En direct

« Notre stratégie est celle de l’innovation raisonnée »
Aude Debreil, directrice générale de l’EPA Sénart. - © Isabelle Chataigner / EPA Sénart

Interview

« Notre stratégie est celle de l’innovation raisonnée »

Propos recueillis par Nathalie Moutarde (Bureau Ile-de-France du Moniteur) |  le 11/07/2018  |  EssonneSeine-et-Marne

Aude Debreil, directrice générale de l’établissement public d’aménagement de Sénart (Seine-et-Marne/Essonne), territoire désormais intégré dans l’agglomération Grand Paris Sud, évoque les principaux dossiers en cours : les ambitions en matière de développement durable, les écoquartiers lancés ou à venir, les nouvelles méthodes de travail avec les promoteurs, les projets du Carré Sénart…

L’EPA Sénart et la Ville de Lieusaint ont participé à la première phase d’Inventons la Métropole du Grand Paris. Quel premier bilan dressez-vous de cette consultation ?

Cet appel à projets a donné de la visibilité au territoire et a servi de révélateur de l’attractivité du Carré Sénart pour les projets innovants. Nous avons proposé deux terrains d’environ 15 000 m² au centre du Carré pour la réalisation d’un programme tertiaire démonstrateur du développement durable. Six équipes ont répondu, avec des dossiers très solides, emmenées par des investisseurs et promoteurs dont certains n’avaient jamais travaillé à Sénart. C’est le cas de Sopic-Paris, lauréat de la consultation. Cet appel à projets nous a également obligés à formaliser nos exigences en matière de développement durable. Avec Franck Boutté, nous avons élaboré un cahier des charges très fourni, décliné autour de six thématiques — frugalité-sobriété, réversibilité, santé-confort, nature, services, mobilité — et le numérique. Ce travail va désormais nous guider pour étendre cette démarche développement durable aux futurs projets aussi bien économiques que résidentiels.



Quelles sont les caractéristiques du projet lauréat d’Inventons la Métropole du Grand Paris ?

Conçu par Jean-Paul Viguier, ce programme de 13 000 m² en structure bois se décompose en 10 500 m² de bureaux ; 2 050 m² de restauration et commerces autour de concepts novateurs sur les thèmes de l’art de vivre et de l’agri-urbain, qui constitueront autant de lieux de rencontres et de convivialité ; et enfin un « Living Lab » de 450 m², espace d’expérimentation dédié à l’innovation digitale. Ce projet représente un pari important car ses 13 000 m² de superficie correspondent à plus d’une année de commercialisation de bureaux à Sénart. Malgré son caractère innovant, il reste économiquement abordable, en phase avec les prix du marché tertiaire sénartais. C’est ce que j’appelle l’innovation raisonnée, qui tient compte du contexte local. Nous avons signé la promesse de vente des droits à construire avec Sopic-Paris en décembre 2017. Le premier des trois bâtiments prévus, livré fin 2020, accueillera le siège de l’EPA. Nous sommes donc très impatients de voir cette opération sortir de terre en tant qu’aménageur et en tant que futur utilisateur.



Sénart est souvent présentée comme le territoire de la logistique. Ce secteur d’activité est-il toujours aussi dynamique ?

Le lancement d’opérations en blanc comme le bâtiment Log One (63 000 m² développés par AG Real Estate en 2016) confirme le dynamisme de ce secteur, qui est en train d’évoluer. Les entrepôts changent de nature, ils intègrent une part de process de plus en plus importante. En nous appuyant sur le cluster de l’innovation logistique créé il y a quelques années (et désormais piloté par l’agglomération Grand Paris Sud), nous essayons de structurer une filière de la logistique et du e-commerce qui intègre les fournisseurs, les prestataires, les utilisateurs, les concepteurs de process de plus en plus automatisés et capitalistiques. Lorsque le parc logistique de l’A5 sera achevé à l’horizon 2020, Sénart comptera 2,5 millions de mètres carrés d’entrepôts.



Les habitants de Sénart acceptent-ils facilement la construction de nouveaux entrepôts ?

C’est un sujet. Nous sommes vigilants à leur environnement : nous paysageons les zones d’activités. Cette année, nous allons réaliser de gros travaux de voiries et de paysage dans le parc de l’A5-Sénart. En 2017, près de 27,5 millions d’euros de dépenses d’aménagement ont été engagés et intégralement financés par l’établissement public. Ces aménagements s’inscrivent dans le prolongement du travail de paysagement, de plantation d’arbres, de modelage du paysage… que l’EPA mène depuis sa création, il y a 45 ans. Cette action continue — plantation de 10 000 arbres dans le Carré Sénart, création d’un réseau de bassins d’agrément... — a contribué à considérablement augmenter la biodiversité sur le territoire, un taux nettement supérieur à la moyenne constatée en grande couronne.



Quel est le rythme de créations d’emplois à Sénart ?

Le plan de développement à cinq ans, récemment adopté par le Conseil d’Administration de l’EPA Sénart, vise une création potentielle d’environ 6 000 emplois sur la période. Sénart n’atteint pas encore l’équilibre habitat-emploi, mais depuis quelques années, nous comblons notre retard. Le développement économique constitue un volet important de notre activité. C’est d’ailleurs l’une des spécificités de l’EPA Sénart par rapport aux autres établissements publics d’aménagement. Je suis convaincue que ce n’est que parce que nous réussirons à faire venir des emplois à Sénart que les élus continueront à construire [...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

« Notre stratégie est celle de l’innovation raisonnée »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX