En direct

Monuments historiques Objectif : retour à la loi de programme Monuments historiques Objectif : retour à la loi de programme

MICHEL OCTERNAUD |  le 16/05/1997  |  PatrimoineEnergieAinFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Patrimoine
Energie
Ain
France
Valider

-Le nouveau président du Groupement national des entreprises de restauration, Jean-Pierre Barberot, est déterminé à poursuivre le combat.

C'est un entrepreneur rhônalpin qui vient de succéder à Patrick Clouzeau à la présidence du Groupement national des entreprises de restauration de monuments historiques au sein de l'Union nationale de la maçonnerie (UNM). Jean-Pierre Barberot (photo), 56 ans, titulaire d'un BTS de l'école du BTP de Vincennes, diplômé de gestion, vice-président de la fédération du BTP de l'Ain, a été formé sur les chantiers par les anciens compagnons de l'entreprise où il a succédé à son père en 1982. L'entreprise familiale, qui emploie cinquante-deux personnes, est spécialisée en maçonnerie, taille de pierre et couverture (lauze). La PME compte à son actif plus de six cents monuments, dont bon nombre sont prestigieux, restaurés en Rhône-Alpes, en Bourgogne et en Franche-Comté.

Jean-Pierre Barberot est bien décidé à poursuivre le combat engagé par son prédécesseur pour un retour à la loi quinquennale de programme de 1994-1998, mise à mal dans le cadre de l'exécution du budget 1997 (« Le Moniteur » du 28 mars, p.42). Cette loi-programme représentait un montant global de 7,8 milliards de francs. Or, le ministère des Finances a décidé de l'étaler sur une année supplémentaire, ce qui équivaut à une amputation de crédits annuels de l'ordre de 30 %.

Jean-Pierre Barberot fera donc en sorte « que la ligne de crédits de 1,7 milliard de francs soit rétablie dans le projet de budget 1998. Sans quoi la profession verrait son activité se réduire à nouveau de 20 à 25 % et les effectifs des entreprises hautement qualifiées » monuments historiques « et de celles qui gravitent autour fondre de quelque 3 000 salariés ».

LES CHIFFRES CLES

Un marché de plus de 4 milliards.

Entre 400 et 500 entreprises, dont 160 agréées OPQCB, membres du groupement national qui emploient 6 000 compagnons.

PHOTO : Jean-Pierre Barberot. Une augmentation de crédits de 30%

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil