En direct

« Nous livrerons un millier de logements cette année »

Propos recueillis par Nathalie Moutarde |  le 13/07/2018  |  Collectivités localesBâtiment

Aménagement -

Entretien avec Aude Debreil, directrice générale de l'EPA Sénart

L'EPA Sénart et la Ville de Lieusaint (Seine-et-Marne) ont participé à la première phase d'Inventons la métropole du Grand Paris. Quel bilan dressez-vous de cette consultation ?

Cet appel à projets a donné de la visibilité au territoire et a servi de révélateur de l'attractivité du Carré Sénart pour les projets innovants. Nous avons proposé un site au centre du Carré pour la réalisation d'un programme tertiaire démonstrateur du développement durable. Six équipes ont répondu, emmenées par des investisseurs et promoteurs dont certains n'avaient jamais travaillé à Sénart. C'est le cas de Sopic-Paris, le lauréat de la consultation. Par ailleurs, nous avons dû formaliser nos exigences fortement contextualisées en matière de développement durable. Le cahier des charges élaboré avec l'agence Franck Boutté se décline autour des thématiques de frugalité-sobriété, réversibilité, santé-confort, nature, etc.

Ce travail nous guidera pour étendre la démarche développement durable aux futurs projets économiques et résidentiels.

Quelles sont les caractéristiques du projet lauréat ?

Conçu par l'architecte Jean-Paul Viguier, ce programme en structure bois comprend 10 500 m2 de bureaux ; 2 050 m2 de restauration et commerces ; et, enfin, un « living lab » de 450 m2, espace d'expérimentation dédié à l'innovation digitale. Ce projet représente plus d'une année de commercialisation de bureaux à Sénart, ce qui constitue un pari important. Malgré son caractère innovant, il reste économiquement abordable, en phase avec les prix du marché tertiaire sénartais. C'est ce que j'appelle l'innovation raisonnée, qui tient compte du contexte local. Le premier des trois bâtiments, livré fin 2020, accueillera le siège de l'EPA.

Vous avez évoqué la dimension développement durable pour les bureaux. Qu'en est-il du logement ?

Là aussi, notre stratégie est celle de l'innovation raisonnée.

Nous avons une population composée aux deux tiers de primo-accédants, disposant donc de revenus limités. Notre mission est de leur offrir de la qualité de vie et d'usage en tenant compte de cette contrainte forte. Nous proposons des logements dotés d'installations thermiques dont nous savons comment elles vieilliront et dont les retombées sur la facture énergétique sont immédiates. L'opération des Chlorophylles - maisons Bepos en accession à partir de 270 000 euros -constitue un bon exemple de ce qui peut être développé.

Les maisons sont équipées d'un système solaire de chauffage de l'eau avec revente de l'électricité produite si la production dépasse la consommation. Dans ce cas, l'impact est direct sur le remboursement mensuel des emprunts pour les acquéreurs.

Quelle est votre feuille de route en matière de logement ?

L'objectif fixé à l'EPA s'élève à 600-700 logements par an.

S'y ajoutent les 200 à 300 réalisés dans le diffus. Cette année, si nous obtenons l'accord des élus et sous réserve que les procédures de création de ZAC avancent vite, nous pourrions lancer près de 1 000 logements, contre moins de 200 en 2016 et en 2017. A mon arrivée, début 2016, j'ai en effet souhaité initier une pause pour réduire l'ampleur du stock de logements à commercialiser. En revanche, les livraisons restent dynamiques : environ un millier de logements devraient être livrés cette année, contre 400 l'an dernier.

Comment travaillez-vous avec les promoteurs ?

Depuis quelques mois, nous avons mis en place des consultations de promoteurs visant à penser la production de logements « autrement ». A travers cette démarche, nous avons souhaité faire évoluer les façons de travailler avec les opérateurs privés. Pour l'écoquartier de l'Arborétum de Chanteloup à Moissy-Cramayel (2 400 logements à terme), nous avons lancé un process de travail collectif. Le macrolot sur lequel opèrent sept promoteurs, leurs architectes et paysagistes, mettant en œuvre une diversité des architectures et des produits dans le respect d'une écriture commune, était un véritable défi. Cette approche a transformé les relations de concurrence habituelles en de véritables relations d'échanges et de coopération.

PHOTO - 13988_850183_k2_k1_1997935.jpg
PHOTO - 13988_850183_k2_k1_1997935.jpg

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur