En direct

Mont-Saint-Aignan Le centre socioculturel Marc-Sangnier devrait enfin être restructuré

RICHARD GOASGUEN |  le 20/11/2015  |  France entièreSeine-Maritime

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Seine-Maritime
Valider

Comme le rappelle Catherine Flavigny, maire (LR) de Mont-Saint-Aignan (Métropole Rouen Normandie), la première délibération du conseil municipal devant lancer la restructuration-extension du centre socioculturel Marc-Sangnier remonte à 2004. Abandonné, repris, modifié, puis carrément planté, le projet avait depuis tourné au feuilleton mais il devrait finalement connaître son épilogue sous la forme d’une livraison à l’automne 2017, après redémarrage du chantier en janvier 2016. Un happy end rendu possible par le « soutien indéfectible de tous les partenaires de l’opération », souligne Catherine Flavigny.

Au fil des années, la note a forcément grimpé, passant de 5,3 à 11,3 millions d’euros HT. Un surcoût lié à des modifications à la marge. Ainsi, la capacité initiale de la salle principale a été portée de 338 à 450 places, une jauge plus conforme à la vocation de l’établissement, qui compte parmi les trois scènes du Centre dramatique national de Haute-Normandie.

Entreprise défaillante.

L’addition a aussi été alourdie par les travaux de démolition pour malfaçons des parties neuves, réalisées en 2013 par l’entreprise attributaire du lot principal de gros œuvre (1,75 million d’euros). Cette PME locale, également défaillante sur le chantier du lycée Pierre-Corneille de Rouen, a été mise en liquidation judiciaire à l’été 2014. Une nouvelle consultation des entreprises en septembre 2015 a désigné Léon Grosse pour le lot de gros œuvre (3,2 millions d’euros) et Buray & Fils (Neufchâtel-en-Bray) pour le lot de serrurerie. A l’origine confiée à Frédéric Borel & Associés (Paris), la maîtrise d’œuvre a échu à Karine Millet (Paris).

Le financement de l’opération est assuré par le conseil régional de Haute-Normandie (1,34 million d’euros), le conseil départemental de Seine-Maritime (1,34 million d’euros), la Métropole Rouen Normandie (1,34 million d’euros), la Drac de Haute-Normandie (705 000 euros) et la CAF de Haute-Normandie (193 000 euros).

PHOTO - 875029.BR.jpg
PHOTO - 875029.BR.jpg - © Karine Millet architecte

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur