En direct

Municipales : ce que le BTP peut espérer (ou craindre) des nouveaux élus... dans l'Ouest et le Centre

Jean-Philippe Defawe, à Nantes |  le 31/03/2014  |  Alexandre Chemetoff EtatEntreprisesLogement socialImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Alexandre Chemetoff
Collectivités locales
Etat
Entreprises
Logement social
Immobilier
Logement
Valider

Si la plupart des nouveaux maires seront désignés dans les prochains jours par les conseils municipaux issus des urnes,  les majorités municipales sont désormais connues. Le mandat qui va s’ouvrir verra-t-il émerger des maires bâtisseurs ou sera-t-il synonyme de projets bloqués ? Quelles répercussions du scrutin sur les intercommunalités dont les pouvoirs seront renforcés ? Début de réponse avec le tour de France réalisé par les équipes régionales du Moniteur.

Pause sur les grands projets

La vague bleue n’a pas épargné les terres de l’Ouest et du Centre. Le phénomène avait commencé le 23 avril avec la réélection au premier tour de Serge Grouard (UMP) à Orléans qui a annoncé « une pause dans les grands travaux ». Faute de subvention d’Etat, le projet de salle Arena (110 millions d’euros) est définitivement abandonné.

Le phénomène s’est confirmé avec le passage à droite de trois villes de plus de 100 000 habitants : Tours, Angers et Caen. Tours sera désormais dirigée par Serge Babary, un ancien chef d’entreprise qui placera son mandat sous la priorité du développement économique en créant notamment une agence de développement. Son programme accorde une large place au centre-ville pour «redynamiser le commerce de proximité», valoriser le patrimoine historique, aménager les bords de Loire, créer un pôle d’activité rue de la Tranchée et « revoir les conditions du PLU et du secteur sauvegardé ». A Angers, la gauche divisée a laissé la ville à Christophe Béchu, jeune  élu de l’UMP, également sénateur et président du conseil général du Maine-et-Loire, mandat qu’il devra abandonner. Le futur maire d’Angers devrait très vite corriger la copie du projet Grether & Phytolab sur les Rives de la Maine et revoir le tracé de la deuxième ligne de tramway.

Si le cumul des mandats n’a pas gêné la victoire de Christophe Béchu, les électeurs de Caen en ont décidé autrement et ont sévèrement désavoué le député-maire PS Philippe Duron, également grand collectionneur de mandats. La capitale bas-normande sera désormais dirigée par Joël Bruneau (UMP), ancien champion de France de cross qui a notamment été directeur de cabinet et directeur général des services de la région Basse-Normandie. Celui-ci a déjà affirmé sa volonté de remettre à plat le projet de destruction-reconstruction du tramway. « L’actuel tramway sur pneu sera donc prolongé 5 ans et, dans un premier temps, la seconde ligne sera réalisée avec des bus à haut niveau de service » a-t-il indiqué.

Les villes moyennes basculent

Plusieurs villes moyennes ont également basculé à droite. C’est le cas de Laval, où le sénateur UDI François Zocchetto reprend la ville gagnée en 2008 par Guillaume Garot (PS) qui, nommé ministre délégué à l’agro-alimentaire, l’avait laissé à Jean-Christophe Boyer. Le réaménagement du centre-ville et un grand plan voiries compteront parmi ses premières mesures. Plus surprenant, la Roche-sur-Yon, bastion socialiste de Vendée qu’avait conquis Jacques Auxiette, devenu président du conseil régional des Pays de la Loire, passe des mains de Pierre Regnault à l’UMP Luc Buard. Pierre Regnault paie cher son ambitieux projet de reconfiguration de centre-ville confié à Alexandre Chemetoff. Enfin, ville particulièrement symbolique en raison de la proximité de son maire, Bernard Poignant, avec le chef de l’Etat, Quimper bascule très nettement à droite, l’UMP, Ludovic Jolivet recueillant plus de 58% des voix. Ce dernier a annoncé un plan de relance du bâtiment et envisage de créer une cité des entrepreneurs dans le quartier de la gare.

Les socialistes pourront se consoler d’avoir conservé plusieurs grandes agglomérations comme Brest, avec François Cuillandre, et surtout Le Mans, que Jean-Claude Boulard a réussi à maintenir à gauche de justesse.

Mais c’est avec des équipes féminisées et rajeunies, que les socialistes, associés aux écologistes au second tour, réalisent leur plus nettes victoires comme à Rennes, avec Nathalie Appéré, élue avec 55,83% des voix, et Nantes, qui fait mentir les thèses du vote sanction puisque la sixième ville de France sera dirigée par la dauphine du Premier ministre, Johanna Rolland, âgée de seulement 34 ans. Les deux grandes villes de l’ouest poursuivront les politiques menées lors des précédents mandants avec notamment le lourd dossier de la seconde ligne de métro à Rennes. A Nantes, un statu quo a été conclu avec les écologistes sur le très controversé projet d’aéroport qui ne prévoit pas le démarrage des travaux avant l’épuisement des recours juridiques, soit au minimum deux ans. Pour le reste du programme, pas de projets spectaculaires, mais une ambition : faire de la capitale verte de l’Europe en 2013 « la ville de référence de la transition énergétique ».

Enfin, parmi les rares prises du PS dans l’Ouest, notons la bascule à gauche de Saumur (avec Jean-Michel Marchand, PRG) qui, fidèle à sa réputation, a toujours voté à l’inverse de la tendance générale.

Commentaires

Municipales : ce que le BTP peut espérer (ou craindre) des nouveaux élus... dans l'Ouest et le Centre

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur