En direct

Nord L'équipe Bovis en place pour l'usine Toyota

le 27/11/1998  |  NordCollectivités localesBâtimentManagementDroit du travail

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Nord
Collectivités locales
Bâtiment
Management
Droit du travail
International
Immobilier
Entreprises
Réglementation
Technique
Valider

Le major britannique assurera le management du chantier. Les premiers lots seront attribués en janvier-février prochains.

La première pierre de l'usine automobile Toyota d'Onnaing a été posée le 12 novembre, en présence de nombreux acteurs locaux et des responsables de Bovis, qui a obtenu le contrat de construction.

« Nous sommes responsables des délais et des coûts. » C'est ainsi que Jacques Demol, directeur régional de Bovis et responsable du projet d'Onnaing, définit le contrat de « design managing constructor » qui lie l'entreprise au constructeur automobile japonais. Bovis a déjà choisi son bureau d'études, l'américain SSOE (Toledo, Ohio) qui a, à son actif, une cinquantaine d'usines automobiles dans le monde.

Bovis et SSOE vont s'appuyer sur des compétences françaises. « Les équipes Bovis assureront le management du chantier, mais nous n'aurons aucun exécutant sur le site », précise Jacques Demol. A l'heure actuelle, Bovis développe les plannings de réalisation du chantier qui durera une année, et s'apprête à lancer les premiers appels à préqualification auprès des entreprises. Les premiers lots (fondations notamment) seront attribués en janvier et en février prochains.

Quel sera le montant du contrat (1,2 milliard de francs) sous-traité ? Cela dépendra des réponses des entreprises. Mais Jacques Demol n'exclut pas que près de 70 % du montant des travaux reviennent aux entreprises françaises et belges locales.

Mais avant d'en arriver là, il a fallu une mobilisation autour des procédures à lancer. Le 9 décembre 1997, Toyota annonçait son intention de créer une grosse unité de production automobile à Onnaing, près de Valenciennes. Neuf mois plus tard, soit début septembre 1998 (voir « Le Moniteur » du 12 juin 1998 p. 154), le site était livré libre de contraintes à Toyota qui démarrait illico les terrassements. Le permis de construire était déposé le 15 septembre. Et tout porte à croire que le chantier de construction de l'usine débutera comme prévu en mars prochain.

Entre-temps, la task force locale, composée du sous-préfet Henri Masse, des équipes de la chambre de commerce et de l'arrondissement territorial de la direction départementale de l'Equipement et des autres services de l'Etat en région, a eu à gérer près d'une dizaine de procédures.

« Tout s'est fait selon les règles, mais dans un calendrier très serré », précise Eric de Balincourt, chef d'arrondissement DDE. Chaque structure s'est concentrée sur ses spécialités : la chambre de commerce et d'industrie a pris en charge les questions foncières, la Drire a monté le dossier installation classée, la DDE a beaucoup été mise à contribution (les infrastructures, les dossiers de DUP, l'assistance à maîtrise d'ouvrage auprès de la Communauté de communes de la vallée de l'Escaut).

En dépit du nombre et de la complexité des procédures, les délais sont tenus. « Le dossier Toyota occupe à temps plein neuf à dix personnes de la direction départementale de l'équipement », souligne Eric de Balincourt. L'enjeu en vaut la chandelle : l'unité qui ouvrira en l'an 2000 emploiera directement 2 000 personnes. Et Toyota envisage la création d'une deuxième unité en 2005 ou en 2006.

PHOTO : Jacques Demol, ingénieur industriel de Bruxelles, directeur régional de Bovis, va diriger le chantier.

De la révision du SDAU au permis de construire

D'abord il a fallu classer les terres agricoles du site en terrains urbanisables. Après délibération des 82 communes membres de la région et du département, le syndicat mixte du schéma directeur adopté en 1992 a pu se réunir et solliciter le préfet, qui a délivré, le 25 avril 1998, un arrêté anticipant la prochaine révision du schéma directeur et classant les 350 ha du site en zone industrielle future. Début avril, l'enquête publique sur l'ensemble de la zone était lancée. La déclaration d'utilité publique était obtenue au bénéfice de la CCVE le 30 mai. Cela permettait de démarrer la mise en conformité des POS des 4 communes concernées (Onnaing, Quarouble, Rombies-et-Marchipont et Estreux) et, de mener à bien les acquisitions foncières, tâche assurée par la CCI. Une trentaine de parcelles ont fait l'objet d'une procédure d'expropriation, les derniers jugements ont été rendus le 10 juillet 1998.

Un arrêté préfectoral, pris par le sous-préfet au début février 1998, avait permis de lancer les fouilles qui se sont étalées du 23 février au 25 août.

Parallèlement, plusieurs enquêtes publiques ont été menées. Deux concernaient la création d'infrastructures : une route (de la RD 350 à l'A2) et un échangeur, projet porté par le conseil général du Nord, d'une part ; l'amélioration de l'échangeur entre l'A2 et le CD 101, projet sous maîtrise d'ouvrage DDE, d'autre part.

Une autre enquête publique découlait de la loi sur l'eau de 1992. C'est la Mise (Mission interservices sur l'eau) qui a été chargée de ce dossier, la DUP étant obtenue le 3 août. L'arrêté définissait précisément les dispositifs, mesures et installations à mettre en oeuvre pour gérer la création de cette grande zone imperméabilisée.

La Drire a pris en charge, avec les équipes de Toyota, le dossier ICPE (installation classée et protection de l'environnement). L'enquête publique s'est déroulée en novembre.

Par ailleurs, le permis de construire a été déposé le 15 septembre (à noter qu'il ne peut être obtenu si l'enquête publique ICPE est en cours).

L'extension de la ZAC a également donné lieu à une enquête publique clôturée fin octobre.

D'autres enquêtes publiques sont à prévoir : pour la réalisation de la voie ferrée qui reliera la zone à la ligne Valenciennes-Mons, et pour l'implantation de gros transformateurs EDF notamment.

DESSIN : Image de synthèse de la future usine.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur