En direct

Nord : un robot quadrupède fait ses premiers pas sur un chantier
Laure Ducoulombier, responsable la chaire Construction 4.0 chez Bouygues Construction, pose avec Spot, le nouveau compagnon à quatre pattes de la chaire devant le laboratoire de Centrale Lille qui l’héberge. - © Chaire Construction 4.0 Centrale Lille

Nord : un robot quadrupède fait ses premiers pas sur un chantier

Emmanuelle Lesquel (Bureau de Lille du Moniteur) |  le 09/07/2021  |  NumériqueChantier connectéChantiersNordArtisans

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Numérique
Chantier connecté
Chantiers
Nord
Artisans
Valider

Acquis en début d’année par la chaire Construction 4.0, constituée d’une équipe mixte Centrale Lille et Bouygues Construction, le robot Spot a fait ses premiers pas, il y a un mois, sur un chantier de la métropole lilloise. Balade en compagnie d’un surprenant compagnon qui pourrait bientôt s’avérer très utile pour collecter des données.

Comme dans un film de science-fiction, un peu angoissant, une sorte de chien mécanique sans tête s’est déplacé avec une aisance assez impressionnante sur le vaste chantier Quai 22 à Saint-André-lez-Lille (Nord).

« Montée d’escalier, marche sur du treillis soudé, franchissement d’obstacles, les résultats de ce premier test, avec un pilotage à distance du robot, ont été très satisfaisants », se félicite Laure Ducoulombier, responsable de la chaire 4.0 chez Bouygues Construction. Seules difficultés rencontrées : les escaliers tournants et les doubles couches de treillis soudés.

Baptisé Spot, ce robot conçu par Boston Dynamics a été acquis en janvier par la chaire industrielle afin de pouvoir l’étudier de près. Comme sur ce premier test, l’outil peut être télécommandé, mais il est aussi en capacité de se débrouiller en autonomie, une fois un parcours établi.

« Les robots sont en général peu adaptés aux environnements changeants comme les chantiers. Cependant, celui de Boston Dynamics s’en tire plutôt bien. Si un obstacle se retrouve sur son chemin, il trouve une autre voie », explique l’ingénieure en génie civil. Le coût du toutou se situe entre 40 000 et 100 000 euros, selon les équipements dont il bénéficie.

 

Suréquipé et très agile

 

Camera 360°, appareil photo, capteur infrarouge pour les distances, numériseur 3D et même bras articulé, Spot présente le gros avantage de pouvoir porter sur son dos de nombreux outils facilitant ainsi la collecte de précieuses données sur l’avancée du chantier. Il peut avoir un intérêt décuplé dans des espaces difficiles d’accès. Par exemple pour aller inspecter un vide sanitaire infesté de rats !

« Les possibilités offertes sont très nombreuses. Nous imaginons par exemple équiper le robot afin qu’il puisse faire un bilan de l’avancée du chantier voire, en poussant le traitement d’image, détecter des défauts visuels d’exécution ou de sécurité sur le gros œuvre », projette Laure Ducoulombier.

Celle qui est également responsable du pôle R&D " Design Lab " de la major imagine aussi pour le compagnon à quatre pattes un usage en phase second œuvre, par exemple pour identifier les réserves avant livraison. Spot pourrait accompagner un humain lors de son inspection des centaines de logements à livrer, ou partir seul et ouvrir les portes grâce à la greffe d’un bras articulé. En attendant ses prochains ajouts d’outils, Spot est rentré sagement au laboratoire de Centrale Lille.

 

Commentaires

Nord : un robot quadrupède fait ses premiers pas sur un chantier

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil