En direct

NDDL: Vinci
- © © Vinci

NDDL: Vinci "dément formellement" des "discussions avec l'Etat" sur des indemnités de résiliation

Florent Maillet, avec AFP |  le 15/04/2019  |  VinciVinci AirportsMajors du BTPNotre-Dame-des-LandesRéglementation des marchés publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Vinci
Vinci Airports
Majors du BTP
Notre-Dame-des-Landes
Réglementation des marchés publics
Valider

Vinci contredit Elisabeth Borne. Selon le groupe, il n'existe aucune discussion avec l'Etat sur les indemnités de résiliation, suite à l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes, dont il devait être concessionnaire.

Elisabeth Borne a-t-elle parlé trop vite ? C'est en tout cas, ce qu'affirme Vinci, qui a démenti "formellement" ce lundi 15 avril 2019 dans la soirée, "l'existence de discussions avec l'Etat portant sur les indemnités de résiliation relatives au contrat de concession des aéroports du grand ouest", suite à l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes dont il devait être le concessionnaire.

L'entreprise candidate à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) "dément également avoir formulé une quelconque demande d'indemnisation chiffrée" et indique en outre ne pas avoir "reçu de notification de résiliation du contrat de concession".

Dimanche 14 avril, la ministre des Transports Elisabeth Borne avait indiqué sur France 3 que l'Etat négociait avec le groupe de BTP une indemnité liée à l'abandon du projet de nouvel aéroport, et déclaré: "ils (Vinci, ndlr) ont parlé de quelques centaines de millions d'euros, tandis que nous parlons de quelques dizaines" de millions.

"Grande expérience aéroportuaire"

Interrogée pour savoir si Vinci serait "un bon candidat" à la reprise d'Aéroports de Paris (ADP), une privatisation vivement contestée par l'opposition, elle avait évoqué un groupe "qui a une grande expérience aéroportuaire".

Récusant l'idée que le choix du groupe de BTP pourrait faire figure de "compensation à l'abandon de Notre-Dame-des-Landes", comme l'ont affirmé des députés de l'opposition lors de vifs débats sur la privatisation jeudi à l'Assemblée, la ministre a affirmé: "Cela ne marche pas comme ça".

"On a un contrat à Notre-Dame-des-Landes, sur lequel on est en train de travailler à la résiliation, et par ailleurs il y aura une procédure sur Aéroports de Paris, évidemment avec toutes les garanties de transparence", a-t-elle déclaré.

Le communiqué de Vinci, diffusé ce lundi 15 avril 2019 en début de soirée :

Commentaires

NDDL: Vinci "dément formellement" des "discussions avec l'Etat" sur des indemnités de résiliation

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur