En direct

Municipales 2008 : à Toulouse, Pierre Cohen veut faire des transports la grande cause de son mandat
Pierre Cohen, 58 ans, était maire d'une commune de la banlieue toulousaine avant d'être désigné par les militants socialistes pour candidater à Toulouse. - ©

Municipales 2008 : à Toulouse, Pierre Cohen veut faire des transports la grande cause de son mandat

Defawe Philippe |  le 17/03/2008  |  ToulouseFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Toulouse
France
Collectivités locales
Valider

Pierre Cohen (PS) enlève le Capitole avec 50,42 % au second tour face au maire sortant, Jean-Luc Moudenc (apparenté UMP). Il veut mettre en place une piétonnisation progressive du centre à côté d’aménagements favorisant les déplacements doux.

Priorité du programme de Pierre Cohen, les transports et les déplacements sont appelés à devenir "la grande cause municipale". Une politique de piétonnisation progressive du centre-ville devrait être mise en oeuvre à côté d’aménagements favorisant les déplacements doux. Le développement des transports en commun constitue l’autre axe fort du nouveau projet municipal. Celui-ci prévoit par exemple la création de deux lignes de tramway reliant du nord-sud Blagnac à Saint-Orens et d’est en ouest l’Union et Tournefeuille, ainsi que la mise à l’étude d’une ligne de tramway circulaire. Parallèlement la création d’une ceinture de transport en commun en site propre permettra de relier les villes de la première couronne. La mise en place de navettes fluviales sur la Garonne et les canaux est également évoquée.

Référendum local pour les projets structurants
En matière d’urbanisme Pierre Cohen affirme sa préférence pour une démarche de densification étudiée en concertation avec les professionnels et l’ensemble des acteurs concernés. La création d’un établissement public foncier local « doté de moyens et d’un périmètre ambitieux » doit assurer à la Ville une meilleure efficacité en termes de maîtrise foncière. Le nouveau maire souhaite par ailleurs initier une série de grands travaux après le réexamen des opérations en cours ou en projet, à la lumière des besoins en équipements sur l’ensemble des quartiers. Le Grand Projet de Ville, qui concerne les quartiers d’habitat social tels le Mirail, la Faourette et Empalot fera dans ce cadre l’objet d’une réorientation en faveur d’une installation pérenne de services et d’activités commerciales. Un marché de définition sera lancé dans la perspective d’un grand projet Garonne intégrant l’aménagement et la mise en valeur du fleuve, de ses berges et des quartiers riverains. Le déménagement du parc des expositions, en libérant l’île du Ramier, doit permettre l’aménagement sur les neuf hectares du site d’un véritable "Central park ". L’ancien établissement hospitalier de La Grave, ainsi que celui de l’Hôtel Dieu devront trouver une nouvelle vocation culturelle tout en maintenant dans certains bâtiments une activité de santé préventive. Une voie verte, avec des aménagements de loisirs, sera créée le long du canal du Midi, depuis les Ponts Jumeaux jusqu’à Rangueil. Pierre Cohen n’exclut par ailleurs pas de recourir à des référendums locaux pour les grands projets structurants.

Projet de communauté urbaine
La politique du logement de la nouvelle municipalité repose sur une volonté de diversité et de développement d’une offre accessible au plus grand nombre. Le logement social, en particulier, fera l’objet d’une attention particulière à travers un plan de rattrapage pluriannuel. Une utilisation volontariste du droit de préemption pourra être envisagée afin de garder la maîtrise du logement et la préservation du patrimoine. Pierre Cohen souhaite également faire de Toulouse "une ville exemplaire en matière de développement durable". Une volonté qui passe par une révision ambitieuse de l’Agenda 21, la réalisation d’écoquartiers et une politique exigeante en matière d’appels d’offres avec l’intégration systématique de clauses environnementales dans le cahier des charges. Un audit doit par ailleurs être lancé sur les délégations de service public dans les domaines de l’eau, de traitement des déchets et des parkings. L’élection de Pierre Cohen pourrait enfin se traduire par une nouvelle gouvernance de l’agglomération. Le nouveau maire se déclare en effet favorable à la création d’une communauté urbaine susceptible d’intégrer les communautés d’agglomération voisines du Sicoval et du Murétain.
Jean-Marie Constans, à Toulouse

Retrouvez dans Le Moniteur "spécial élections municipales" du 20 mars, un dossier de 22 pages avec les grands chantiers à venir des nouvelles équipes municipales des principales villes de France.

Le projet de Jean-Luc Moudenc



Le successeur de Dominique Baudis et de Philippe Douste-Blazy ne fera pas de second mandat. Battu de peu par Pierre Cohen, Jean-Luc Moudenc souhaitait investir dans les transports et les logements sociaux.
Sa politique s'appuyait sur le développement des transports en commun avec les projets de création d’une ligne de tramway reliant l’aéroport de Blagnac à la gare Matabiau et au centre-ville, la réalisation d’un tram-train en direction de Colomiers, le prolongement de la ligne B du métro vers Labège et l’accélération de la mise en service de bus en site propre pour desservir les communes périphériques.
En matière d’urbanisme le programme de Jean-Luc Moudenc impliquait, dans le cadre d’un concours, l’aménagement global du centre-ville. Il devait être complété par celui des berges de la Garonne, depuis le site du Cancéropôle, en amont, jusqu’à la zone verte de Sesquière. Le déménagement du parc des expositions devant permettre la création d’un parc de loisirs de neuf hectares sur l’île du Ramier.
Le maire sortant souhaitait par ailleurs "affirmer l’ambition européenne de Toulouse" en s’engageant dans la réalisation de grands équipements économiques et culturels. Outre la poursuite du Cancéropôle et la réalisation d’Aérospace Campus, plusieurs chantiers étaient évoqués : reconversion de l’ancien site hospitalier de La Grave, installation d’une Cité de la recherche et de la création dans l’ancienne prison Saint-Michel, construction d’un auditorium de prés de 3.000 places, réalisation d’un grand centre d’affaires de 500.000 m2 à Matabiau.
Enfin, Luc Moudenc voulait accroître l’effort en faveur du logement social qui bénéficie déjà d’un quota de 30% minimum sur les ZAC publiques.
J-M. C.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil