Transport et infrastructures

Notre-Dame-des-Landes : l’abandon du projet d’aéroport pourrait coûter près de 600 M€ à l’Etat

Mots clés : Finances publiques - Gares, aéroports

Selon une estimation du président (LR) de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, Eric Woerth, l’abandon du projet va occasionner une perte pour les finances publiques de 200 à 600 millions d’euros.

Frais d’indemnisation pour l’annulation du contrat avec Vinci pour la construction et l’exploitation de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes + réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique = un coût de 200 à 600 millions d’euros pour l’Etat.

Tel est le calcul présenté mercredi 28 mars par Eric Woerth, président de la Commission des finances de l’Assemblée nationale, fondé sur l’analyse de documents financiers transmis par les administrations de l’Etat et par les collectivités territoriales partenaires du projet, dans le cadre d’un contrôle parlementaire.

L’ancien ministre du Budget a jugé que l’éventuelle indemnisation du concessionnaire, la société Aéroports du Grand Ouest (AGO), chargée notamment de réaliser le nouvel aéroport, constituait « un risque financier considérable » mais devrait être négociée. L’Etat pourrait lui verser un montant maximal de 500 millions d’euros, a-t-il rappelé. Mais « dès lors que l’indemnisation (…) sera supérieure à 100 ou 120 millions d’euros, soit entre 20 à 30% des estimations maximales, le coût pour l’État de l’abandon de Notre-Dame-des-Landes sera supérieur à celui de la poursuite du projet », a souligné Eric Woerth.

Concernant la modernisation de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique, qui prévoit notamment son agrandissement, la facture pourrait atteindre 500 millions d’euros selon une mission de médiation gouvernementale. Une somme qui parait « sous-estimé(e) », s’est inquiété le député. « Il faudra tenir compte des surcoûts liés à la fermeture de l’aéroport pendant les travaux sur la piste, pendant plusieurs semaines », a-t-il argumenté. « Surtout l’allongement de la piste et l’extension de l’aérogare imposent des acquisitions foncières et des travaux, soumis à des contraintes environnementales importantes », a poursuivi M. Woerth.

 

A l’inverse, a expliqué le député de l’Oise, la poursuite du projet aurait quant à elle permis un bénéfice net de 180 millions d’euros sur la durée de la concession.

Fin janvier, M. Woerth, après un contrôle sur pièce et sur place à la DGAC, avait estimé que le gouvernement avait renoncé au projet d’aéroport « sans mesure préalable du risque financier ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X