En direct

Nancy opte pour un tramway sur rails, mais devra résoudre l’équation de son financement
Le tramway hybride de Nancy, capable de circuler sur un rail central comme sur une voie routière, n’est autorisé que jusqu’en 2022. - © © Philippe Bohlinger

Nancy opte pour un tramway sur rails, mais devra résoudre l’équation de son financement

Philippe Bohlinger |  le 28/05/2018  |  Meurthe-et-MoselleTransports mécaniques

Le Grand Nancy a opté, le 25 mai, pour un tramway sur rails, en substitution de la technologie hybride, obsolète, qui équipe l’actuelle ligne 1 de son réseau de transports en commun. La métropole devra cependant trouver des ressources complémentaires pour couvrir le budget estimé à 380 millions d’euros.

Nancy va abandonner la technologie hybride Bombardier à l’origine de nombreux dysfonctionnements sur son réseau de transports en commun, pour lui préférer un tramway sur rails. Les élus de la Métropole du Grand Nancy ont approuvé, vendredi soir dernier, le 25 mai, le projet de renouvellement/extension de la ligne unique sur laquelle ce matériel circule depuis 2001. L’agglomération lorraine est la dernière dans l’Hexagone à disposer de ce système dit de «transport sur voie réservée» (TVR), capable de se déplacer sur un rail central comme sur route. Arrêté à Caen en décembre 2017, il dispose d’une autorisation de circuler jusqu’en 2022.

En ouverture des débats, le président du Grand Nancy, André Rossinot (Parti radical) a évoqué, «un projet structurant pour la Métropole pour les décennies à venir» tout en reconnaissant «un contexte défavorable lié à des contraintes budgétaires indépendantes de notre volonté».

Pour l’agglomération qui a engagé les études préalables en 2014 avec Egis Rail, l’enjeu est double. Il s’agit de porter la capacité de la ligne 1 de 45 000 à 70 000 voyageurs par jour tout en continuant à desservir le plateau de Brabois, sans rupture de charge, autrement dit sans transfert des passagers vers un second mode de transport. Le plateau constitue en effet l’épicentre du développement urbain, économique et universitaire de l’agglomération au sud-ouest: un campus universitaire biologie-santé y ouvre en septembre prochain, le technopole va s’étendre sur place, les plateaux techniques du centre hospitalier projettent de s’y regrouper, etc.

La technologie TVR présentait l’avantage de franchir la forte déclivité de la montée vers Brabois, contrairement au tramway limité à des pentes inférieures à 8,5 %. Les élus devront donc trancher entre deux options, d’ici à décembre prochain: un nouveau tracé empruntant les lacets de l’avenue du Général-Leclerc à Vandœuvre-lès-Nancy ou un tunnel s’ouvrant par le campus Sciences. «Nous devons relever un défi technologique, car il n’existe pas ailleurs en France de tramway qui grimpe avec une pente aussi importante sur une aussi longue distance», a exposé Christophe Choserot, vice-président de la Métropole et délégué aux études sur le renouvellement de la ligne 1. L’actuelle montée entre le carrefour du Vélodrome et le terminus totalise 5,5 kilomètres.

Trois extensions prévues

Le dossier de déclaration d’utilité publique (DUP) devrait être rédigé en janvier 2019 en vue de l’organisation de l’enquête publique à l’été suivant. Les travaux pourraient démarrer en 2020, dans la perspective d’une mise en service à l’horizon 2023.

Importante inconnue à ce stade, l’enveloppe de 250 millions d’euros provisionnée par le Grand Nancy demeure insuffisante pour financer l’ensemble du projet estimé à 380 millions d’euros. Outre le tracé de base de 7,8 kilomètres et la montée vers Brabois, le renouvellement de la ligne 1 prévoit trois extensions, une à l’Est (2,3 kilomètres) et deux à l’Ouest (2,2 kilomètres).

«La faiblesse de ce dossier réside dans l’absence de financement prévu ou précisé, alors que ce rendez-vous est attendu depuis plusieurs années. Ce projet menace de plomber les capacités de financement de la Métropole», a averti Hervé Féron, maire PS de Tomblaine. Pour faire face à cette échéance, plusieurs élus d’opposition ont proposé le report du projet d’aménagement du complexe thermal également porté par le Grand Nancy.

Commentaires

Nancy opte pour un tramway sur rails, mais devra résoudre l’équation de son financement

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX