Le moniteur
Moins de normes et plus d'aides gouvernementales pour atteindre l'objectif de 500.000 logements par an
Philippe Martin, ministre de l'Ecologie a clôturé la convention nationale de l'UCI-FFB, mardi 29 octobre 2013 - © © Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Moins de normes et plus d'aides gouvernementales pour atteindre l'objectif de 500.000 logements par an

Adrien Pouthier |  le 30/10/2013  |  BâtimentNormesParisImmobilierRéglementation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Bâtiment
Normes
Paris
Immobilier
Réglementation
Technique
Valider

L'Union des constructeurs immobiliers de la FFB (UCI-FFB) tenait mardi 29 octobre sa convention nationale. L'occasion pour eux d'exprimer leurs desiderata pour la relance de la construction de logements neufs et atteindre l'objectif présidentiel.

Pour atteindre l'objectif fixé par François Hollande de construire 500.000 logements par an d'ici 2017, les constructeurs immobiliers demandent trois choses : des terrains, une réglementation "toilettée" et des aides pour l'accession à la propriété.

Alors que le Sénat vient d'adopter le projet de loi ALUR et que le texte doit repartir à l'Assemblée (lire notre article), l'UCI-FFB (Union des constructeurs immobiliers de la FFB), réunie en convention nationale mardi 29 octobre au pavillon Gabriel à Paris, a réaffirmé par la voix de son président Dominique de Sauza ses positions.

Grenelle du foncier

Tout d'abord, l'objectif de 500.000 logements par an est jugé réalisable. "On a déjà construit plus de 500.000 logements par an dans notre pays", a ainsi rappelé l'économiste Michel Mouillart, invité par l'UCI-FFB. "Mais il faut bien savoir de quels logements on parle. Sur les 500.000 logements, 45.000 environ seront destinés au parc locatif privé, 115.000 seront des logements sociaux. Restent donc 340.000 logements destinés à l'accession à la propriété. Le problème c'est qu'en ce moment elle est bloquée."

D'où un paradoxe : il faut construire pour loger mais il faut des gens à loger pour construire... Comment débloquer la situation ?

Première vérité énoncée par l'UCI-FFB : pour construire il faut de la place. Or, trop peu de terrains disponibles, trop chers, font augmenter le coût final des opérations et excluent de fait toute une partie de la population de l'accession à la propriété.

Il faut donc libérer du foncier et relancer l'accession à la propriété. Pour cela, "la mise en place de plans locaux d'urbanisme intercommunaux est une incontournable nécessité" estime Dominique de Sauza. "Plus largement, pour remettre à plat les règles concernant la rétention foncière et sa fiscalité, nous demandons un Grenelle du foncier. Le logement est un bien de nécessité absolue qui demande l'intervention publique : le gouvernement doit aider à l'accession à la propriété en révisant et en étendant le PTZ +".

Haro sur les normes

Autre ennemi du constructeur : la norme. Responsable, selon plusieurs participants aux tables rondes de la journée, d'une augmentation des coûts de construction. "Dans le logement collectif les prix ont doublé en 15 ans. Le prix du foncier tient une part majeure dans cette augmentation mais le prix de l'objet (matériaux, matériel et main d'oeuvre) a également augmenté de 60 % dont 20 % sont dus à l'empilement des normes", expliquait ainsi José-Michael Chenu (Vinci).

Notre article pour en savoir plus

L'UCI-FFB se satisfait donc du moratoire de deux ans sur les normes décidé par François Hollande en mars dernier (notre article) mais veut évidemment aller plus loin : "nous souhaitons un toilettage des normes de construction et la mise en place d'un groupe de travail pour y parvenir", a ainsi demandé Dominique de Sauza.

Une requête à laquelle Philippe Martin, ministre de l'Ecologie, qui concluait la Convention a accepté d'accéder sans rechigner : "Je sais bien que mon ministère est producteur de normes. Je m'attache donc à ouvrir le chantier de la simplification", sans renier tout de même le corpus existant : "Mais la RT 2012 a permis de franchir une étape importante dans la baisse de consommation énergétique de nos bâtiments. Et nous irons plus loin avec la généralisation du Bepos et une grande consultation en 2017 en vue de l'établissement de la RT 2020."

Commentaires

Moins de normes et plus d'aides gouvernementales pour atteindre l'objectif de 500.000 logements par an

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur