En direct

Moselle Freyming-Merlebach sort de la mono-industrie

Laurent Miguet |  le 24/01/1997  |  MoselleFrance EnvironnementCollectivités localesEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Moselle
France
Environnement
Collectivités locales
Europe
Santé
Technique
Valider

-Plusieurs implantations imminentes et près de 300 ha de terrains industriels à finir d'aménager.

La stratégie de rééquilibrage de la politique de reconversion vers le centre du bassin houiller de Lorraine entre dans une phase opérationnelle : le district de Freyming-Merlebach lancera au début 1997 les acquisitions des 180 ha de terrains à vocation industrielle situés entre l'autoroute Paris-Strasbourg et la voie ferrée parallèle. La structure intercommunale en rétrocédera un peu moins de la moitié (88 ha) au conseil général de la Moselle, seul financeur de l'aménagement d'une « mégazone » sur ce site. De l'autre côté de l'autoroute A4, le district s'apprête à lancer la deuxième tranche d'aménagement de son actuelle zone industrielle, soit une soixantaine d'hectares.

« Nous avons déjà vendu 16 ha, soit la moitié de la première tranche », signale Pierre Lang, député-maire de Freyming-Merlebach et président du district, qui représente 29 000 habitants dans dix communes. Logmafrance, filiale du logisticien belge Katoen Natie, a déposé son permis de construire à la mi-décembre pour ouvrir le prochain chantier du site : l'investissement de 90 millions de francs (10 de plus que prévu au départ) porte sur la construction de 72 silos (le double des prévisions initiales) et de 60 000 m2 d'entrepôts. « Nous pourrons dévoiler en janvier l'identité d'un autre industriel, qui prévoit d'investir 70 millions de francs et de créer 200 emplois », ajoute Pierre Lang.

L'assainissement des eaux usées domestiques produites par les zones industrielles du district rentrera vraisemblablement, en 1997, dans le giron du syndicat intercommunal d'épuration des eaux usées de l'agglomération de Freyming-Merlebach. Son président Olivier Adam, premier adjoint au maire de la ville centre, a envoyé en décembre un courrier en ce sens aux élus du syndicat d'assainissement de Farébersviller et environs et de Guenviller. Des plissements de terrain ont mis hors d'état la station d'épuration qui traite les effluents des communes concernées. Cette situation explique l'engagement de la démarche du syndicat de l'agglomération de Freyming-Merlebach, qui souhaite démarrer dès 1997 la restructuration des réseaux et la construction d'une nouvelle station à Betting-lès-Saint-Avold : un investissement total de 58 millions de francs, dont les élus espèrent l'aboutissement en 1999..

Les perspectives économiques encourageantes pour l'agglomération se dessinent au moment où la ville de Freyming-Merlebach (15 300 habitants), siège des Houillères du bassin de Lorraine (HBL), attend le démarrage du projet qui devrait lui permettre de passer sans encombre le cap de la fin de l'exploitation charbonnière, en 2005.

L'avis favorable émis à la fin novembre, à l'issue de l'enquête publique portant sur la création d'un terril de 13 millions de mètres cubes de schistes charbonniers en provenance de Sarre, laisse présager un démarrage des travaux en 1997. L'investissement de 100 millions de francs, réalisé par Saarberg Werke (Houillères de Sarre), porte sur le percement d'un tunnel de 2,5 km qui reliera le site des anciennes carrières des HBL, à Freyming-Merlebach, à la mine de Warndt, en Sarre. Ce tunnel servira à transporter les schistes allemands en Lorraine et à renvoyer les lixiviats vers l'Allemagne. Les Houillères de Sarre confieront le chantier à des mineurs de charbon français, tandis que CDF Ingénierie assume la maîtrise d'oeuvre du projet. La ville empochera 5 francs par mètre cube, et obtiendra en prime une requalification paysagère du site de 22 ha, actuellement fermé par une falaise de 80 m de haut, le long de la frontière.

Un autre projet, susceptible de consolider les recettes municipales, pourrait démarrer en 1997 : l'américain Ram Eurocenter a déposé en décembre 1996 un nouveau projet de magasin d'usine baptisé « Le Village des marques », pour un montant proche de 50 millions de francs.

PHOTO : Le site des anciennes carrières des HBL sera relié à la mine de Warndt, en Sarre, par un tunnel de 2,5 km pour amener les schistes allemands. Coût : 100 millions de francs.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil