Chantiers

Nantes peaufine son mémorial de l’abolition de l’esclavage

Implanté sur et sous le quai de la Fosse, qui a vu partir de nombreux navires négriers nantais vers l’Afrique, le Mémorial de l’Abolition de l’esclavage sera prêt à la fin de l’année.

C’est en 1998, à l’occasion du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage que le Conseil municipal de Nantes a adopté le principe d’édifier un monument sur le quai de la Fosse pour « marquer le rapport de la ville à son histoire et plus particulièrement à son passé de premier port négrier de France ».

Après un concours international, le projet du plasticien Krzysztof Wodiczko (concepteur du pavillon polonais de la Biennale de Venise 2009) et de l’architecte américain Julian Bonder a été retenu en 2004. La maîtrise d’Å“uvre a été confiée par Nantes Métropole à Arcadis, associé à l’agence nantaise Michel Roulleau.

Passerelle piétonne de 100 mètres

L’ouvrage comprend un parcours commémoratif à l’air libre, une vaste esplanade piétonne sur laquelle seront incrustées 2 000 plaques indiquant des données sur les expéditions négrières recensées au départ de Nantes. Une immense plaque de verre inclinée de 8 m de haut, support de citations évoquant les combats contre l’esclavage, traversera le sol jusque dans l’estacade, sous le quai, accessible par un grand escalier. Y prendra place un « parcours méditatif » composé d’une passerelle piétonne longue de 100 mètres qui sera protégée des variations du niveau de la Loire par un mur de béton surmonté d’un mur de verre. Au total, le mémorial occupera une emprise de 300 mètres de long.

Un chantier de 7 000 m2

« Le chantier représente 7 000 mètres carrés à réaménager. Il faut évacuer les vases, mettre en place des micropieux et construire un caisson étanche qui sera rivé aux quais », explique Hervé Guégan, le responsable du chantier à Nantes Métropole. Par ailleurs, soixante frênes seront plantés entre le mémorial et la passerelle Schœlcher.

De fait de la proximité de la Loire et de la localisation de l’ouvrage en sous-sol, ce chantier a été très délicat à conduire. La construction s’est faite au rythme des marées et la zone de travaux a été envahie plusieurs fois par les eaux de la Loire.

L’opération, chiffrée à 7 millions d’euros, devait être achevée en septembre 2011. Ce sera finalement décembre 2011.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X