En direct

Moselle 15 000 heures de travail pour faire briller « U 4 »

PASCALE BRAUN |  le 23/08/2007  |  ArchitectureMosellePatrimoine

Rouillé, noirci, délabré, le haut-fourneau U 4 d’Uckange (Moselle) brillera de mille feux le 2 octobre quand, rebaptisé « Tous les soleils », il se convertira en œuvre d’art.

Mandaté par le ministère de la Culture, l’artiste Claude Levêque a imaginé un rougeoiement intense visible depuis l’autoroute, pour raviver le souvenir de la sidérurgie lorraine. « Seul haut-fourneau inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, U 4 a été retenu pour son allure très représentative de la seconde révolution industrielle, dans les années trente. Le classement intervenu en 2001, puis la labellisation dans le cadre des célébrations Luxembourg Grande région, capitale européenne de la culture 2007, ont valu à notre projet une grande notoriété. Mais la mise en sécurité du site, qui représente un chantier gigantesque, constituait le préalable à toute mise en valeur artistique », indique Anne Flucklinger, chef du département Développement culturel et patrimoine à la communauté d’agglomération du Val de Fensch, propriétaire du site et maître d’ouvrage.

Confiée à l’architecte d’origine lorraine Pierre Schaff, la réhabilitation du monument d’acier a duré huit mois. « Nous bénéficions certes de l’expérience de nos précédentes interventions sur des sites industriels, mais nous n’avions jamais réalisé une restauration d’une telle ampleur », souligne Christian Koenig, de division Travaux spéciaux de Carrard, mandataire de l’opération. Forte du savoir-faire acquis dans la mise en valeur des aciéries sarroises de Volklingen et dans la restauration de la mine musée du carreau Wendel de Petite-Rosselle (Moselle), l’entreprise messine a nettoyé le haut-fourneau, son épurateur secondaire et ses réchauffeurs d’air situés à 30 m de haut, soit un chantier de 9 000 h de travail. Il a fallu gratter et purger manuellement la peau rouillée et boursouflée du monstre d’acier, nettoyer les âmes de ses fers encombrés de poussières, de coke...

Retrouver la coulée.A l’arrêt depuis 1992, le haut-fourneau présente un bon état général, mais la corrosion de certaines plates-formes et coursives rendait nécessaire une mise en sécurité. Des techniciens cordistes sont intervenus dans les parties les plus difficiles d’accès. Le nettoyage a généré 100 m3 de déchets ultimes acheminés dans des bennes par une centrale d’aspiration de 30 CV capable de capter les granulométries les plus fines. Sous-traitante de Carrard, l’entreprise Sieb de Marly (Moselle) a réalisé l’étanchéité de l’ouvrage, soit 6 000 heures de travail pour déposer la couverture et le bardage, puis les reposer à 25 m de haut au-dessus du hall de coulée, de la fosse de secours et des silos. « Nous avons rendu au haut-fourneau sa configuration d’origine, en retrouvant les profils initiaux des couvertures et des chéneaux », précise Pierre Schaff.

Entourant le monument, une passerelle située à 7 m de haut permettra au public de suivre des visites animées par d’anciens sidérurgistes. A terme, la communauté d’agglomération prévoit d’ouvrir le plateau de coulée aux visiteurs.

PHOTO - EST-U42.eps
PHOTO - EST-U42.eps

Commentaires

Moselle 15 000 heures de travail pour faire briller « U 4 »

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur