En direct

Neuf finisseurs pour la réfection express d’une piste d’atterrissage
PHOTO - 742587.BR.jpg - © Wirtgen group

Neuf finisseurs pour la réfection express d’une piste d’atterrissage

Gilles Rambaud |  le 06/09/2013  |  TransportsEuropeBâtimentERP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Europe
Bâtiment
ERP
Valider

L’aéroport de Brême a dû fermer près d’une semaine pour permettre la réalisation des travaux.

L’aéroport de Brême, au nord de l’Allemagne, ne compte qu’une seule piste. Aussi, quand des engins doivent y intervenir, il faut fermer l’aéroport. Voilà qui explique l’extrême pression sur les délais, qu’imposait le gestionnaire de l’infrastructure, et les colossaux moyens matériels mobilisés par l’entreprise allemande Heitkamp Erd- und Strassenbau, quand il fallut refaire cette piste âgée de 20 ans. Objectif : rabotage de l’enrobé existant sur 12 cm de profondeur, pose d’une nouvelle couche de base et d’une couche de roulement de 4 mm d’épaisseur sur les 45 m de large et les 2 000 m de long de la piste, retraçage du marquage au sol et pose des balises. Mission accomplie en 142 heures. C’est, bien sûr, la mise en œuvre de l’enrobé qui constituait la phase la plus délicate. Pour gagner du temps, Heitkamp Erd- und Strassenbau a choisi la méthode dite « chaud sur chaud » où la couche de roulement est immédiatement posée sur la couche de base, avant que celle-ci ne refroidisse. Dans ce cas, les deux qualités d’enrobé adhèrent bien l’une sur l’autre, sans nécessité d’épandre une couche d’accrochage entre les deux. Revers de la médaille : il faut pléthore de matériels. C’est donc une armada de neuf finisseurs qui a été alignée, tous Voegele, modèles 1800-2 et 2100-2 : des machines puissantes, équipées de tables de 7,50 m de large, à chauffage électrique et à fort pouvoir de compactage. Pour leur fournir 19 000 t d’enrobés 60 camions ont fait la navette entre le chantier et la centrale d’enrobage, pourtant proche. En position intermédiaire, 4 alimentateurs, Voegele MT 1000-1 et MT 3000-2, servent de trémie tampon. La particularité de ces machines modernes est d’être équipées d’un convoyeur articulé. Leur trémie étant largement plus grande que celle d’un finisseur  40 t de capacité contre 14 t pour le finisseur Super 2100-2 , un seul alimentateur peut verser dans deux finisseurs placés côte à côte sans avoir à manœuvrer, simplement en orientant son tapis de sortie. Productivité théorique : 1 200 t/h. À cette cadence élevée s’ajoute une exigence de précision draconienne : tolérance de 3 mm sous la règle de 4 m. Pour ce faire, Heitkamp Erd- und Strassenbau n’a pas utilisé de plan laser ou, plus moderne encore, de stations totales robotisées, se limitant à l’emploi de traditionnels palpeurs à ultrasons.

PHOTO - 742587.BR.jpg
PHOTO - 742587.BR.jpg - © Wirtgen group

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur