En direct

Municipales 2008 : réélu de justesse à Marseille, Jean-Claude Gaudin mise sur la culture et les transports doux
Crédit : Ville de Marseille - ©

Municipales 2008 : réélu de justesse à Marseille, Jean-Claude Gaudin mise sur la culture et les transports doux

Defawe Philippe |  le 17/03/2008  |  Alpes-MaritimesMarseilleCorsePyrénées-OrientalesBouches-du-Rhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Alpes-Maritimes
Marseille
Corse
Pyrénées-Orientales
Bouches-du-Rhône
Aude
Alpes-de-Haute-Provence
Hautes-Alpes
Lozère
Hérault
Var
Vaucluse
Gard
Principauté de Monaco
Collectivités locales
Valider

Après avoir martelé au cours de la campagne électorale que "la spirale du déclin de Marseille était enrayée", Jean-Claude Gaudin souhaite désormais consacrer son troisième mandat au développement et au rayonnement de la ville. Objectif : propulser la cité phocéenne dans le "Top 20 des métropoles européennes".

Une ambition qui ne passe obligatoirement par la réécriture de la carte intercommunale dont le récent scrutin pourrait éventuellement modifier les contours à la marge. Le maire réélu recherchera plutôt à obtenir de ses voisins de l’étang de Berre, d’Aubagne ou d’Aix-en-Provence, une péréquation des ressources fiscales pour permettre à la capitale régionale d’assumer plus facilement ses charges de centralité. Même si l’ancien premier adjoint Renaud Muselier devrait –sauf surprise -hériter de la présidence de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, c’est vraisemblablement le sénateur-maire qui gardera la main sur ce dossier éminemment politique. Comme il devrait également piloter en personne l’opération "capitale européenne de la culture" pour laquelle Marseille est candidate pour 2013.

Améliorer le cadre de vie
Cette échéance sera l’occasion de faire aboutir plusieurs projets culturels plus ou moins enlisés. On pense notamment à la construction du Musée des civilisations d’Europe et de Méditerranée, sur l’esplanade du J4, à la création d’un nouvel espace regroupant au Palais Longchamp l’ensemble du patrimoine artistique de la ville ou à la rénovation de l’Opéra. Mais c’est incontestablement sur des opérations visant à améliorer le cadre de vie des Marseillais que porteront les efforts de la nouvelle équipe. En matière de transports, Jean-Claude Gaudin souhaite réaliser trois "petites" extensions du métro (Bougainville/Capitaine-Gèze, Dromel/Jean-Perrin et la Rose/Château-Gombert). Il a également annoncé le prolongement du tramway (Quatre-Septembre/Dromel, via La Blancarde et Joliette/Saint-Antoine, via Saint-André) tout en promettant de créer trois lignes de busway (Capitaine-Gèze/Château-Gombert, Castellane/Luminy et Rond-Point du Prado/Saint-Loup). Au total, ce sont 100 km de linéaire desservis par des moyens de transport "propres" qui devraient être créés au cours de la mandature.

Grands équipements
Autre mesure attendue : la piétonisation d’une partie du centre-ville (notamment le Vieux Port) et de certains noyaux villageois périphériques.
En matière d’équipements, la Ville lancera dans les prochaines années quelques opérations d’envergure. On citera notamment la construction d’un Palais des Evénements sur les quais du port, la réalisation d’une Cité de la science et de la mer à l’Estaque ou l’implantation de trois campus omnisports, au nord, au centre et au sud.
Dans le même temps, l’aménagement du plateau des Docks Libres, à la lisière d’Euroméditerranée et des quartiers nord, permettra de recoudre une trame urbaine très distendue dans ce secteur, tout en dotant cet espace d’un parc urbain de 7 hectares. La municipalité va par ailleurs proposer à l’ANRU une quinzaine d’opérations de rénovation urbaine dans les quartiers fragilisés et engager sur tout le territoire communal un vaste programme de développement des énergies renouvelables. Pour mettre en œuvre cette politique nouvelle, le maire s’appuiera sur la garde rapprochée d’élus et de collaborateurs qui l’entoure depuis les années 80. L’incontournable Claude Bertrand (directeur de cabinet), les inamovibles députés Jean Roatta et Roland Blum, la discrète Danielle Servant (marchés publics) ainsi que l’ex-dauphin de Gaston Defferre, Philippe San Marco, devraient occuper des postes clé dans le nouvel organigramme municipal.
Jean-Marc Matalon, bureau du Moniteur de Marseille

Retrouvez dans Le Moniteur "spécial élections municipales" du 20 mars, un dossier de 22 pages avec les grands chantiers à venir des nouvelles équipes municipales des principales villes de France.


Le projet de Jean-Noël Guérini



Jean-Noël Guérini (PS), qui a raté de peu la mairie, voulait réduire de 25% en cinq ans la circulation automobile et construire chaque année 5.000 logements.
Son programme dessinait pour 2014 une ville que la gauche entendait changer en profondeur. L’un des points forts des engagements du candidat Guérini concernait la réduction "de 25% en 5 ans" de la circulation automobile. Une priorité : achever la rocade L2, un chantier lancé en 1992 sous maîtrise d’ouvrage de l’Etat. Pour enfin boucler cette artère de contournement du centre-ville, l’ancien adjoint de Gaston Defferre promettait de mobiliser 250 millions d’euros. D’autres voies routières (rocade du Jarret, rocade Flemming, boulevard Plombière, boulevard urbain sud) faisant l’objet, dans le même temps, d’aménagements permettant le passage de transports collectifs propres (on évoque notamment un trolleybus à batteries) et des cyclistes. Autre alternative à la voiture : les navettes maritimes. Une liaison nord-sud, entre le port de la Lave et la Pointe-Rouge, aurait dû être lancée au cours de la mandature.
Les projets du candidat malheureux portaient également sur le métro, dont la ligne 2 devait être prolongée (jusqu’à Septèmes, au nord, et à La Valentine, à l’est) et sur le tramway.
Autres chantiers prioritaires : le logement en réalisant chaque année 5.000 logements "adaptés à tous", notamment en garantissant le prêt à taux zéro ou le prêt social de location-accession, et la propreté de la ville. Jean-Noël Guérini s'était donné six mois pour réorganiser la collecte des ordures ménagères, en mettant notamment un terme au principe tant décrié du "fini-parti".
J-M. M.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil