Industrie/Négoce

Négoce : le compte personnel de formation produit des effets positifs

Mots clés : Apprentissages - Distribution

Après une première année de démarrage, l’usage du compte personnel de formation (CPF) est fortement monté en puissance en 2016 dans les entreprises du négoce. Il apparaît comme un vecteur de dialogue employeurs / salariés en matière de formation professionnelle. Une dynamique qui mérite d’être confortée.

Les compétences des salariés sont un  levier de la compétitivité des entreprises. Leur mise à jour est essentielle dans un environnement économique mouvant. Parce que tout évolue, notamment du fait de l’impact de la digitalisation ; il en est ainsi des moyens logistiques, des techniques commerciales, de communication et de gestion. Pleinement concernées, les entreprises du négoce doivent donc s’attacher à développer une politique de formation qui prenne en compte les besoins et implique les salariés dans la démarche.

 

Le CPF, outil de dialogue

 

La formation d’un salarié n’est véritablement efficace que si les besoins et les objectifs ont été préalablement identifiés et partagés avec lui dans le cadre d’un dialogue constructif.  Le CPF peut être un outil de ce dialogue.

Le CPF n’est mobilisable que par son titulaire, mais il y a deux manières de le faire. D’une part, le salarié peut le mobiliser hors temps de travail, sans en aviser son employeur, pour un projet personnel dès lors que la formation choisie est éligible. Lorsque la formation se déroule pendant le temps de travail, l’accord de l’employeur sur le choix de cette action est nécessaire. C’est ce principe qui concrétise l’espace de dialogue ; on parle alors de « CPF concerté ». Dans les entreprises relevant des branches professionnelles du négoce des matériaux de construction et des commerces de gros, composantes de l’OPCA Intergros, près des trois quart des formations financées en 2016 ont résulté de « CPF concertés ». Cela démontre, de la part des salariés et des employeurs, la conscience d’un intérêt commun ; celui de l’élévation des compétences, bénéfique à la fois pour l’entreprise et pour les salariés, notamment dans une perspective d’évolution professionnelle.

 

Une dynamique à conforter

 

Au total, en 2016, Intergros a financé plus de 3 000 formations dans le cadre du CPF, contre 880 l’année précédente. Les demandes ont concerné des entreprises de toutes tailles et des salariés de tous âges, dont la moitié étaient ouvriers ou employés. Les formations correspondantes, d’une durée moyenne supérieure à 60 heures, étaient de natures diverses : langues vivantes en majorité mais aussi titres professionnels, certificats de qualification professionnelle (CQP), formations en logistique, sécurité, bureautique… 195 000 heures de formation ont ainsi été financées, pour un montant global de 7,3 M€. Ce résultat a été facilité par la décision du Conseil d’administration d’Intergros de prendre en charge les formations dans leur intégralité, y compris lorsque le nombre d’heures de formation était supérieur à celui inscrit au compteur CPF des salariés concernés.

L’année 2016 a donc été marquée par l’essor d’une dynamique dont les effets sont positifs. Une amplification est probable ; elle passera par une appropriation grandissante du CPF par les entreprises et par l’ouverture de leur compte personnel par les salariés. Les employeurs eux-mêmes peuvent les y encourager.

 

Focus

Le CPF en bref

• Le compte « CPF » doit être ouvert individuellement par tout salarié ou demandeur d’emploi d’au moins 16 ans (15 ans pour les apprentis) sur le site : www.moncompteformation.gouv.fr

•    Les comptes sont gérés par la Caisse des dépôts et consignations (pas de responsabilité de l’employeur à cet égard).

• Le CPF est alimenté, pour un salarié à temps plein, de 24 h par an pendant 5 ans, puis de 12 h par an ensuite, avec un plafond de 157528516 h. Pour les salariés n’ayant pas atteint le niveau V de qualification, ces chiffres sont respectivement de 48 h et 475285167528516 h.

• Les heures inscrites au CPF sont conservées en cas de changement de situation professionnelle ou de perte d’emploi.

• Les formations éligibles au CPF comprennent notamment celles qui figurent sur les listes établies par les CPNE des branches professionnelles.

• Pour les entreprises du négoce des matériaux de construction et des commerces de gros, le financement des formations est assuré par l’OPCA Intergros.

Information complète sur www.intergros.com.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X