En direct

Montée des mers : le littoral français sur la voie de l’adaptation
Pour préparer le littoral français à la montée du niveau des mers, le groupement scientifique coordonné par Jean Jouzel a remis le 25 mars à la ministre de l’Ecologie le volume cinq de son rapport sur le climat de la France au XXIème siècle. - © ©

Montée des mers : le littoral français sur la voie de l’adaptation

Laurent miguet |  le 25/03/2015  |  SantéArchitectureAménagement

La traduction du changement climatique dans les politiques d’aménagement du littoral français a franchi une étape ce 25 mars, avec la restitution du rapport intitulé « Changement climatique et niveau de la mer : de la planète aux côtes françaises ».

« Un mètre d’élévation du niveau de la mer suppose un rehaussement deux à trois fois plus important des infrastructures côtières, si l’on veut conserver le même niveau de service ». Co-auteur du volume 5 du rapport sur « le climat de la France au XXIe siècle » et représentant le bureau recherche géologique et minière (BRGM), Gonéri Le Cozannet a conclu sur ces chiffres son intervention du 25 mars au ministère de l’Ecologie, lors de la conférence de restitution du document de 68 pages, consacré au niveau de la mer sur les côtes françaises.

La montée des eaux s’accélère

Certes, l’échéance reste incertaine, pour la période 2081–2100 : 26 à 55 cm dans le scénario le plus volontariste, 45 à 82 cm en cas de poursuite des tendances actuelles. « Et le recul du trait de côte ne commence réellement qu’au-delà d’1 mètre », précise Gonéri Le Cozannet. Mais l’aggravation du phénomène ne fait guère de doute : « Oui, je pense qu’on peut parler d’une accélération, car d’un côté, l’augmentation de la température océanique marque une pause depuis 10 ans, mais de l’autre, la fonte des glaces s’accélère », déclare Anny Cazenave, autre co-auteur du rapport, représentante du Centre national d’étude spatiale (Cnes).

Les bas-normands se mobilisent

La prise de conscience nationale, orchestrée par les cinq rapports sur « Le climat de la France au XXIe siècle », trouve désormais son prolongement dans les collectivités les plus directement concernées : « La mise en place d’un cadre de gestion durable de la bande côtière a réuni l’unanimité du conseil régional en octobre 2012 », se félicite Muriel Jozeau-Marigné, conseillère régionale de Basse-Normandie déléguée au littoral, soit 470 km de côtes entre le Mont-Saint-Michel et la Baie de Somme. « L’idée d’une gestion durable se substitue à celle de la défense contre la mer », résume Muriel Jozeau-Marigné.

Gouffre financier

D’une expression à l’autre, se cache un gouffre financier infranchissable : « Entre les 15 000 habitations et les 2 000 kilomètres de routes côtières, une délocalisation coûterait 15 milliards d’euros », annonce l’élue. L’irréalisme d’une telle dépense pousse les territoires à imaginer des politiques d’adaptation, stimulées par un appel à projets lancé en octobre dernier : « Dans chacune des cellule hydrosédimentaire qui structure notre littoral, les collectivités concernées ont répondu », se réjouit Muriel Jozeau-Marigné. Et de conclure : « On peut imaginer que des terrains aujourd’hui voués à la culture maraîchère se reconvertissent en prés salés, et transformer ainsi un défi en opportunité ».

2016-2020 : entrée dans le dur

L’idée d’anticiper les changements climatiques se trouve au centre d’un premier plan quinquennal d’adaptation qui arrive à échéance fin 2015, et qui a encadré la publication des cinq rapports sur le climat de la France au XXIe siècle. « L’évaluation démarrera dans les prochains jours, en vue d’une présentation au conseil national de la transition écologique », annonce Nicolas Beriot, secrétaire général de l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (Onerc), qui a animé la conception et suivi la mise en œuvre du plan. Sans préjuger des orientations à venir pour la période 2016-2020, il laisse imaginer une « entrée dans le dur », avec des volets réglementaire et financier ainsi qu’une priorisation et des actions pilotes.

Elite scientifique mondiale

L’effervescence croissante autour de la conférence mondiale sur le climat, qui se déroulera fin décembre à Paris, a inspiré les commentaires de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, à l’issue de la restitution du rapport : « Vos travaux donnent à voir la réactivité de la communauté scientifique que vous représentez, dans la perspective d’une mise en commun internationale. L’élite scientifique du climat, bien présente en France, contribue à la crédibilité du pays, pour accueillir la conférence de Paris », s’est réjoui la ministre. Des littoraux au réchauffement global, Ségolène Royal n’a pas manqué de rappeler les plus récentes déclinaisons de sa politique : installation, en janvier, du Comité national du trait de côte ; envoi, la semaine dernière au secrétaire général de l’ONU des propositions de l’Union européenne sur le chemin de l’adaptation au changement climatique et à l’atténuation de ses effets.

Commentaires

Montée des mers : le littoral français sur la voie de l’adaptation

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur