Ne pas confondre lotissement et permis de construire valant division !

le 12/04/2013  | 

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Valider
Foncier -

Réponse ministérielle du 12 mars 2013 Ministère de l’égalité des territoires et du logement Question n° 12885 JO Ass. nat. du 4/12/2012 - Réponse du 12/03/2013

Question : M. Jean-Pierre Maggi attire l’attention de Mme la ministre de l’égalité des territoires et du logement sur les difficultés rencontrées par certains praticiens dans l’utilisation de l’article R. 431-24 du code de l’urbanisme relatif au permis de construire valant division parcellaire. Ce permis de construire est parfois utilisé par des personnes qui envisagent de construire sur une parcelle plusieurs villas et qui procèdent au partage de cette parcelle durant la construction, c’est-à-dire entre la déclaration d’ouverture de chantier et la déclaration d’achèvement des travaux. Cette méthode est utilisée en vue d’optimiser la constructibilité disponible sur le terrain et par voie de conséquence de limiter l’incidence foncière sur le prix de revient des constructions permettant de fait à certains foyers d’accéder à la propriété à moindre coût. Cette méthode est apparue suite à la suppression de l’obligation d’avoir un maître d’ouvrage unique posée par l’ancien article R. 421-7-1 du même code, supprimé par le décret n° 2007-18 du 5 janvier 2007, créant de fait un vide juridique ou tout du moins un problème d’interprétation réglementaire. En effet, certains praticiens considèrent que cette opération est un lotissement déguisé en raison de la division du terrain avant l’achèvement des constructions, alors que d’autres considèrent au contraire qu’il ne s’agit pas d’un lotissement, la division n’étant pas effectuée par le vendeur du terrain mais par l’acquéreur-­constructeur en vertu de l’autorisation expresse de diviser accordée par le permis une fois les travaux commencés. Il lui demande donc de bien vouloir indiquer si son ministère envisage de préciser, par voie réglementaire, l’esprit de cet ­article.

Réponse : L’article R. 442-1 d) du code de l’urbanisme prévoit : « ne constituent pas des lotissements […] les divisions de terrains effectuées conformément à un permis de construire prévu à l’article R. 431-24 ». Ainsi, les dispositions réglementaires du code de l’urbanisme précisent expressément que le permis de construire valant division prévu à l’article R. 431-24 ne constitue pas une opération de lotissement. En effet, un permis de construire valant division vise à réaliser plusieurs constructions sur un terrain qui fera l’objet d’une division avant l’achèvement de celles-ci, contrairement à un lotissement qui vise à diviser un terrain en vue de créer des lots à bâtir qui feront ultérieurement l’objet de permis de construire. Le code de l’urbanisme distingue par conséquent clairement le permis de construire valant division de l’opération de lotissement. Il n’est donc pas nécessaire de modifier les articles concernant ces deux ­procédures.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur