En direct

Notre-Dame : les travaux de mise en sécurité se poursuivent
La consolidation de l'édifice va se poursuivre jusqu'au printemps 2020. - © Elodie Cerqueira/Le Moniteur

Notre-Dame : les travaux de mise en sécurité se poursuivent

JULIE NICOLAS |  le 29/08/2019  |  Notre-DameMonument historiqueIncendie Notre-Dame

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Technique
Notre-Dame
Monument historique
Incendie Notre-Dame
Valider

Si la sécurisation de la cathédrale Notre-Dame de Paris est toujours en cours, les premiers constats indiquent que les travaux de remise en état seront longs et conséquents. La question de la reconstruction à l'identique n'a pas encore été tranchée. 

Après les péripéties liées à la présence de plomb aux abords de Notre-Dame cet été, le chantier a repris son cours. Actuellement, une centaine de compagnons travaillent à la sécurisation de l’édifice. « Dans les jours qui ont suivi l’incendie, sept entreprises de maîtres verriers sont intervenues de façon concertée afin de déposer les vitraux », a rappelé Frédéric Létoffé, président du Groupement des entreprises de restauration des monuments historiques (GMH). Il intervenait lors d’un débat organisé par la Fédération française du bâtiment (FFB) sur Notre-Dame, organisé en marge de l’Université d’été du Medef, la Rencontre des entrepreneurs de France (Ref) à l’hippodrome de Longchamp.

Sur le même sujet Notre-Dame : la décontamination a commencé

Maçons, sculpteurs, cordistes et spécialistes des échafaudages sont en plein travail. Mais avec quel objectif ? « Nous sommes toujours en train de sécuriser la cathédrale », poursuit le président du GMH. La pose du platelage au-dessus de la nef est achevée et l’étaiement des arcs-boutants est en cours. La prochaine étape concernera la dépose des échafaudages qui se trouvent à la croisée du transept. D’autres protections seront mises en place au fil de l’avancement du chantier.

Quid du diagnostic ?

« Les travaux de sécurisation se prolongeront jusqu’au printemps 2020,. Ce n’est qu’à partir de là qu’un diagnostic complet pourra être effectué », insiste Frédéric Létoffé. En attendant, le spécialiste des monuments historiques dresse déjà un premier constat : « les trois pignons sud, ouest et est seront à reconstruire en totalité car les pierres de ces zones ne sont plus porteuses. A partir de 800 °C, elles perdent leur capacité structurelle », indique-t-il. Leur teinte rose et les nombreux éclatements témoignent de leur mauvais état.

Les pierres seront donc déposées, numérotées et inspectées. Les mêmes opérations concerneront les murs gouttereaux, c’est-à-dire les murs supérieurs au-dessus de la nef. Enfin, les flammes ont léché des éléments de sculptures de la tour sud. Il est donc déjà possible de dire que les travaux concerneront également la restitution de l’intégrité de ces chimères en pierre. Enfin, le mystère demeure sur l’état des voûtes. Elles ne pourront être inspectées précisément qu’une fois le nouvel échafaudage mis en place.

Déposer l’échafaudage en place

Parmi les étapes clés à venir, la dépose de l’échafaudage va constituer un moment phare. Dans ce but, un nouvel échafaudage sera mis en place autour de l’existant. Il va permettre d’envelopper la structure métallique existante afin de la déposer par le haut. Cette organisation est rendue nécessaire car certains éléments ont été soudés par les flammes lors de l’incendie. Démonter les parties qui sont toujours clavetées devrait être beaucoup plus simple.

Réouverture en 2024

Une réouverture en 2024 est-elle toujours prévue ? « Etant donné l’état de délabrement avancé du chevet sud notamment, je suis très sceptique sur cette échéance, indique Frédéric Létoffé. Il sera peut-être possible d’ouvrir la cathédrale pour le culte, mais les travaux devraient durer entre 10 et 15 ans au total. » Le ministère de la Culture, représenté par Jérémie Patrier-Leitus, délégué général pour Notre-Dame ne se prononce pas non plus. Il rappelle qu’il s’agit d’un objectif fixé par le Président de la République et qu’il est « tenable, selon les experts ».

Reconstruire à l’identique ?

Quant à la reconstruction à l’identique, rien n’a été décidé encore. « Il est toujours possible d’organiser un grand concours d’architecture, indique Jérémie Patrier-Leitus. S’il n’y a pas de concours, il y aura de toute façon une large consultation, qui associera entreprises, architectes et les différents corps de métier ». De son côté, le ministère de la Culture souhaite organiser un grand débat patrimonial sur ce sujet. La décision de reconstruire à l’identique ou non sera prise à l’issue de ces étapes, encore mal définies, par la présidence de la République et le ministère de la Culture.

L’édifice le plus documenté de France

De son côté, le GMH appelle clairement à une reconstruction à l’identique. « Notre-Dame est l’un des édifices les plus documentés que ce soit numériquement ou sur papier : nous disposons de tous les éléments pour la reconstruire à l’identique », reprend Frédéric Létoffé. Y compris les 400 tonnes de sa charpente en plomb : « Sa structure a été dimensionnée pour recevoir cette charge. Si un matériau plus léger est choisi, cela entraînera un déséquilibre. » Enfin, le président du GMH a souligné les quantités de matériaux disponibles : « Avec quatre millions d’hectares, nous avons la plus grande forêt de chênes au monde. Parallèlement, la France produit chaque année 2 millions de m3 de bois, quand les besoins pour Notre-Dame sont estimés à 3000 m3. Enfin, l’Ile-de-France compte six carrières de pierres qui sont en capacité d’approvisionner le chantier ».

Sur le même sujet Le BIM pour restaurer Notre-Dame et repenser l'ensemble du site

100 millions d’euros collectés

Enfin, côté budget, la collecte a permis de rassembler un peu plus de 100 millions d’euros aujourd’hui. Les promesses des nombreux mécènes, dont le montant total représente 850 millions d’euros, sont toujours d’actualité. « Aucun d’entre eux ne souhaite revenir en arrière », souligne Jérémie Patrier-Leitus. En revanche, ces sommes ne seront débloquées qu’au fur et à mesure de l’avancement des travaux et de façon à assurer la transparence. Il reste encore beaucoup de travail avant d’y voir vraiment plus clair sur ce projet pharaonique.

Commentaires

Notre-Dame : les travaux de mise en sécurité se poursuivent

Votre e-mail ne sera pas publié

Toutbrulesaufnotredame

30/08/2019 16h:45

Je suis toujours afféré en lisant les prévisions qui sont faites pour ce bâtiment... si un concours doit être lancé (pour que ce soit les mêmes qui le gagnent... franchement NON) pour une architecture plus moderne ? Sérieux ! Encore une chose sans aucun sens... vu le propositions déjà publiées, c'est du grand N'importe quoi... la reconstruire à l'identique cela va de soie. Imaginez tous ces siècles de vécu par ce bâtiment pour auj. Refaire un lifting dégueulasse et sans intérêt. Par ailleurs, la mémoire du site et tellement forte que ça n'a aucun sens. Et pour finir... avec un tel budget pour UN monument... c'est disproportionné !!! Ils sont bien content les catholiques avec une TELLE donation... qui au final, le seul intérêt est la déduction d'impôts pour ces "bienfaiteurs" et être bien vu dans le monde... Qui gérera cet argent... haha la blague. Enfin, les vrais problèmes ne sont jamais résolus comme d'habitude. La SEULE vraie question et qu'au lieu de perdre le temps avec des âneries, il vaudrait mieux s'atteler à la tâche !

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri

04/09/2019 07h:23

Une charpente en plomb ? Ne s'agirait-il pas de la couverture, plutôt ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Date de parution : 09/2019

Voir

Initiation aux procédés généraux de construction

Initiation aux procédés généraux de construction

Date de parution : 09/2019

Voir

Abrégé des marchés publics de travaux

Abrégé des marchés publics de travaux

Date de parution : 09/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur