En direct

« Nous allons continuer à connaître une croissance »

le 23/03/2001  |  ConjonctureImmobilierLogementMaison individuelle

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Conjoncture
Immobilier
Logement
Maison individuelle
Valider

L'EXPERT Agnès Thibault,adjointe au chef du service des affaires économiques de la CAPEB.

Comment se tient l'activité en ce début d'année ?

AGNES THIBAULT : Vu l'excellent premier trimestre que l'artisanat a vécu en 2000, sous l'effet conjoint de la tempête et de la baisse de la TVA, tout le monde s'attendait à une baisse de l'activité. Je n'y crois pas. Nous allons continuer à connaître une croissance. D'ailleurs, les entreprises sont toujours confrontées à une demande très forte des clients, supérieure à ce qu'elles peuvent fournir.

Pourtant, les enquêtes de l'Insee font de plus en plus état d'un tassement futur de l'activité...

Nous nous heurtons toujours à une insuffisance des capacités de production des entreprises. Elles ne peuvent répondre à la demande. La croissance va donc continuer, même si elle est moins forte que celle de l'an 2000 qui, je le souligne, était tout à fait exceptionnelle (7 % au premier trimestre 2000 /premier trimestre 1999). L'économie en général est bonne et l'effet TVA continue à jouer à plein.

Pourtant, la maison individuelle - un de vos premiers marchés - fléchit...

Un peu, mais elle continue à se porter mieux que le collectif neuf.

En d'autres termes, vous n'êtes pas inquiète...

Je n'ai pas d'inquiétude. Il y aura peut-être un ralentissement de la croissance mais pas de recul de l'activité. Le tout par rapport à un premier trimestre 2000 au cours duquel l'activité explosait.

Sur quelle hypothèse de croissance êtes-vous pour 2001 ?

Nous sommes sur une prévision de 2 à 3 % de croissance en 2001 pour l'artisanat.

Pour illustrer la tension à laquelle l'appareil de production est soumis, je voudrais vous citer en exemple les problèmes de recrutement. Ils sont tels que l'on assiste à des phénomènes nouveaux : les entreprises ont tendance à débaucher la main d'oeuvre de leurs concurrents, ce qui tire les salaires vers le haut. Il n'est pas rare de voir une entreprise former un jeune pendant plusieurs mois pour se le faire débaucher par une autre ensuite !

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur