En direct

NFM Technologies : l’avenir du fabricant de tunneliers suspendu aux négociations avec Mülhäuser
Le tribunal de commerce de Lyon. - © Maxime Hanssen / Le Moniteur

Décryptage

NFM Technologies : l’avenir du fabricant de tunneliers suspendu aux négociations avec Mülhäuser

Maxime Hanssen |  le 07/11/2018  |  EntreprisesTunnelGrand Paris ExpressGénie civilTravaux souterrains

Le tribunal de commerce de Lyon s'est donné deux semaines supplémentaires pour trancher le sort du constructeur français de tunneliers NFM Technologies, en redressement depuis le 2 août. Ce délai doit permettre de renégocier la dernière offre de reprise en lice, celle de l’Allemand Mülhäuser. A date, seuls 80 des 150 emplois pourraient être sauvés.

L’avenir de NFM Technologies, le dernier fabricant français de grands tunneliers, est toujours aussi sombre. Le tribunal de commerce de Lyon a prononcé, ce mercredi 7 novembre, le renvoi du jugement au 21 novembre.

"Ce report de quinze jours doit permettre d’améliorer l’offre de l’unique repreneur potentiel, l’Allemand Mülhäuser. En l’état, ce n’est pas l’offre du siècle. Il faut continuer à travailler", indique une source au sein de la juridiction commerciale.

Altifort a retiré son offre

Placé en redressement judiciaire fin août suite à un actionnaire chinois défaillant et à une stratégie commerciale et industrielle catastrophiques, ce fleuron industriel français employant environ 150 salariés avait suscité plusieurs marques d’intérêts, dont deux offres jugées "sérieuses" : celle du groupe franco-belge Altifort, qui a depuis retiré son offre pour se concentrer sur le dossier médiatisé Ascoval, et, donc, de l’Allemand Mülhäuser.

"Les négociations sont plus dures avec un seul candidat en lice. Nous ne pouvons pas tout accepter", poursuit la même source.

Prêt bancaire de la BPI ?

Après plus d’un mois de discussion, les positions de l’industriel allemand, sur le volet social, n’ont guère évoluées. Il propose de reprendre 80 des 150 salariés : 40 à Villeurbanne (Rhône) où se trouvent le siège social et le bureau d’études, 40 sur le site de production du Creusot (Saône et Loire). Les effectifs sauvés pourraient toutefois légèrement grimper, même si la marge de négociation est étroite.

Pas de nouvelles commandes de tunneliers avant 2019

Selon nos informations, l’un des points crucial de la reprise repose également sur l’octroi de financement de prêts par BPI France, qui seraient de l'ordre de plusieurs millions d'euros. Les services de Bercy planchent actuellement sur cette possibilité. Le temps de retrouver une compétitivité commerciale et de décrocher de nouveaux contrats, cette somme permettrait de financer la stratégie export mais surtout la poursuite du chômage partiel, à l’oeuvre depuis le mois de mai dernier.

Et pour cause : "le groupe n’envisage pas de décrocher de nouvelles commandes avant 2019", avance un représentant syndical. Le carnet de commandes est désespérément vide depuis la dernière livraison, datant de 2016.

L’avenir du site du Creusot et de son matériel de production posent également question. "L’atelier pourrait être racheté par l’Allemand sous forme de leaseback. Cette solution pourrait lui permettre d’avoir un flot de trésorerie moins tendue", explique le représentant du personnel.

Risque industriel

Dans une moindre mesure, les actifs du fabricant de tunneliers pèsent aussi dans les discussions. Il subsisterait l’équivalent d’environ 28 millions d’euros de stock-machine, qui ne sera pas repris en totalité par l’industriel.

"“La valorisation proposée n’est pas très généreuse, mais il faut prendre en considération que le repreneur potentiel prend un risque industriel", commente Luc Devaux, directeur général de NFM Technologies. Les machines non reprises pourraient alimenter le fonds du liquidateur dans le paiement des autres créanciers.

Une stratégie globale pour Mülhäuser

En reprenant NFM technologies, l’entreprise Mülhäuser spécialisée depuis plus d’un siècle dans les équipements périphériques des tunneliers, viserait à bâtir un groupe capable de proposer à ses clients une offre globale et envisagerait également d’étendre son activité à la fabrication de microtunneliers. Une stratégie dont l’objectif serait de faire contrepoids au leader du secteur, l'allemand Herrenknecht, actuellement en situation hégémonique.

Herrenknecht a par exemple fourni, à date, l'intégralité des tunneliers pour les travaux du Grand Paris Express.

Commentaires

NFM Technologies : l’avenir du fabricant de tunneliers suspendu aux négociations avec Mülhäuser

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 10.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur