En direct

Morphologie sous hautes contraintes pour la couverture des Halles
La structure des ailes latérales est constituée de portiques. Au centre, quinze poutres transversales cintrées reposent sur des poutres de rives en "U" - © © Berger et Anziutti / L'Autre Image

Morphologie sous hautes contraintes pour la couverture des Halles

Marie-Douce Albert |  le 19/11/2012  |  ParisSecond œuvreArchitectureBétonInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Paris
Second œuvre
Architecture
Béton
International
Technique
Produits et matériels
Valider

La "Canopée" imaginée par l’architecte Patrick Berger doit prendre appui sur la trame de 11 x 16 m environ des poteaux de béton du sous-sol.

Aux Halles, dans le centre de Paris, la Canopée imaginée par l’architecte Patrick Berger sort de terre. « Ici, la forme est complexe, mais le système constructif est très simple. Nous nous sommes inspirés de la nature où de nombreux motifs sont le fruit de process de fabrication liés aux contraintes de l’environnement et au souci d’économie d’efforts », explique-t-il. Alors que les premiers éléments de structure ont été posés, Patrick Berger souligne le contraste entre le projet et sa mise en œuvre. Beaucoup de choses ont été dites sur cette silhouette translucide appelée à flotter au-dessus du ventre de Paris… Son concepteur, lui, souligne qu’elle n’a en aucun cas été « créée ex nihilo : elle est une forme déduite ». L’agence Berger-Anziutti a sommé toutes les contraintes du site et du programme, et pris en compte l’ensemble des flux : foules, vent, pluie, etc.

Reconstruire les Halles sur les Halles

Un autre impératif du projet est de reconstruire les Halles sur les Halles, de réaliser le nouveau bâtiment sur un centre commercial en activité et une gare souterraine au fonctionnement incessant. Par ailleurs, la Canopée doit prendre appui sur la trame de 11 x 16 m environ des poteaux de béton du sous-sol. D’emblée, l’acier a été jugé le plus approprié pour la charpente de l’édifice, pour l’auvent monumental comme pour les ailes latérales qui abriteront les programmes. En dépit des apparences, le matériau a en effet le mérite d’être léger. Ainsi la structure primaire du bâtiment devrait peser environ 7 000 tonnes (le poids de la tour Eiffel). Chez Ingérop, Marie-Véronique Péron souligne : « Nous avons choisi un acier S460, performant sans être exceptionnel, de manière à ce que nous puissions être facilement approvisionnés. » Les éléments préfabriqués permettront d’optimiser la construction dans ce secteur sensible au cœur de Paris.

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Paris/SemPariSeine, mandataire. Maîtrise d’œuvre : P. Berger et J. Anziutti, architectes. Ingérop (conseil-ingénierie, structure, fluides, économie), Base Consultants (HQE). Principales entreprises : Vinci/Chantiers Modernes Construction. Groupement CM BTP/TPI/GTM TP IDF/Bateg/Fayat (gros œuvre, charpente, clos couvert), Laubeuf (façade patio RDC). Surface : 21 600 m2 Shon. Coût : 200 millions d’euros HT. Livraison : 2014.

Commentaires

Morphologie sous hautes contraintes pour la couverture des Halles

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Équipements techniques

Le coût des travaux de bâtiment : Équipements techniques

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil