Le moniteur
Nature urbaine autour de Lyon 4/4 : Ecully diffuse ses valeurs vertes
Un parc public entoure le château école de l'institut Paul Bocuse - © Laurent Miguet

Nature urbaine autour de Lyon 4/4 : Ecully diffuse ses valeurs vertes

Laurent miguet |  le 12/10/2018  |  UrbanismeNature en villeSite classé

Le soutien d’Ecully au classement d’une forêt urbaine témoigne de sa détermination à protéger et développer son patrimoine vert. Avec cette commune résidentielle de l’ouest lyonnais, quatrième étape de la tournée rhodanienne du jury national des villes et villages fleuris, Paysage Actualités clôt son feuilleton numérique de rentrée. Jusqu’à la séance plénière qui statuera le 24 octobre sur le maintien de leur label Quatre fleurs, les quatre communes visitées du 28 au 30 août retiennent leur souffle.

Le sentier accessible aux personnes à mobilité réduite conduit sans transition dans un autre monde : au bout de la clairière, la pente descend dans les profondeurs rafraîchissantes du bois du vallon de Serres, par des chemins balisés. Rien ne semble rattacher à la seconde métropole de France ce paysage en instance de classement par décret en Conseil d’Etat. « En général, cette procédure suscite des conflits entre l’Etat et les collectivités. Au contraire ici, nous applaudissons des deux mains », commente Aimery Fustier, adjoint à l’urbanisme d’Ecully, l’une des quatre communes du nord-ouest lyonnais qui se partagent les 150 hectares de la forêt.

Maraîchage formateur

L’arrêt au bord du vallon de Serres illustre une constante : la défense et la mise en valeur du patrimoine vert cimentent une culture commune entre la municipalité et les autres acteurs publics et privés de son territoire. Avec sa zone maraîchère et horticole de dix hectares en pleine ville, partagée avec des start-up de l’alimentation hors-sol comme avec des entreprises d’insertion, le lycée agricole d’Ecully-Dardilly en apporte une autre preuve flagrante : l’établissement fournit les massifs fleuris qui répondent au thème et aux couleurs choisis chaque année par la municipalité ; le centre de formation d’apprentis enrichit régulièrement les ressources humaines du service communal des espaces verts.

Le lycée agricole partage son domaine maraîcher et horticole avec des start-up de la culture hors-sol comme avec des entreprises d'insertion. 


Au bord de l’autoroute, le siège de Seb montre que le secteur privé participe avec enthousiasme à l’émulation verte d’Ecully : comment imaginer qu’une ancienne décharge a précédé l’aménagement des 30 000 m2 de jardins dans lesquels se développe l’industriel de l’équipement de la cuisine ? Juste à côté, 130 jardiniers rivalisent d’imagination dans l’exploitation de leurs 215 parcelles de 200 m2, une des plus grandes implantations des jardins ouvriers dans la métropole lyonnaise.

Bocuse ramène un parc

L’Institut Paul Bocuse offre une autre illustration de la convergence verte entre public et privé : au terme du bail emphytéotique, les champions du goût occupent le château du Vivier (XIXème siècle), et la ville en entretient les abords, ouverts au public. Le locataire et le bailleur s’apprêtent à étendre l’emphytéose, en raison des nouveaux besoins immobiliers du centre de recherche de l’institut, ce qui occasionnera l’extension du parc, aménagé comme un manifeste de la gestion différenciée : pelouses tondues côté ville, fauches tardives aux abords des zones humides, de l’autre côté du château reconverti en l’hôtel école.
Doyenne des communes de la métropole titulaires du label Quatre fleurs des villes et villages fleuris, Ecully utilise cet étendard depuis 2001 pour diffuser ses valeurs : « Sans les quatre fleurs, nous n’arriverions pas à partager notre vision avec d’autres acteurs », estime Yves-Marie Uhlrich, maire de la commune de 18 000 habitants. L’implantation du spécialiste du bio-contrôle SBM offrira une nouvelle expression de ce partenariat, sur une parcelle de deux hectares dans laquelle la ville a posé ses exigences d’aménagement qualitatif. « Les entreprises sont bienvenues, mais nous sommes en mesure de leur dire : soyons tous éco-responsables », soutient le maire.

Les barrières ont disparu, autour des parcs publics, comme ici au jardin de la Condamine, près du centre historique d'Ecully.

Défi autoroutier

Pour améliorer le cadre de vie et entretenir l’émulation avec ses partenaires, la ville ne ménage pas ses efforts : conformément aux recommandations d’un précédent jury des villes et villages fleuries, elle a fait disparaître, à la fin du dernier mandat municipal, les anciennes barrières qui isolaient les parcs publics de la voirie. « Nous avons vérifié que cette mesure ne provoque pas de recrudescence de la délinquance », souligne le maire, par ailleurs président de la commission Sécurité au conseil régional. Le budget municipal systématise une ligne consacrée au rajeunissement du patrimoine arboré, héritage des domaines privés du XIXème siècle qui a valu à la ville son grand prix de l’arbre en 1999. Le projet de réaménagement des espaces publics du centre-ville, déjà débarrassés de tout affichage publicitaire, constituera la prochaine étape, avant 2020.
Au-delà de l’horizon de l’actuel mandat municipal, Ecully prépare un défi historique, avec l’extraction de sa « terrible verrue autoroutière », selon l’expression du maire, chirurgien de profession. Le déclassement programmé de l’autoroute A 6 dans l’ouest lyonnais offre l’occasion d’aménager un boulevard urbain ouvert aux transports en commun, aux vélos et aux arbres : la ville contribuera de toutes ses forces à cette métamorphose.

Commentaires

Nature urbaine autour de Lyon 4/4 : Ecully diffuse ses valeurs vertes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat - 2018

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat - 2018

Date de parution : 06/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur