Logement

Moins de 110 000 PTZ seront octroyés en 2018

Mots clés : Financement du logement - Gouvernement

Bercy et le ministère de la Cohésion des Territoires estiment dans une étude d’impact que 108 000 prêts à taux zéro (PTZ) seront accordés cette année. En 2017, le gouvernement tablait sur 111 000 PTZ octroyés et 120 000 en 2016.

Près de 108 000 prêts à taux zéro (PTZ) devraient être distribués en 2018, selon les estimations du gouvernement. Dans l’étude d’impact attachée au décret actant les conditions d’attribution du PTZ pour les mois à venir, le ministère de la Cohésion des territoires et Bercy précisent même que parmi ces prêts, « environ 20 000 » sont destinés à l’ancien sous condition de travaux. Les 88 000 restants sont destinés au secteur du neuf.

Ces estimations sont réalisées selon « l’hypothèse conservatrice d’une stabilité des taux. La courbe de taux prise en compte dans cette estimation est celle qui a été applicable aux PTZ émis durant le troisième trimestre 2017. Les hypothèses de taux interbancaires retenues pour des maturités de 5, 15 et 25 ans sont ainsi respectivement de 0,53 %, 1,64 % et 1,93 % », peut-on lire dans l’étude d’impact.

 

Estimations ambitieuses ?

 

Des estimations réalistes ? Rappelons que pour 2018, le prêt à taux zéro est largement recalibré puisque la quotité d’emprunt est divisée par deux dans les zones peu denses (B2 et C) pour passer à 20% contre 40% un an plus tôt. Or, selon une étude du Crédit Foncier publiée en novembre dernier, « [en 2016] six opérations sur dix (60 %) financées par un PTZ ont été réalisées dans les zones B2 et C, là où les prix de l’immobilier sont les moins élevés ».  En 2017, alors que les conditions d’octroi étaient plus favorables pour les ménages, le gouvernement tablait sur la diffusion de 111 000 prêts à taux zéro, dont environ 24 000 dans l’ancien sous condition de travaux. Et en 2016, 120 000 PTZ devaient être octroyés !

Au total, « la méthodologie décrite ci-dessus conduit à l’estimation d’un coût générationnel (coût des PTZ émis en 2018, NDLR) brut de 1,46 milliard d’euros annuel », précise l’étude d’impact.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X