En direct

Nature urbaine autour de Lyon 2/4 : bonne rentrée à Saint-Loup !
Depuis 2003, Saint-Loup défend ses quatre fleurs au concours national des villes et villages fleuris. - © Laurent Miguet

Nature urbaine autour de Lyon 2/4 : bonne rentrée à Saint-Loup !

Laurent miguet |  le 10/09/2018  |  Aménagementcommunes

Au-dessus de l’école, l’aire de jeux flambant neuve illustre la constance et l’exigence de la commune de Saint-Loup, étape rurale de la tournée rhodanienne du jury national des villes et villages fleuris. Pour son feuilleton numérique de rentrée, Paysage Actualités en a suivi le périple en quatre étapes, du 28 au 30 août. Jusqu’à la séance plénière qui statuera fin octobre sur le maintien de leur label Quatre fleurs, les quatre communes visitées retiennent leur souffle.

Saint-Loup renforce sa centralité autour du fleurissement qui en constitue la colonne vertébrale. Au centre géographique d’un territoire communal de 965 hectares réparti autour de 13 hameaux sur les pentes du Beaujolais, le quartier de la mairie se densifie, sur la pente qui monte en direction de la chapelle. Témoin d’une poussée démographique qui amène la population à 1060 habitants au lieu de 359 au début des années 1970, l’école s’est enrichie d’une septième classe, à la rentrée de septembre.

Densifier le centre

Des bâtiments modulaires accueillent les élèves, en attendant une construction en dur qui complétera deux équipements municipaux mis en service au début de la décennie : la cantine scolaire et la micro-crèche associative. L’agrandissement récompense l’effort de mutualisation consenti pendant la période de reflux démographique : en 1975, le regroupement scolaire avec Dareizé a permis aux deux villages de sauver leur école. Quatre décennies plus tard, la proximité de Lyon, à trois quart d’heures de route, a facilité le rajeunissement de la population.


Sans attendre l’extension définitive des bâtiments scolaires, la commune a mis en service cet été les trois composantes de sa nouvelle aire de loisirs multigénérationnelle, après un investissement de 150 000 euros : terrain de pétanque, city-stade et jeux d’enfants. Jean-Pierre Jacquemot, maire, résume les deux étapes de la stratégie qui a rendu possible cet aménagement de 1000 m2 : « Avant même de finaliser un projet, nous avons acheté le terrain, pour éviter de laisser au privé une parcelle pressentie pour des équipements publics, près de la mairie. Puis nous avons choisi de missionner un bureau d’études extérieur, pour améliorer l’insertion dans le site, quitte à dépenser plus ». La commune a confié la maîtrise d’œuvre à Oxyria, bureau d’études de Fourneaux (Loire). De l’autre côté de la rue face aux nouveaux équipements publics, huit logements sociaux illustrent un volet complémentaire de la politique municipale : densifier l’habitat et faciliter l’implantation de jeunes ménages aux revenus modestes.

Renouveler les fleurs

L’ultime étape, celle du fleurissement des abords de la nouvelle aire de loisirs, placera Vincent Bolevy en première ligne : chargé des espaces verts et de la voirie, l’ancien élève de la maison familiale et rurale de Chessy-lès-Mines maintient la commune au top niveau des villes et villages  fleuris, consacré depuis 2003 par le label Quatre fleurs. Autour de la mairie et de l’église - star récurrente du concours départemental des chapelles fleuries du Rhône -, les cheminements piétons offrent aux promeneurs un spectacle toujours renouvelé.


« L’arrêt des produits phytosanitaires nous a conduits à revoir le fleurissement : nous arrêtons l’oeillet d’Inde, et vous voyez apparaître cette année le Gonphrocarpus », souligne Vincent Bolevy. Trois fois par an, l’employé municipal bénéficie des conseils de Gaynon Horticulture, fournisseur des fleurs communales basées à Ancy. Présentes sur toutes les façades du village, les bien-nommées pierres dorées, qui donnent leur nom au vignoble local, offre un décor idéal pour mettre en valeur les massifs.

Entraîner l’agglo


Chaque été, la commune stimule l’appropriation collective du fleurissement : une douzaine de jeunes seconde Vincent Bolevy pour des travaux d’entretien. « Nous tenons à leur mettre le pied à l’étrier dans des conditions réelles : ils rédigent une lettre de motivation et perçoivent un salaire », souligne Jean-Pierre Jacquemot.
Cet acquis va-t-il se transmettre aux générations à venir ? La question figure parmi les enjeux de la fusion dont le maire de Saint-Loup débat avec trois de ses homologues, pour mieux porter la voix de 5000 habitants de la communauté d’agglomération de l’ouest rhodanien. Seul titulaire des Quatre fleurs parmi les 34 communes de cet ensemble de 50 000 âmes, Saint-Loup devra redoubler d’imagination et d’énergie pour ne pas perdre la sienne.

Commentaires

Nature urbaine autour de Lyon 2/4 : bonne rentrée à Saint-Loup !

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur