En direct

Mondial du bâtiment : « On voulait relancer une nouvelle dynamique, c’est chose faite », Guillaume Loizeaud, directeur du salon
Sans compter la journée du vendredi, la fréquentation globale du salon se replierait légèrement (-3%) mais se développe auprès des cibles privilégiées de visiteurs. - © © F.M.

Mondial du bâtiment : « On voulait relancer une nouvelle dynamique, c’est chose faite », Guillaume Loizeaud, directeur du salon

Stéphanie Obadia, avec Florent Maillet |  le 10/11/2017  |  TechniqueBâtiment

Le Mondial, qui ferme ses portes ce vendredi 10 novembre, renoue avec le visitorat-cible français et régional.

« Il fallait relancer une machine grippée. Cette relance s’est opérée. Et c’est reparti ! ». A l’heure du bilan, Guillaume Loizeaud, directeur du Mondial du Bâtiment livre ses premières impressions, ce vendredi 10 novembre, dernier jour d’un Mondial qui a débuté lundi 6 novembre à Paris-Villepinte. Même s’il reste encore une journée avant que le salon ne ferme ses portes, le visitorat était globalement au rendez-vous, selon Guillaume Loizeaud, qui parle de « stabilité » par rapport à l’édition précédente, de 2016.

L’audience est en légère baisse sur Idéobain (-5%), elle chute même carrément sur Interclima (-20%). « Des chiffres à relativiser puisque Interclima a ouvert, à la demande des syndicats et des industriels, un jour de moins qu’en 2015, soit quatre jours. Une stratégie qu’il va sûrement falloir revoir ! », souligne Guillaume Loizeaud.

Guillaume Loizeaud, directeur du Mondial du bâtiment.
Guillaume Loizeaud, directeur du Mondial du bâtiment.

Quels sont les traits saillants de cette édition 2018 du Mondial ? Le premier, selon le directeur, c’est le retour des visiteurs français sur l’ensemble des trois salons avec, en tête de gondole, Batimat, dont les halls ont été sillonnés par 78% de visiteurs français (+2% par rapport à 2016), dont 62% viennent de province – hors Ile-de-France, donc.  « Le salon s’est repositionné sur ses cibles stratégiques », se réjouit Guillaume Loizeaud.

Deuxième chiffre à retenir, celui de la composition du visitorat. Il s’est composé, pour un tiers, d’installateurs –et notamment tous corps d’état-, 20% de maîtres d’œuvre et d’ouvrage, 17% de distributeurs (+4%) et 16% de fabricants (+2%). « Même si les organismes, les instances professionnelles et les sociétés de services ont été moins présents, la cible stratégique que nous nous étions fixée a été atteinte. On voulait relancer une nouvelle dynamique. C’est chose faite ! », décode le directeur du Mondial.

Des éléments d’amélioration

 

Il s’appuie pour cela sur les retours des exposants et visiteurs. « Beaucoup d’exposants confirment que les choix de sectorisation que nous avons opérés sont pertinents, comme le regroupement dans le hall 5 B de l’outillage et du matériel, le fait d’avoir rassemblé l’aménagement intérieur et la salle de bain, ou d’avoir placé le numérique entre les deux poumons de Batimat que sont la Menuiserie et l’Enveloppe structure. C’était un carton ! ». Autres succès de ce mondial : les conférences, dont « Regards sur l’architecture », l’assemblée générale du Plan bâtiment durable ou E+C-.

Les visites guidées, elles, ont attiré « plus de 1 000 personnes, ingénieurs et architectes ». Par ailleurs, les 57 bus régionaux ont drainé plus de 3 000 visiteurs, un décompte encore partiel (les organisateurs n’ont pas inclus la journée du vendredi 10 novembre). Temps fort également la présence du binôme ministériel de la Cohésion des territoires le jeudi 9 novembre. Jacques Mézard (ministre) a notamment participé à la réunion de signature de la « Charte d’engagement volontaire de la filière du bâtiment pour la construction numérique – Objectif BIM 2022 ». Julien Denormandie (secrétaire d’Etat) a longuement échangé avec les « startuppers ».

Julien Denormandie, sur le stand du CSTB, assiste à la présentation de Yhnova - Batiprint 3D.fr.
Julien Denormandie, sur le stand du CSTB, assiste à la présentation de Yhnova - Batiprint 3D.fr.

Jacques Mézard, lors de la signature de la charte d'engagement volontaire "Objectif BIM 2022".
Jacques Mézard, lors de la signature de la charte d'engagement volontaire

Le bilan du salon est en revanche beaucoup plus mitigé sur l’organisation des espaces Innovations : « Nous tenons le bon bout sur la manière de faire mais l’emplacement est à revoir, admet Guillaume Loizeaud. La signalétique est parfois à repenser sur le hub de solutions ou sur les espaces extérieurs du hall 5B. Et la stratégie d’Interclima +Elec doit aussi être redéfinie ».

Dans l’ensemble cette édition marque le retour en douceur du Mondial du bâtiment sur la scène des événements incontournables, avec des innovations dans tous les secteurs et, pour fil rouge, la connectivité et le numérique. Guillaume Loizeaud à quelques heures de la fermeture du salon se dit « déjà en route » pour la prochaine édition, en 2019 à Paris Nord Villepinte.

Commentaires

Mondial du bâtiment : « On voulait relancer une nouvelle dynamique, c’est chose faite », Guillaume Loizeaud, directeur du salon

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX