En direct

Nature urbaine autour de Lyon 3/4 : Caluire et Cuire, des roses aux vignes
La transformation de la place Gutenberg a mis le quartier de Montessuy dans un cercle vertueux. - © Laurent Miguet

Nature urbaine autour de Lyon 3/4 : Caluire et Cuire, des roses aux vignes

Laurent miguet |  le 20/09/2018  |  UrbanismevilledurableNature en ville

La défense des 47 % d’espaces verts inconstructibles soude la mosaïque de huit quartiers qui composent Caluire & Cuire, troisième étape de la tournée rhodanienne du jury national des villes et villages fleuris. Pour son feuilleton numérique de rentrée, Paysage Actualités en a suivi le périple en quatre étapes, du 28 au 30 août. Jusqu’à la séance plénière qui statuera le 24 octobre sur le maintien de leur label Quatre fleurs, les quatre communes visitées retiennent leur souffle.

La métamorphose d’une couverture de tunnel autoroutier en roseraie ne relève pas de la magie : le projet en voie d’achèvement démontre la capacité de Caluire et Cuire (nord de Lyon) à marier les talents au service de la ville verte. Etiré sur 400 mètres linéaires et 1500 m2, le long de la rive droite du Rhône, la roseraie de Saint-Clair associe l’érudition des collectionneurs de la société française des roses avec l’art du designer du métal maîtrisé par Peter Downsbrough, pour mettre en valeur 155 variétés d’exception. Au pied de la passerelle métallique piétonne et cyclable dessinée par Dietmar Feichtinger sur le Rhône, le porche d’entrée marque la seconde étape d’une liaison douce inter-roseraies, qui commence sur la rive gauche au parc de la Tête d’or de Lyon.

 

Grand ensemble magnifié

Au printemps prochain, les roses refleuriront sur le parvis du grand ensemble de Montessuy

 

Pour contribuer à la renaissance de la métropole comme foyer mondial de la reine des fleurs, Caluire & Cuire ne s’arrête pas à Saint-Clair : au bord du plateau qui surplombe la nouvelle roseraie, le quartier Montessuy – qui signifie Mont Dessus – s’apprête à y ajouter sa contribution, avec l’approbation de ses habitants. Sur le parvis du grand ensemble conçu par l’architecte René Gagès, ces derniers ont plébiscité le maintien des structures métalliques dédiées aux roses qui y refleuriront dès le printemps prochain.
La rénovation de ce quartier d’habitat social, qui coïncide avec son cinquantième anniversaire, donne une idée du dynamisme municipal : « Nous avons choisi d’agir tout de suite, plutôt que de dépendre du calendrier national des conventions de rénovation urbaine, et de courir le risque d’une aggravation des tensions », résume le maire. Locomotive de l’association syndicale des propriétaires de Montessuy, la ville a donné l’exemple de la rénovation de ses propres espaces publics, à commencer par la place Gutenberg : une réalisation conçue par ASP et Cap Vert, réalisée avec les entreprises d’espace vert Green Style et Tarvel, puis saluée par une Victoire du paysage en 2016, suivie, en juin 2018, d’un prix au concours départemental Paysage en projet.

 

Effet boule de neige

 

L’effet boule de neige de ce jardin urbain a fonctionné sur les espaces gérés par les bailleurs. L’implantation de commerçants, aidés par une couveuse municipale, a conforté le cercle vertueux d’une rénovation atypique : grâce à la qualité originelle d’une architecture qui a préservé des espaces boisés et offert une vue plongeante sur le Rhône à chaque habitant, aucune démolition ne s’est imposée. Dès 2008, la rénovation de la piscine intégrée au grand ensemble avait montré l’exemple de la modernisation dans le respect de l’architecture initiale : une toiture végétalisée escamotable coiffe l’équipement public calé sur la pente du poteau.

 

Défi permanent

 

A Montessuy comme dans l’ensemble de son territoire de 1045 hectares entre Rhône et Saône, la ville de 43 000 habitants défend jalousement l’acquis de ses 47 % d’espaces verts non constructibles : « Troisième ville la plus dense de la métropole de Lyon, Caluire et Cuire ne souhaite pas atteindre son potentiel de 60 000 habitants », insiste le maire Philippe Cochet. « L’attractivité crée un standard d’exigence auquel nous devons nous conformer : c’est notre défi permanent », ajoute l’élu, qui a reçu le label Quatre fleurs des villes et villages fleuris, en 2016, comme une récompense pour l’effort collectif de son équipe dans la réponse à ce défi.

 

Colonne vertébrale verte

 

Depuis 2012, le cœur de l’identité verte sur laquelle s’arcboute le maire se trouve au centre géographique de la ville : devant l’ancien logement du garde-barrière reconverti en maison de la voie verte, huit mini-jardins illustrent l’identité de chacun des huit quartiers. Lovée dans son fossé et réaménagée par l’agence Geoscope, l’ancienne voie ferrée traverse le plateau de Caluire & Luire du nord au sud. 400 000 piétons et cyclistes l’empruntent chaque année. Pour les loisirs comme pour les trajets quotidiens, ils jouissent du privilège de s’abstraire des nuisances urbaines, sans pour autant quitter la ville. La colonne vertébrale verte irrigue les huit quartiers à travers le réseau de 27 km d’itinéraires pédestres, sans risque de se perdre : les promeneurs se repèrent et apprennent l’histoire foisonnante de la ville grâce à la signalétique des « sentiers et belvédères » signée par les designers de Médiacité.

 

Renaissance viticole

 

La ville s'apprête à racheter le domaine viticole des Frères des  écoles chrétiennes

 

Après les roses de la rive droite du Rhône, une nouvelle pièce de nature urbaine va bientôt enrichir la carte verte de Caluire & Cuire : un vignoble plonge vers les vignes de la rive gauche de Saône, insoupçonnable à l’arrière d’une maison de retraites pour curés. Sauvée de l’enfrichement à partir de 1990 par l’association que préside Marie-Hélène Rouchon, adjointe au maire chargée de l’environnement, le domaine des Frères des écoles chrétiennes échappera aussi aux appétits des promoteurs : la ville délibérera le 15 octobre sur l’acquisition du site qui a retrouvé sa vocation viticole grâce aux élèves de la maison familiale rurale de Charentais, mobilisés par l’association.

Commentaires

Nature urbaine autour de Lyon 3/4 : Caluire et Cuire, des roses aux vignes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur