En direct

Nantes L'après grands chantiers

bertrand escolin |  le 25/04/1997  |  Loire-AtlantiqueCollectivités localesFiscalitéPatrimoineFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Loire-Atlantique
Collectivités locales
Fiscalité
Patrimoine
France
Valider

Les trois axes du budget 1997 de la ville de Nantes sont le maintien d'une pression fiscale au taux minimal de l'inflation (1,7 %), le désendettement de la ville et la volonté de maintenir la qualité du service public. Pour le maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, « il faut limiter la progression des impôts directs locaux à l'inflation et limiter la progression des dépenses de fonctionnement sans nuire à la qualité de service public ». Parallèlement, la municipalité continue un désendettement progressif pour libérer les finances d'un poids de la dette que le maire juge « important mais par rédhibitoire ». L'encours de dette sera ainsi de 3 191 millions de francs, en diminution de 47 millions par rapport à 1996.

Il est vrai que l'époque des gros chantiers comme la cité des Congrès est révolue, et que les gros projets sont portés par le district. Par une politique accrue d'autofinancement et de renégociation de la dette, la ville diminue son endettement de 60 millions de francs cette année. Parallèlement, Jean-Marc Ayrault affiche la volonté de « maintenir la qualité du service public : maintien des effectifs municipaux et du niveau de qualité des prestations et de développement des investissements ». En témoigne l'augmentation de 12 % des dépenses d'investissement - il est vrai par rapport à une année 1996 très en retrait sur le plan de l'investissement - , dont une bonne part ira à des aménagements de voirie et d'équipements existants : aménagements liés à la 3e ligne de tramway, autour de la place Bretagne, constitution d'un pôle commercial fort sur l'îlot Boucherie, aménagement du stade de la Beaujoire pour la coupe du monde de football.

CHIFFRES CLES

Habitants : 252029.

Budget total : 2 826,2 MF (+ 0,75 %). Principal : 2 610 MF (+0,5 %). Eau : 145,6 MF (+ 3,1 %). Assainissement : 70,6 MF (+ 3,2 %).

Investissement* : 348,4 MF. Principal : 283,5 MF.

Charge de la dette : 248,1 MF (- 5 %).

Fiscalité ** : + 0,79 %, 1 143,4 MF.

Epargne nette : 260,4 MF.

PROJETS

Restauration du château des ducs de Bretagne : 14 millions de francs de travaux budgétisés en 1997 (une série de chantiers qui s'étaleront sur dix ans). L'Etat, le conseil général et la région apportent 5,1 millions de francs.

Réhabilitation des anciennes usines LU : première tranche de travaux printemps 1997 pour 4,3 millions de francs. Ce lieu mythique accueillera le premier festival « Fin de siècle » à l'automne.

Rénovation du stade de la Beaujoire (26 millions de francs de travaux) pour la coupe du Monde de football.

Aménagement et rénovation de voies : 23 millions de francs (voirie sud Feydeau : 3,6 millions de francs).

Aménagement des espaces publics : rue Crébillon (3,1 millions de francs), réaménagement du quai de la Fosse (2,8 millions de francs).

35 millions de francs de participations aux ZAC de la ville.

PHOTOS :1 LE CHANTIER VEDETTE

La restauration du château des ducs de Bretagne.

2 Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil