confinement avec un basculement massif en télétravail du jour au lendemain : 4 000 collaborateurs étaient concernés en France et ont continué à produire les études et les services promis à nos clients. C'est une véritable marque d'agilité qui se traduit dans nos résultats. En 2020, notre chiffre d'affaires en ingénierie sera comparable à 2019. Ce bilan est aussi la conséquence de l'impact limité de l'arrêt des chantiers, notamment sur nos activités de supervision. Dès la mi-mai, 80 % des sites avaient repris, ce qui a permis de rattraper le retard et de ne pas trop décaler les calendriers établis avant la crise.

Quelles ont été les conséquences de la crise sur vos activités liées à l'exploitation d'infrastructures de transport ?

Sur ce segment, complémentaire à nos activités d'ingénierie et de conseil, nous pâtissons de la baisse du trafic aérien qui, sur l'ensemble de l'année, devrait atteindre environ 40 %. Face à ce phénomène, nous n'avons malheureusement que peu de prise. Nos activités d'exploitation routière ont quant à elles été peu touchées.

Disposez-vous d'une visibilité satisfaisante sur les prochains mois ?

Nous terminons le premier semestre avec une prise de commandes ingénierie historiquement haute : 530 millions d'euros, contre environ 412 millions sur la même période de 2019. Sur l'année complète, nous devrions même atteindre près de 940 millions, mieux que lors du précédent exercice qui était pourtant déjà bon.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire en pisé

Construire en pisé

Date de parution : 10/2020

Voir

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 10/2020

Voir

Règlement de sécurité incendie des bâtiments d'habitation

Règlement de sécurité incendie des bâtiments d'habitation

Date de parution : 10/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur