En direct

Monaco invente l'offshore immobilier

BERNARD REINTEAU, REMY MARIO, BERTRAND ESCOLIN, FRANCOISE DAJON LAMARE, ALIX DE VOGUE |  le 26/03/1999

Une digue semi-flottante de 350 m de long pour protéger le port de la Condamine et accueillir les bateaux de croisière. Une application inédite dans le domaine portuaire de techniques éprouvées dans l'offshore pétrolier.

Plan d'eau de 17 ha avec une capacité de 500 anneaux, le port de Monaco, est ouvert plein est, donc largement exposé aux houles (jusqu'à 5 m) de ce secteur. Les études d'amélioration de sa protection ont buté tant sur des profondeurs d'eau importantes (plus de 50 m) que sur une épaisse de couche de vase, rendant problématiques et onéreuses des techniques classiques de remblaiement et pose de caissons (comme à Fontvieille), de surcroît peu écologiques. Un « bateau » en béton précontraintReprises au cours de ces dernières années, les études ont débouché sur un projet de digue semi-flottante et d'une contre-jetée, utilisant un des brevets d'ouvrages d'atténuation de la houle mis au point en Principauté. Il fait également appel à des techniques de réalisation couramment mises en oeuvre dans l'industrie pétrolière offshore mais encore jamais transposées dans le domaine portuaire (voir encadré). « La digue reprend le principe du "mur d'eau fixe" qui consiste à mobiliser l'inertie de la masse d'eau située entre la face inférieure d'un caisson et le fond de la mer. La difficulté à reporter sur le sous-sol, au-delà de 30 m, les efforts exercés sur les caissons nous a conduit à imaginer une digue semi-flottante, articulée par une rotule métallique à un terre-plein et amarrée à son extrémité par cinq chaînes d'ancrage de 500 m de long », explique René Bouchet, conseiller technique auprès des travaux publics monégasques et auteur de recherches sur le sujet. Digue et terre-plein aménagésLa structure de cette digue avec ballast est constituée par une double coque en béton précontraint. Extérieurement, elle est longue de 352 m, large de 28 m, haute de 19 m pour un tirant d'eau de 16 m. « Compte tenu de sa masse de 165 000 t, du concept retenu et de la longueur de l'ouvrage, les calculs mathématiques et les essais en bassin ont montré que le roulis et le tangage étaient insignifiants et que les déplacements latéraux de l'extrémité, sous les houles de tempête, très relatifs : quelques dizaines de centimètres au plus », poursuit René Bouchet. Le volume immergé permettra de loger dans la digue 400 places de parking sur 4 niveaux, des hangars entrepôts et d'y installer une gare maritime et des locaux administratifs et commerciaux. Elle sera ancrée sur un terre-plein d'un hectare environ au pied du Fort Antoine qui recevra un programme immobilier de 15 000 m2. Compte tenu des profondeurs plus raisonnables, il sera réalisé par remblaiement puis pose de six caissons dont, à l'extrémité, un caisson culée de 60 000 t (60 m de long, 30 de haut et 30 de large), accueillant la rotule. Dernière composante du projet : la contre-jetée de 145 m de long. Il s'agit là d'un caisson fixe reposant sur des appuis du type Jacket ou piles en béton. Grâce à ces infrastructures, l'Etat monégasque va se doter d'un port protégé, agrandi à 24 ha et à même d'accueillir des unités de grande plaisance et des croisières de luxe. Il entame ainsi un nouveau développement en mer de son territoire. FICHE TECHNIQUEMaître d'ouvrage : Principauté de Monaco, service des travaux publics. Etudes de faisabilité, APS, APD : Doris Engineering. Etudes géotechniques : Geocean, Geodia, Ifremer, Institut français du pétrole, Norvegian Geotechnical Institute, Simecsol. Essais hydrauliques : Institut technique Chalmers, SSPA, Sogreah, Oceanide. Bureau de contrôle : Véritas. Entreprises :lot 1 (terre plein, contre jetée) : Bouygues, Bouygues Offshore, Dumez GTM, Impregilo, Serimer.lot 2 (digue) : Dragados, Fomento, Bec Frères, SMMT. SCHEMA : Section transversale en 1ere partie de digueD'une hauteur de 19 m et d'un tirant d'eau de 16 m, cette digue-caisson en béton de 352 m de long et de 165 000 t accueillera quatre niveaux de parkings et des hangars, ainsi que des locaux administratifs. Un projet de 1,6 milliard de francsLe coût HT des travaux de génie civil est estimé à :400 millions pour le terre-plein375 millions pour la digue200 millions pour la contre jetée. S'ajoutent 150 millions pour la restructuration du port, 60 millions pour les corps d'état secondaires, 145 millions d'ingiénerie et études. Soit 1,3 milliard de francs HT et 1,6 milliard TTC. precision moniteur 4977 du 16/4/99 p.137 Parmi les entreprises françaises et internationales qui participeront aux travaux de protection et d'extension du port de la Condamine à Monaco, il y aura aussi une entreprise niçoise. Triverio, que nous avons omis de mentionner, interviendra en groupement avec sa société monégasque SMMT sur "le lot 2" (la digue)

Un ouvrage remorqué depuis Algesiras

Relever un défi technique, éviter les contraintes et les nuisances d'un chantier en front de mer, limiter les atteintes aux fonds marins : les acquis de la technologie offshore ont permis à la Principauté de Monaco de contourner ces difficultés. La digue semi-flottante, comme la contre-jetée et le terre-plein d'ancrage, feront largement appel à la préfabrication. La digue sera construite en cale sèche, d'un seul tenant, à Algesiras, près de Gibraltar puis remorquée par flottaison, hors période hivernale, jusqu'à Monaco. Elle nécessitera 44 700 m3 de béton, 10 400 t d'aciers passifs, 2 980 t d'aciers pour précontrainte. Sur le même principe, la contre-jetée et les caissons du terre-plein seront réalisés en cale sèche dans le sud de la France, sans doute à Marseille.

Au terme d'appels d'offres internationaux lancés dès 1997, les travaux ont été attribués à deux groupements composés des plus grandes entreprises françaises, espagnoles et italiennes. Le calendrier prévoit notamment des travaux de constitution du terre-plein en octobre 1999, un acheminement des caissons du terre-plein courant hiver 2000-2001, de la digue en mai 2001 et une mise en place de la contre jetée à l'automne 2001.

Commentaires

Monaco invente l'offshore immobilier

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX