En direct

Nantes La Beaujoire
PHOTO - Agenda thierry lanfant.eps - © Stephane Bellanger/Le Moniteur

Nantes La Beaujoire

Propos recueillis par François Perrier |  le 31/10/2008  |  ArtisansLoire-Atlantique

ARTIBAT 2008 SECOND ŒUVRE EQUIPEMENT,4 au 6 décembre -

« Nous retrouvons des conditions d’accueil optimisées » THIERRY LANFANT, commissaire général d’Artibat

Comment se présente l’édition Second œuvre Equipement d’Artibat ?

Nous dépassons les 700 exposants attendus sur 31 500 m2 couverts (pour les 2 salons : 1 195 exposants, 66 500 m2). L’offre des distributeurs, animateurs du « dynamisme commercial local » et celle des fabricants, plus axés sur la prescription de leurs produits, se complètent. Le salon a pris de l’ampleur depuis 1988, mais le parc des expositions n’a pas pu suivre en termes de surfaces. Nous avons dû scinder Artibat en deux salons pour retrouver des conditions d’accueil optimisées et offrir aux exposants les surfaces qu’ils souhaitaient. C’est un pari imposé par le manque de place car lors de l’édition 2006, nous avions mis des pieds de 45 dans des chaussures de pointure 36.

Vos visiteurs n’ont-ils pas été déroutés par ces deux éditions la même année ?

Avec 16 150 visiteurs en avril pour 487 stands, nous avons accueilli un tiers des visiteurs de 2006 sur les deux tiers de la surface. Il faudra être plus précis sur la nomenclature d’activité (en avril 2008, les charpentiers et couvreurs ne se sont pas assez sentis concernés et, surprise : les exposants ont moins bien relayé l’information que lors des éditions précédentes (généralement les exposants génèrent les 3/4 des entrées ; là seulement 1/4 !).

Comment la Capeb, initiatrice d’Artibat ressent-elle la conjoncture ?

De sept à huit mois, les carnets de commandes sont descendus à six. L’artisanat devrait finir l’année sans trop de dommage mais nous sommes réellement inquiets pour 2009. A ce jour, l’entretien-amélioration est encore pas mal orienté. On sent quand même un tassement. Le resserrement des conditions d’octroi des prêts des banques n’arrange rien. Pour autant, la prise de conscience des particuliers sur « leurs maisons passoires » va porter ses fruits et les inciter à engager des travaux. Le Grenelle de l’environnement et les engagements pris par le gouvernement dans sa loi de finances de 2009 sont une véritable opportunité pour les entreprises, qui devront se former et adapter leurs compétences.

Commentaires

Nantes La Beaujoire

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX