En direct

NFC 15-100 : installations électriques provisoires de chantier

Par Jean-luc coupez, directeur général de Walther SARL. |  le 17/06/2011  |  ImmobilierRéglementationNormesFrance entière

Les installations électriques provisoires pour le chantier répondent à des réglementations très rigoureuses. En France, elles sont mises en application par décrets publiés au « Journal officiel ». Il convient de distinguer les normes de fabrication, qui s’imposent aux constructeurs de matériel, et les normes d’utilisation, qui s’imposent aux entreprises de BTP.

LE DOMAINE

Le principe de base des installations électriques de chantier consiste à distribuer l’électricité à chaque poste de travail du site, dans les meilleures conditions et en assurant la protection des opérateurs ainsi que celle des matériels raccordés au réseau provisoire.

Type de chantier

Les mêmes réglementations s’appliquent aux chantiers de rénovation et aux travaux neufs. En rénovation, l’installation électrique existante doit être isolée, alors que sur un chantier de construction neuve, il n’existe pas d’installation électrique. La réglementation distingue une liste de « chantiers spéciaux » qui font l’objet d’une norme particulière : la norme NFC 15-100. Ces chantiers spéciaux sont, entre autres :
- les chantiers dans des cuves ;
- les châteaux d’eau ;
- les égouts ;
- les tunnels ;
- les chantiers sur les sites nucléaires ;
- les chantiers en atmosphère explosive.

Source d’alimentation

Le chantier dispose de deux possibilités d’alimentation : le réseau de distribution d’électricité (ERDF pour la France) ou le groupe électrogène. La première solution est toujours préférable car elle est source de moindre pollution. Cependant le groupe électrogène s’impose pour alimenter les chantiers éloignés du réseau ou ceux demandant une garantie de fonctionnement en cas de coupure du réseau électrique.

Cas particuliers des chantiers de désamiantage

Les chantiers de désamiantage sont considérés comme « chantiers spéciaux » et, à ce titre, régis par la norme NFC 15-100. Ce sont les extracteurs d’air, appelés également déprimogènes, indispensables à la ventilation de ces chantiers qui exigent des modifications particulières dans l’architecture du circuit. Tout d’abord rappelons que le raccordement électrique du chantier ne peut en aucun cas se faire sur le circuit du bâtiment existant et doit faire l’objet d’un circuit provisoire parallèle, comme pour tout autre chantier de rénovation. Ensuite, et même en cas d’alimentation par le réseau ERDF, le circuit doit comporter des groupes électrogènes de secours qui seront mis sous tension en cas de coupure générale d’électricité pour garantir une bonne ventilation dans toutes les circonstances. Ensuite, les extracteurs d’air doivent toujours rester sous tension. L’arrivée du courant du secteur passe donc par une grille de répartition qui oriente une partie du courant vers les extracteurs d’air, qui bénéficient ainsi d’un circuit parallèle. C’est sur celui-ci que sont raccordés les groupes électrogènes de secours via une armoire de basculement (Normal/Secours) qui assure le passage d’une source d’alimentation à l’autre.

LE RACCORDEMENT

Les tarifs et puissances sont définis par les services ERDF. En France, les tarifs sont ceux du Tarif jaune. Les intensités vont de 90 A à 400 A selon les besoins du chantier (et surtout de la présence ou non d’une ou plusieurs grues à tour, très consommatrices). Le coffret de comptage n’étant plus fourni par ERDF dans la plupart des régions, le chantier doit donc l’acheter ou le louer.

Arrivée du courant

Seuls les services d’ERDF sont habilités à raccorder le coffret de comptage au réseau de distribution d’électricité. Il arrive que le câble doive franchir une route pour atteindre le chantier. La traversée de la route est sous la responsabilité de l’entreprise, qui doit faire une demande auprès de la mairie ou des services de la DDE. Le câble doit passer à des hauteurs normalisées pour le passage des véhicules. Des mâts stabilisés par des plots en béton sont parfois nécessaires pour le maintien des câbles, toujours à la charge de l’entreprise, les services d’ERDF ne prenant pas en charge cette responsabilité.

LA DISTRIBUTION SUR LE CHANTIER

Les bornes de puissance

Pour éviter tout risque de contact direct ou indirect, les bornes de raccordement d’arrivée principale doivent être montées dans un boîtier isolant assurant ainsi une protection en cas de débranchement des fils. Les départs vers les armoires passent par un ou plusieurs interrupteurs différentiels ainsi que par des disjoncteurs. Les raccordements sur des bornes de puissance doivent être effectués avec des serre-câbles adaptés à la section des câbles, afin d’éviter l’arrachement et que les contacts, sous tension, ne se retrouvent pas à l’air libre.

Les armoires de distribution

Les armoires de distribution, à installer à proximité des postes de travail, ont parfois des fonctions bien définies quant à leur utilisation. Elles doivent disposer de protection(s) différentielle(s) 10 ou 30 mA selon les ambiances, de disjoncteur(s) pour la protection des prises sur lesquelles se raccordent les outils électriques et les éclairages du poste de travail.
Le carter doit être suffisamment robuste pour résister aux chocs et étanche aux projections d’eau de pluie : IP44. Dans le cas de chantiers très humides ou de risques importants de projection d’eau sous pression, son étanchéité doit être renforcée en IP67. Un arrêt d’urgence est préconisé sur tous les coffrets et armoires ; il doit être à accrochage, bouton rouge sur fond jaune, conformément à la norme. Il est obligatoire d’intégrer un interrupteur différentiel de type B pour le raccordement d’une grue ou de toute machine de classe 1, alimentée en triphasé, équipée d’un variateur de vitesses à conversion de fréquences (NFC 15-100 - décret janvier 2004).

Les câbles

Les câbles doivent être du type HO7RNF, c’est-à-dire en caoutchouc souple, résistant aux ambiances difficiles (écrasements, chocs, hydrocarbures, ciments, etc.). Ils doivent être régulièrement contrôlés et protégés contre les chocs et les risques de chute d’objets risquant de blesser le câble. Tout autre câble blanc, gris, orange ou noir en plastique est interdit (RO2V…).

Les prises

Seules les prises de courant du type NF ou CEE17 correspondant à la norme IEC/EN 60 309 sont autorisées. Les couleurs varient selon l’intensité :

– le 24 V (prise violette) est principalement utilisé pour les appareils d’éclairage des sous-sols, des vides sanitaires, des cuves, des châteaux d’eau…

– le 240 V (prise bleue) dit basse tension est principalement utilisé pour les éclairages, les outillages, les petites machines ;

– le 400 V (prise rouge) alimente les machines de forte puissance disposant de moteurs asynchrones ou de variateurs de vitesses comme les grues ou les centrales à béton.

LA VERIFICATION DE L'INSTALLATION

Une fois son installation électrique provisoire terminée, l’entreprise doit demander une vérification auprès d’un organisme agréé. Celui-ci délivrera à l’entreprise un certificat de conformité. Ce certificat sera demandé par EDF Pro à l’entreprise lors de la mise en service de son installation. A noter que le Consuel, l’organisme chargé de la vérification de la conformité des installations neuves ou après rénovation totale, n’a pas étendu son activité aux installations provisoires de chantiers.

L’HABILITATION DES COMPAGNONS

Selon la nature et le lieu des interventions, les habilitations sont différentes (niveau, tâches et secteurs géographiques). Les compagnons sont titulaires de titres d’habilitation délivrés par la direction générale de leur entreprise selon une attestation de formation, par des compétences techniques et une aptitude médicale.

Interventions autorisées

Personne concernée

Titre d’habilitation

Tâche autorisée

Non électricien

BO

Pénétrer dans un local basse tension pour y effectuer des travaux non électriques.

Non électricien

BOV

Remplacer des fusibles ; réarmer un relais thermique ; manœuvrer un disjoncteur ; vérifier l’absence de tension avec un appareil de sécurité.

Non électricien

HO

Pénétrer dans un local haute tension pour y effectuer des travaux non électriques.

Electricien, exécutant

B1

Effectuer tous travaux électriques basse tension sous la responsabilité du chargé de travaux.

Electricien, exécutant

H1

Effectuer tous travaux électriques haute tension sous la responsabilité du chargé de travaux.

Electricien, chargé d’intervention

BR

Effectuer un dépannage en basse tension ; effectuer des vérifications d’absence de tension ; réaliser des essais sur les interventions ; effectuer des consignations simplifiées.

Electricien, chargé de consignation

BC

Effectuer la consignation d’installation basse tension.

Electricien, chargé de consignation

HC

Effectuer la consignation d’installation haute tension.

Electricien, chargé de travaux

B2

Superviser ou effectuer des travaux basse tension.

Electricien, chargé de travaux

H2

Superviser ou effectuer des travaux haute tension

Textes de référence Normes pour la fabrication des équipements

NF EN 60439-4 (NFC 63-424) septembre 1991 ;
Décret n° 88-1056 14 novembre 1988 ;
Fiche de sécurité de l’OPPBTP n° G4F0197 juin 1997 ;
NF EN 60439-4/A1 avril 1996 ;
NF EN 60439-4/A2 février 2000 ;
NF C 15-100, section 704. Normes pour l’utilisation des équipementsCEI/EN 60364, partie 7, section 704 de 1989 ;
Fiche de sécurité de l’OPPBTP n° G1F0391 février 1997 ;
Fiche de sécurité de l’OPPBTP n° G1F0189 octobre 1993.

Commentaires

NFC 15-100 : installations électriques provisoires de chantier

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX