En direct

«Nos ingénieurs s’insèrent vite et restent dans le secteur du BTP» - Gilles Perrenot, directeur des études de l’IITBTP
Gilles Perrenot, directeur des études de l’IITBTP (Institut d’Ingénieur des Techniques du BTP) - © Vincent Leloup/Le Moniteur

«Nos ingénieurs s’insèrent vite et restent dans le secteur du BTP» - Gilles Perrenot, directeur des études de l’IITBTP

le 03/10/2013  |  Conception-réalisationFrance entièreMarne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Formation BTP
Conception-réalisation
France entière
Marne
Valider

Les ingénieurs formés en alternance ont su trouver leur place. C’est le constat de Gilles Perrenot, directeur des études de l’Institut d’ingénieur des techniques du BTP (à Reims) alors que l’école fête le 5 octobre ses 20 ans d’existence.

Le Moniteur : En cette rentrée 2013, l’IITBTP souffle ses 20 bougies. Quel bilan faites-vous ?

Gille Perrenot : Il faut rappeler que lorsqu’en 1992, les responsables de la FFB Champagne Ardenne, de la Fédération Régionale des Travaux Publics, du Cnam Champagne Ardenne et de la Région se sont réunis pour créer une formation d’ingénieur, en alternance, en 5 ans après un bac scientifique, le pari n’était gagné ! Quelques enseignants de l’Université de Reims Champagne Ardenne, dont je fais partie, y ont cru et dès septembre 1993, les premiers élèves étaient admis. Les objectifs principaux de former des ingénieurs qui s’insèrent rapidement et  restent dans le secteur du BTP sont toujours d’actualité. Sur 393 ingénieurs formés, seul 7 ont quitté le BTP. Ils trouvent tous un emploi correspondant à leur niveau de formation, dès l’attribution du diplôme, soit dans leur entreprise d’accueil (70%) ou dans une autre structure. C’est le bilan très positif d’une structure à taille humaine.

M : La formation par alternance de l’ingénieur a-t-acquis ses lettres de noblesse ?

G.P. : Dans le BTP, l’apprentissage est une tradition. Mais pour une formation d’ingénieur, il a fallu faire bouger les lignes. Il est intéressant de constater que le référentiel de formation en entreprise élaboré avec les premiers tuteurs à l’été 93 tient toujours. Et trois passages devant la Commission des Titres d’Ingénieurs ont conforté nos choix de formation.

Notre crainte de former des ingénieurs «maison» s’est estompée rapidement. L’apprentissage permet de bien comprendre le fonctionnement d’une entreprise de sorte que même si le jeune ne reste pas dans sa structure d’accueil, son insertion est rapide. Depuis quelques années, des diplômés de l’IIT BTP deviennent, à leur tour, volontaires pour encadrer des jeunes, c’est plutôt bon signe. Le taux de placement des jeunes est la meilleure preuve que l’apprentissage ça marche…

M : Le profil des élèves ingénieurs évolue-t-il ?

G.P. : La sélection des bacheliers entrant nous permet de maintenir le niveau  de formation. Nous regrettons de perdre quelques bons éléments, pas encore certains de faire carrière dans le BTP, qui s’orientent vers des prépas intégrées généralistes. Depuis 20 ans les jeunes admis changent. On a l’impression qu’ils ont plus de mal à retenir, à se concentrer et qu’ils sont moins acharnés au travail… Un de nos soucis est la baisse du niveau en expression écrite de certains élèves. Comment leur faire prendre conscience des problèmes d’orthographe, de plagiat ? En revanche, la communication orale semble en progression.

M : Qu’en est-il de la féminisation ?

G.P. : Sur les 23 promotions formées ou en formation, le pourcentage de filles varie de 0% à 38%  avec une moyenne de 15%. Cette proportion tend à augmenter, mais demeure très variable d’une année à l’autre sans raison apparente. Les filles trouvent aussi facilement du travail que les garçons, elles sont souvent plus motivées pour travailler dans un secteur essentiellement masculin.

M : En 20 ans, comment a évolué le cursus des élèves ingénieurs ?

Les matières scientifiques et techniques fondamentales de l’ingénieur n’ont pas tellement changé. L’évolution est plus visible dans les domaines de la qualité, de la sécurité et de l’environnement.

Une demande est venue de la profession, il y a 6 ans, d’ouvrir une option ingénierie pour former des ingénieurs de bureaux d’études et de maitrise d’œuvre.

M : Dans le contexte économique actuel, comment se passe la recherche des contrats d’apprentissage pour les élèves qui entrent en 3ème année ?

G.P. : La recherche des contrats d’apprentissage en 2013  n’a pas posé de problème pour 85% de la promotion. Le stage de deuxième année est souvent une porte d’entrée dans l’entreprise. C’est un peu plus difficile pour les derniers, des décisions de signature sont différées à l’an prochain. Cette année encore, 16 contrats ont été signés en Région Champagne Ardenne.

Mais les perspectives restent encourageantes. Les besoins annuels en techniciens supérieurs, cadres techniques et ingénieurs avoisinent 500 personnes pour la seule Champagne-Ardenne. Nous savons aussi qu’un entrepreneur sur trois partira à la retraite d’ici à 2020, soit plus de 1000 entreprises à reprendre.

L’insertion des nouveaux ingénieurs  reste remarquable et les  PME régionales découvrent, avec cette formation, des profils qui ne seraient jamais venus vers elles et dont elles ont tant besoin, tant au niveau de l’encadrement technique que de la reprise d’entreprise.

Commentaires

«Nos ingénieurs s’insèrent vite et restent dans le secteur du BTP» - Gilles Perrenot, directeur des études de l’IITBTP

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur