En direct

NORD Les surprises d'un chantier vert

le 05/09/1997  |  NordEnvironnementChantiersDéveloppement durableLogement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Nord
Environnement
Chantiers
Développement durable
Logement
Santé
Réglementation
Technique
Valider

La construction, au printemps dernier, de 38 maisons locatives à Wambrechies, dans le Nord, a donné lieu à une expérimentation chantier « vert » appuyée par le PCA (plan construction et architecture) du ministère de l'Equipement et du Logement et le conseil régional Nord-Pas-de-Calais. Le maître d'ouvrage, la société d'HLM SLE (société d'HLM de Lille et environs), s'est adressé au bureau d'études techniques OTH Nord-Ouest pour piloter et coordonner cette expérimentation. L'objectif était double : d'une part produire moins de déchets de chantier, d'autre part trier et recycler ces déchets, sans pour autant déséquilibrer les conditions de rentabilité de la construction. A noter que l'opération a été réalisée en corps d'état séparés.

Calepinage théorique

Pour réduire la masse des déchets, il a été décidé, dans la phase de conception, de choisir des composants de grande dimension pour les panneaux de doublages isolants. En outre, un système de calepinage précis a été expérimenté sur les 14 premières maisons construites. Il s'est concrétisé par l'élaboration d'un cahier d'identification et de comptabilisation des panneaux par type de logement, comprenant les plans des découpes par façades. « Il est vrai que la mise en oeuvre a posé quelques problèmes », reconnaît Jean Vanlerberghe d'OTH, qui raconte : « D'abord, les plans de découpe ont été remis en cause par les ouvriers d'Euro-Cloisons, car ils ne correspondaient pas à leur pratique habituelle. Nous les avons donc refaits. Puis une nouvelle équipe a été mise en place par l'entreprise de plâtrerie et il a fallu encore rediscuter et refaire un autre schéma de découpe et de pose ».

« L'efficacité de ce calepinage théorique aurait été meilleure dans une opération de logements collectifs, reconnaît Sylvie Caux, de la SLE. En effet, dans l'opération de Wambrechies, on trouve trois sortes de T3, trois sortes de T4, etc., ce qui rend plus complexe tout souci de systématisation. »

Cela étant, les ratios de chutes, chiffrés en moyenne à 20 % dans les offres des entreprises, ont été ramenés à 12 %, grâce au calepinage théorique préalable. Mais, dans la pratique, les équipes de pose des panneaux, sensibilisées à l'enjeu de réduction des chutes, ont réussi à faire mieux que ce qui était prévu, notamment en réutilisant des chutes d'un logement à l'autre. Et le taux de déchets a été réduit à 5 %.

PHOTO : Les maisons de Wambrechies ont été construites « proprement ».

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil