En direct

Municipales : ce que le BTP peut espérer (ou craindre) des nouveaux élus... dans le Sud-Ouest
Alain Juppé, maire de Bordeaux - © BRUNO LEVY/LE MONITEUR

Municipales : ce que le BTP peut espérer (ou craindre) des nouveaux élus... dans le Sud-Ouest

Bertrand Escolin, à Bordeaux, et Christiane Wanaverbecq, à Toulouse |  le 31/03/2014  |  EtatEntreprisesLogement socialImmobilierLogement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Etat
Entreprises
Logement social
Immobilier
Logement
Valider

Si la plupart des nouveaux maires seront désignés dans les prochains jours par les conseils municipaux issus des urnes,  les majorités municipales sont désormais connues. Le mandat qui va s’ouvrir verra-t-il émerger des maires bâtisseurs ou sera-t-il synonyme de projets bloqués ? Quelles répercussions du scrutin sur les intercommunalités dont les pouvoirs seront renforcés ? Début de réponse avec le tour de France réalisé par les équipes régionales du Moniteur.

Débats sur les infrastructures, continuité sur les projets urbains

Dans les quatre régions du sud-ouest, deux capitales régionales ont basculé. A Limoges (Haute-Vienne), le maire sortant PS Alain Rodet est battu par le candidat UMP Emile-Roger Lombertie, dans une ville aux mains de la gauche depuis 1912. Et à Toulouse (Haute-Garonne), l'UMP Jean Luc Moudenc, déjà maire de 2004 à 2008, récupère le Capitole.

A Bordeaux (Gironde) également, on observe un basculement mais à l’échelle de l’agglomération, puisque l'UMP Alain Juppé, réélu maire au premier tour, obtient une large majorité à la communauté urbaine, qui bascule à droite, avec notamment le changement de maire à Pessac, 3è ville d’Aquitaine, gagnée par l’UMP Franck Raynal.

Une partie du sud-ouest retrouve sa tradition « centriste » ou « chrétienne démocrate ». Pau (Pyrénées-Atlantiques), seconde ville d’Aquitaine, a ainsi largement désigné François Bayrou. Bayonne (Etchegaray, UD) et Biarritz (Veunac, DIV) restent dans la continuité de la tradition centriste des maires précédents. Après un intermède à gauche, Anglet (Olive (UD-UMP) revient dans le giron centre-droit.  Parmi les maires des quatre régions réélus au 1er tour, notons, outre Alain Juppé à Bordeaux, Noël Mamère à Bègles (Gironde), Geneviève Darrieussecq (Modem) à Mont de Marsan (Landes) ;  Jean Dionis du Séjour (UDI) à Agen (Lot-et-Garonne) ; Franck Montaugé (PS) à Auch (Gers) ; Gérard Trémèges (UMP) à Tarbes (Hautes-Pyrénées) ; Jean-Marc Vayssouze-Faure (PS) à Cahors (Lot);   Bernard Combes (PS) à Tulle (Corrèze). A Niort (Deux-Sèvres), l’UMP Jérôme Baloge a fait basculer la ville tenue par la gauche depuis 60 ans.

Les maires "bâtisseurs" réélus

A quelques exceptions près, les maires sortants et « bâtisseurs » ont été réélus. Beaucoup de maires de villes moyennes ne se représentaient pas, sur la Côte basque notamment, et la nouvelle génération comporte de nombreux élus quadragénaires (maires de Cahors ou Pessac par exemple). Les campagnes ont voté pour des élus souvent sans étiquette, et les questions de fiscalité et d’emploi ont occupé le cœur des débats.

On verra dans quelques mois si les - rares - engagements d’infrastructures nouvelles seront tenus dans les grandes villes dans le contexte budgétaire que tous savent très contraint. Pour désengorger une agglomération qui accueille 15 000 nouveaux habitants par an, Jean-Luc Moudenc, le nouveau maire de Toulouse, propose, par exemple, une seconde rocade et une troisième ligne de métro. Son opposant, le maire sortant socialiste Pierre Cohen, qui militait pour un « réseau de transports qui couvre de manière efficace l'ensemble du territoire » avec des projets de tram et de BHNS, n'a cessé de souligner le côté « aberrant » d'une ligne de métro supplémentaire. Son coût, évalué à 1,7 milliard d'euros, gèlerait pendant 20 ans les autres projets de déplacements urbains. Les professionnels du BTP, pourtant avides de grands projets, restent d'ailleurs sceptiques.

En Poitou-Charentes, les choses devraient aussi bouger en matière de transports à Angoulême (Charente) et Niort (Deux-Sèvres). En effet, Xavier Bonnefont, le jeune nouveau maire UMP d'Angoulême, avait promis l’abandon de Mobilix, projet de transport en commun en site propre (TCSP). Ce dossier construit par l’équipe du maire sortant Philippe Lavaud était largement contesté, notamment en raison de son coût : plus de 100 millions d’euros sur 10 ans.  Même son de cloche à Niort où le nouveau maire avait également annoncé la fin du dossier de TCSP tout en relançant l’idée de construction d’une rocade nord et le doublement de la rocade est. Dans les autres villes, on ne devrait pas assister à de grands changements. Poitiers a déjà achevé sa mue avec la livraison de Cœur d’Agglo et du viaduc des Rocs. Enfin, le maire de La Rochelle (Charente-Maritime) Jean-François Fountaine n’annonce pas de grands travaux. Il devra néanmoins s’appliquer à protéger la ville des déchaînements de la mer…

Les grands projets poursuivis

Mais la plupart des grands projets menés par les agglomérations de villes moyennes et des métropoles régionales sont lancés et seront poursuivis, quelle que soit l’étiquette politique du nouvel élu. On pourra donc voir plutôt des infléchissements de tendance. Sur l'agglomération toulousaine, par exemple, il ne devrait pas y avoir de changements majeurs en matière d'urbanisme. Des projets comme l'aménagement du quartier de la gare de Toulouse dans la perspective de l'arrivée de la ligne à grande vitesse, le parc des expositions, le Grand projet de Ville, sont engagés. Certains avaient même été initiés par Jean-Luc Moudenc, lors de son dernier mandat de maire.

A Brive-la-Gaillarde (Corrèze), la parenthèse rose s'est refermée avec la défaite du député-maire socialiste Philippe Nauche. Le nouveau maire, Frédéric Soulier (UMP-UDI), ne devrait pourtant pas compromettre les projets lancés de requalification de la caserne Brune et de création de la ZAC de Brive-Laroche, les deux projets sructurants de la sous-préfecture, deuxième plus grande ville de la Corrèze.

Pareil à Limoges (Haute-Vienne). La victoire du nouveau maire, l'UMP Emile-Roger Lombertie (45,07%), soutenu par l'UDI et le Modem, a créé la surprise. Il n'y a donc pas de programme très défini, à part la création d'un stade de basket, d'une salle de musique de 2000 places et le soutien au projet de LGV Poitiers-Limoges, qui fait largement consensus.

Le basculement politique pourrait plutôt avoir des conséquences sur les politiques communautaires. A la communauté urbaine de Bordeaux (CUB), Vincent Feltesse, président sortant PS, largement battu par Alain Juppé, voulait ouvrir les compétences de la CUB au sport et à la culture. Le futur président Alain Juppé a déclaré vouloir reconcentrer l’agglomération sur ses compétences de base et caler un plan d’intervention pluriannuel dans les différents secteurs. Il veut aussi réaffirmer le principe de cogestion (toute tendance politique confondue), qui avait, selon lui, souffert lors de l’affrontement des deux candidats à la mairie. Vincent Feltesse, député socialiste, s'est en effet présenté contre Alain Juppé. Les grands projets sont lancés : nouveau pont Jean-Jacques Bosc, nouveau stade, et grande salle de spectacle... C’est donc sur les politiques d’investissements que l’infléchissement devrait se faire sentir.

Conquise par le PS en 2008 après 37 années de domination du centre-droit, Toulouse renoue donc avec sa tradition. Se pose maintenant la question de la métropolisation de la communauté urbaine du Grand Toulouse. Les équilibres vont changer au sein de l'agglomération avec le basculement à droite de Toulouse (qui représente plus de la moitié des 134 sièges de Toulouse Métropole), mais aussi de Balma (deuxième commune en nombre d'habitants de l'agglomération) et de Saint-Orens.

Commentaires

Municipales : ce que le BTP peut espérer (ou craindre) des nouveaux élus... dans le Sud-Ouest

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur