En direct

Montpellier L’usine de méthanisation confiée à Vinci

J. L. |  le 24/06/2005  |  EntreprisesEnvironnementHéraultDéchets

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Environnement
Hérault
Déchets
Valider

Il aura fallu près d’un an à l’agglomération de Montpellier pour désigner le nouveau constructeur de sa future usine de méthanisation de déchets ménagers. En juillet 2004, l’agglomération avait confié à un groupement associant Bec et OWS la conception et la réalisation de cet équipement destiné à traiter 200 000 tonnes de déchets par an. Un recours introduit par un candidat non retenu, le montpelliérain Valorga, avait alors entraîné l’annulation de la procédure. Au terme d’un second appel d’offres, où furent mis en compétition les cinq grands noms de la méthanisation, l’agglomération a finalement jeté son dévolu sur le procédé Kompogas proposé par Vinci Environnement.

Le groupement lauréat, qui n’avait pas participé au premier appel d’offres, comprend également Sogea Sud et AT&E. Parmi les critères qui ont déterminé son choix, l’agglomération évoque la fiabilité et la facilité d’exploitation de l’installation proposée, ainsi que la qualité du compost obtenu. Autre argument mis en avant, le faible impact vis-à-vis des riverains. Le procédé retenu est un procédé continu et sec qui n’implique pas de stockage de gaz. Son fonctionnement horizontal permet en outre de limiter la hauteur des installations.

Enfin, la solution lauréate, qui n’était pas la moins chère en termes d’investissement, a été jugée la plus intéressante en coût global, avec un prix de revient à la tonne de 75 euros. La relance de la procédure aura ainsi permis à l’agglomération de réduire très sensiblement le montant de sa facture. Alors que l’offre retenue en juillet 2004 dépassait 80 millions d’euros, le projet proposé par Vinci se chiffre à 68 millions d’euros. « Nous avons eu de bonnes surprises, commente Georges Frêche, président de Montpellier Agglomération. A la différence de ce qui s’était produit il y a un an, les offres reçues étaient toutes inférieures à notre estimation de référence, fixée à 72 millions d’euros. »

L’écart de coût s’explique également par le travail préparatoire mené par les services de l’agglomération. « Nous avons tiré parti des résultats du premier appel d’offres, explique Thierry Laget, directeur général des services techniques. Les coûts ont été mieux ajustés sur les points techniquement délicats, et des économies ont été réalisées dans les domaines moins sensibles. »

La future usine sera située dans le parc d’activités Garosud, à Montpellier.

Les travaux devraient démarrer au début 2006 pour une mise en service en 2007.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur