En direct

Négociation collective sur la pénibilité : la situation reste bloquée

Defawe Philippe |  le 26/03/2008  |  EntreprisesFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France entière
Valider

Les nouvelles ne sont pas bonnes… "Ce soir, cette négociation nous paraît bloquée", lâche Jean-Christophe Le Duigou au sortir des discussions sur la pénibilité au travail, tenues ce mardi 25 mars au Medef.
Car deux points d'achoppement demeurent, et non des moindres… Premier point dur : les critères d'accès au dispositif de prise en compte de la pénibilité. Conditions exigées par le patronat : être un salarié de 58 ans, avoir travaillé 40 ans, dont 30 années d'exposition à un facteur de pénibilité et au moins 10 années soumises à trois facteurs en même temps. Une position qui soulève l'ire des syndicats. "Inacceptable !", clament-ils l'unanimité. "Nous sommes à peu près sûrs que personne ne peut remplir ces critères !", s'irrite Jean-Christophe Le Duigou (CGT). Second brandon de discorde : le refus en bloc du patronat de participer au financement du dispositif… "Les employeurs ne peuvent supporter des charges supplémentaires", fait valoir François-Xavier Clédat, chef de file de la négociation côté patronat. Sur ces deux points, chaque camp reste arc-bouté sur ses positions.
François-Xavier Clédat s'est par ailleurs félicité des deux avancées consenties par le patronat. Tout d'abord l'éligibilité au dispositif de prise en compte de la pénibilité au travail à toutes les catégories de salariés. Cadres et agents de maîtrise s'en voyaient jusqu'alors exclus. "C'était déjà prévu au départ en 2003, quand nous avons commencé la négociation", tempère Michèle Biaggi (FO).
Autre concession du patronat : la prise en compte des risques psychosociaux dans la liste des pénibilités. "La situation est un peu bloquée. Nous regrettons que les syndicats n'aient pas fait plus de pas en avant", pointe le chef de file des pourparlers missionné par le Medef. Les partenaires sociaux ont en tous cas repris date pour le 21 avril. Mais les organisations syndicales seront-elles toutes de la partie ? Rien n'est moins sûr. Certaines suspendent en effet leur décision aux suites de la première rencontre avec le ministre du Travail Xavier Bertrand sur les retraites, prévue ce jeudi 27 mars.
"Les salariés attendent beaucoup de cette négociation, alerte Jean Louis Malys (CFDT). La pénibilité est un dossier qu'on ne peut pas enterrer, car le sujet va forcément rebondir."

Caroline Gitton



Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Date de parution : 09/2019

Voir

Initiation aux procédés généraux de construction

Initiation aux procédés généraux de construction

Date de parution : 09/2019

Voir

Construire, rénover et aménager une maison

Construire, rénover et aménager une maison

Date de parution : 09/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur