Culture

Monténégro : sauver les trésors cachés du modernisme tardif

Mots clés : Architecture - Maison individuelle

« Si nous donnons une deuxième chance à ces constructions typiques du modernisme tardif  en ex-Yougoslavie, elles nous étonneront par leur potentiel spatial, programmatique et social unique ».  Tel est l’objectif de l’exposition « Treasures in Disguise », présentée au Pavillon du Monténégro lors de la 14e Biennale d’architecture de Venise.

Dans le cadre de la 14e Biennale d’architecture de Venise, l’exposition « Treasures in Disguise » se concentre sur quatre bâtiments historiques construits entre 1960 et 1980, qui sont perçus comme des modèles architecturaux du modernisme tardif en ex-Yougoslavie. Sont exposés dans le pavillon du Monténégro des dessins d’architectes, des photos et des maquettes impressionnantes à l’échelle 1:5 ou 1:10 pour le Dom Revolucije (Maison de la Révolution) à Nikšić, l’Hotel Fjord à Kotor, le Kayak Club Galeb à Podgorica sur les rives de la Morača et le Spomen Dom (mémorial des victimes de la deuxième guerre mondiale) à Kolašin. Lors de leur construction, ces édifices ont suscité l’enthousiasme de leurs bâtisseurs et la confiance envers la nouvelle société qu’ils construisaient. Seulement, quelques décennies plus tard, ces constructions incarnent l’opposé : mal ou pas utilisées, non entrenues ou inachevées, elles sont un témoignage de l’échec du modernisme. Leur destin semble scellé entre délabrement et démolition.
L’architecte slovène Boštjan Vuga (SADAR+VUGA), l’architecte suisse Simon Hartmann (HHF Architects), les architectes monténégrins Dijana Vučinić (DVARP) et Nebojša Adžić ainsi que les Berlinois Ilka et Andreas Ruby (Ruby Press) composent l’équipe internationale de curateurs de l’exposition. Pour eux, cette architecture qu’ils mettent ici en scène représente une ressource culturelle qui est justement trop précieuse pour être détruite. Le but de l’exposition est donc d’aider le public à découvrir la beauté étrange de ces structures qui, bien qu’elles ressemblent aujourd’hui à des ruines, ne sont en réalité que des trésors cachés… Ils cherchent à provoquer une réflexion sur la régénération urbaine dans le Monténégro et l’avenir de l’architecture de l’ex-Yougoslavie.

Source : « Montenegro’s Venice Biennale exhibition seeks renewal of the country’s architectural heritage – Bustler – 30/05/2014 – Article en anglais

Lire – Bustler – 30/05/2014

Visualiser les photos historiques de Treasures in Disguise

 

 

« Cet insolite a été sélectionné par le service documentation du Moniteur. Extrait de la presse internationale, il est restitué en l’état. »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X