En direct

Notre-Dame-des-Landes : le rapport de la commission de dialogue n’a pas apaisé le débat

Jean-Philippe Defawe (Bureau de Nantes du Moniteur) |  le 10/04/2013  |  Notre-Dame-des-LandesLandesLoire-AtlantiqueBâtimentERP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Notre-Dame-des-Landes
Transports
Landes
Loire-Atlantique
Bâtiment
ERP
Valider

Report sine die du projet pour les uns. Confirmation de son bien-fondé pour les autres. Chaque camp interprète à sa manière les conclusions des experts qui ne remettent toutefois pas en cause le projet de transfert de l’aéroport de Nantes.

Dans un communiqué, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a réaffirmé "son attachement" au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, après la remise mardi au gouvernement des trois rapports d’experts, dont celui de la Commission de dialogue présidée par Claude Chéreau.

« L'aéroport du Grand Ouest se doit d'être exemplaire et à ce titre optimisé sur la base des recommandations formulées par les commissions », a-t-il poursuivi, en invitant « chacune des parties prenantes à poursuivre dans cette voie et à respecter les règles du débat démocratique, afin que toutes les améliorations proposées puissent être sereinement mises en œuvre ».

Lors d’un point presse organisé mardi soir après la remise des rapports au gouvernement, les principaux élus du Grand Ouest ont pris acte des conclusions sans  enthousiasme excessif. Pour Jacques Auxiette, président de la Région des Pays de la Loire et du Syndicat mixte aéroportuaire (SMA), Philippe Grosvalet, président du Conseil général de Loire-Atlantique, Gilles Retière, président de Nantes Métropole, Patrick Rimbert, maire de Nantes et Gérard Lahellec, vice-président de la Région Bretagne, « ces rapports confirment la pertinence et ouvrent une nouvelle étape apaisée d’amélioration du projet de transfert de l’Aéroport de Nantes-Atlantique vers Notre-Dame des-Landes. Présenté comme projet d’intérêt général, le transfert doit désormais faire l’objet d’amélioration et d’approfondissement. (…) La feuille de route est exigeante. Il est demandé d’être plus exemplaire pour garantir les compensations : nous allons le faire» ont-ils indiqué.

« L’Etat et les maîtres d'oeuvre vont prendre le temps nécessaire dans les jours qui viennent pour intégrer les recommandations qui ont été formulées par les différentes commissions » ont expliqué les élus en affirmant vouloir un projet « exemplaire ». « Les maîtres d’ouvrage vont travailler sur la base du travail des experts. Le projet sera amélioré, ils apporteront des réponses à chacune des réserves pour les lever afin que le préfet puisse prendre les arrêtés loi sur l’eau » ont-ils indiqué.

Ronan Dantec, sénateur EELV de Loire-Atlantique et vice-président de la commission du développement durable, des infrastructures, de l’équipement et de l’aménagement du territoire, n’a pas du tout la même lecture des rapports. « Les recommandations des rapports implique un report du projet » affirme-t-il. Le sénateur s’est surtout penché sur le rapport de la commission scientifique dont il note l’indépendance et sa « liberté de conclusion ».  Le fait que cette commission recommande une nouvelle démarche pour la méthode de compensation « sonne comme un désaveu scientifique pour les porteurs du projet, qui avaient sous-estimé les enjeux environnementaux » explique-t-il. « La prise en compte des treize recommandations de la commission scientifique prendra de fait un temps long, et revient donc à un réel report du projet ».

Son parti va même plus loin. Pour Europe Ecologie – Les Verts, « la copie est bien à revoir intégralement ». « Toutes les interrogations posées depuis des années par les opposants sont aujourd’hui confortées et légitimées » affirme un communiqué précisant « qu’en l’état, la mise en œuvre de toutes les recommandations formulées dans ces rapports relève de la mission impossible et reporte sine die le projet ».

Un retard de 6 mois

Impensable pour Jacques Auxiette, président de la Région des Pays de la Loire et du Syndicat mixte aéroportuaire (SMA) qui s’est montré très confiant sur le calendrier et estime le retard pris à seulement 6 mois. « Initialement prévu pour 2017, l’aéroport sera achevé pour 2017-2018 »a- t-il indiqué.

Sur les inévitables surcoûts qui découleront des améliorations du projet comme la construction de parking pour limiter l’emprise sur les sols agricoles, les élus locaux se tournent vers l’Etat signataire de la convention de partenariat avec Aéroport du Grand Ouest (Vinci). Pour autant, au sujet d’une des recommandations de la commission de dialogue sur l’organisation du réseau des infrastructures de transport à l’échelle interrégionale, Jacques Auxiette  semble avoir des éléments de réponse. Concernant le projet de déserte par un tram-train, il a annoncé que la Région « prendrait une décision, avant la fin du mois de juin » laissant entendre qu’un financement pourrait être trouvé.

Commentaires

Notre-Dame-des-Landes : le rapport de la commission de dialogue n’a pas apaisé le débat

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur