En direct

Neuf et rénovation : une opération composite dernier cri
Trino Beltran, président de Myosotis Innovation - © ALESSANDRO SIL VESTRI / LE MONITEUR
Le Moniteur 2038

Neuf et rénovation : une opération composite dernier cri

Par Trino Beltran |  le 25/10/2018  | 

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Valider

Reportage aux confins du Grand Paris, où les dernières technologies disponibles sont mises en œuvre pour réaliser un programme de logements.

Ce matin, il est le premier arrivé. Le coordinateur technique pose la main sur un lecteur ADN pour accéder au chantier. L'empreinte ADN anonymisée, mais rattachée à un identifiant unique, a remplacé la carte BTP. Une fois le portique franchi, chaque intervenant est doté d'une interface personnelle (IP) numérique. Celle-ci le relie en permanence à un système d'information, qui pilote l'ensemble des paramètres : connectivité des équipements, activation des objets connectés, droits d'accès aux zones du chantier…

Malgré les avancées technologiques, il faut toujours aller se changer dans les « préfas » avant de prendre son poste. Les professionnels y trouvent leur matériel et leurs équipements de protection individuelle. Les gants protègent mais enregistrent aussi la tension. Les chaussures évaluent le poids et l'équilibre. Le gilet géolocalise désormais l'opérateur, et permet d'interagir avec les véhicules et robots travaillant sur le site.

Equipements augmentés. Et le casque ? Il protège toujours des chutes d'objets et des chocs. Mais il intègre désormais un système audio, qui isole efficacement les oreilles des bruits de chantier, tout en filtrant et augmentant les voix humaines préalablement sélectionnées. Ce qui permet par exemple de converser à côté d'un marteau-piqueur en action. La visière de protection fait aussi office d'écran, présentant en réalité augmentée des éléments du projet, en 3D et dans leur position définitive. Cette visière-caméra permet également de filmer et photographier, et d'en-voyer à un tiers les images en temps réel, pour une aide à la décision à distance. Les compagnons, eux, revêtent, en plus du gilet, une combi-force, fruit des progrès spectaculaires de la cobotique. Cette combinaison prend la forme d'un gilet maillé léger, et d'un jeu de bandes nouées autour de la taille et du haut des cuisses. Elle protège des faux mouvements et enregistre en permanence tous les indicateurs corporels du compagnon : température, transpiration, et même fatigue.

Jumeau numérique. Le chantier de 90 logements, en lui-même, est composite, mixte de neuf et de rénovation. La grande tendance du moment. Sa configuration est optimisée. A l'image de la cabine logistique au sol, depuis laquelle se pilotent les cinq unités de levage du chantier en action en ce mois d'octobre. Les opérateurs n'ont plus besoin de grimper en haut de grues. Ils sont assis dans un siège dynamique, qui restitue l'ensemble des mouvements qu'ils ressentiraient s'ils étaient dans la grue. La visière connectée leur offre une vision parfaite et à 360° : les caméras fixes renvoient les images telles qu'ils les percevraient depuis la cabine. Au besoin, ils déploient des « angelos », ces mini-drones avec caméras pouvant explorer les moindres recoins du chantier. Il est 6 h 15 et la réunion de chantier commence.

Au menu aujourd'hui, notamment, la mise en place des équipements dans un local technique-climatisation. La discussion porte sur les installations à réaliser. Dans le local, les casques, combinés aux IP de chacun, permettent d'accéder au jumeau numérique de l'ouvrage. Le coordinateur fait apparaître les équipements en réalité augmentée, afin de visualiser dans le détail les fixations et interconnexions. Depuis peu, les équipes ont même la possibilité de passer en mode « finition », pour visualiser la pièce dans son rendu final. L'accès direct aux données du jumeau renseigne aussi sur le statut d'avancement de chaque équipement : commandé, en cours de livraison, livré…

Les opérateurs pilotent les unités de levage depuis une cabine logistique au sol.

Un simple et rapide assemblage. Mis en place dès la phase d'études, le jumeau numérique de l'ouvrage évolue tout au long de la vie de ce dernier. Il n'y a plus de plans papier. L'ouvrage est considéré comme un tout dès sa conception, et il est détaillé dans une immense base de données qui contient sa géométrie, la nomenclature des éléments techniques le composant, l'ensemble des informations qu'il produira au travers de ses capteurs (température, qualité de l'air, énergie produite et consommée… ), etc.

Tout est conçu directement. A partir des besoins et des usages envisagés, architectes et ingénieurs définissent la volumétrie, l'esthétique, les fonctionnalités. Chaque ouvrage reste unique mais, malgré tout, il est l'assemblage de fonctionnalités types : ventilation, chauffage, distribution d'eau, d'air, éclairage… Les concepteurs utilisent et assemblent ces fonctionnalités proposées par leurs bases de données, les mixent et peuvent simuler leur fonctionnement sur plusieurs combinaisons possibles. Puis choisir celle qui correspond le mieux au besoin exprimé.

Cette maquette numérique de référence servira alors aux équipes d'études de prix pour chiffrer le projet et proposer des variantes, si besoin. Au fur et à mesure de la construction, les éléments de la maquette sont remplacés par les constituants de l'ouvrage, grâce au scan des mini-drones, avec restitution à géométrie réelle. Ce qui permet aussi de réajuster les éléments à venir : pénétrations, réservations, ancrages…

La connaissance de la géométrie définitive facilite la préparation de phases ultérieures. Une grande partie de la préparation s'effectue hors site, dans des unités de production mobiles ou dans les usines. Chaque élément est livré prêt à la pose. La découpe sur chantier ou l'adaptation n'existent plus. Place, désormais, à un simple et rapide assemblage.

Suivi facilité. L'assemblage sur site a simplifié les méthodes de fixation, améliorant ainsi la qualité des réalisations et la productivité. Cette méthode permet aussi d'avoir des éléments qui se démontent et se récupèrent : 80 % des éléments installés sont récupérables ou changeables directement. Les 20 % restants sont recyclables.

Une fois l'ouvrage terminé, il dispose instantanément de son parfait jumeau numérique, qui rend aisé le travail de suivi et la maintenance. Et permet aussi d'envisager des évolutions, modifications et adaptations à la vie future du bâtiment. Ce jumeau est intégré au système d'information géographique (SIG) du quartier, de la ville… Il communiquera les informations nécessaires à la gestion urbaine, mais recevra aussi les informations dont il a besoin.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

50 outils pour la conduite de chantier

50 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 03/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur