Energie

Nicolas Hulot prône la pédagogie pour un « changement d’échelle » de la transition énergétique

Mots clés : Démarche environnementale - Energie renouvelable - Gouvernement - Matériel - Equipement de chantier - Réglementation

Lors d’une visite de parc éolien à Juillé (Sarthe), le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé vouloir essayer « de rendre acceptable tous ces projets [d’énergies renouvelables] et de sortir d’une position conflictuelle ». Il a également réaffirmé qu’il y aurait un « quasi » doublement des appels d’offres sur le solaire.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a annoncé lundi 8 janvier un « changement d’échelle » de la transition énergétique.

« Avec (le ministre de l’Économie) Bruno Le Maire, nous sommes en train de préparer un accélérateur de la transition écologique, et notamment de la transition énergétique, pour changer d’échelle », a déclaré M. Hulot lors d’une visite de parc éolien à Juillé (Sarthe). « On va changer d’échelle dans les appels d’offres, que l’on va quasiment multiplier par deux sur le solaire. On va changer d’échelle en essayant de rendre acceptable tous ces projets et de sortir d’une position conflictuelle », a-t-il ajouté.

 

Faire de la pédagogie

 

Le ministre a indiqué vouloir faire « de la pédagogie » pour que les Français « voient les bénéfices » des énergies renouvelables, notamment « en développant l’autoconsommation », « pour qu’à terme chaque territoire, chaque citoyen, s’il le décide, puisse produire sa propre énergie pour sa propre consommation ». A Juillé, M. Hulot a ainsi visité un parc de six éoliennes financé par la coopérative agricole des Fermiers de Loué et dont la production est censée couvrir la consommation d’électricité des 1.100 éleveurs de la filière en Sarthe et Mayenne. « L’agriculture doit être partie prenante de la transition énergétique », a relevé M. Hulot. « L’agriculture a pu être, en matière climatique, un problème. Elle peut aussi être une solution » en permettant « la diversification de notre mix énergétique », a-t-il ajouté. « Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. L’avenir de l’énergie, c’est la diversité », a affirmé le ministre, en tenant une boîte d’œufs de Loué à la main.

Interrogé sur le nucléaire, il a affirmé qu’il y aurait « évidemment une baisse précise » de la part de l’atome dans la feuille de route énergétique de la France d’ici à 2023 (baptisée PPE pour programmation pluriannuelle de l’énergie). « Cela fait partie des quatre piliers de la transition énergétique. Qu’on soit pour ou contre le nucléaire, il y a un consensus: il faut en réduire la part », a-t-il déclaré. « La grande différence, c’est que je mets en œuvre la réduction du nucléaire. Jusqu’ici, il n’y a pas un pas qui avait été fait », a ajouté le ministre. « Chemin faisant, on verra jusqu’où on doit aller. Mais les 50% (de part du nucléaire) restent un des quatre piliers de la transition énergétique », a rappelé M. Hulot.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X